HotFreeBooks.com
Esther
by Jean Racine
1  2     Next Part
Home - Random Browse

Heath's Modern Language Series.



ESTHER

TRAGDIE EN TROIS ACTES

PAR

RACINE.



EDITED, WITH INTRODUCTION, NOTES, AND APPENDICES,

BY

I. H. B. SPIERS,



SENIOR ASSISTANT MASTER WILLIAM PENN CHARTER SCHOOL,

PHILADELPHIA.



D. C. HEATH & CO., PUBLISHERS

BOSTON NEW YORK CHICAGO



COPYRIGHT, 1891,

By I. H. B. SPIERS.



PREFACE.

The tragedy of Esther commends itself to moderately advanced students of the French language by the fact that it is both the easiest and the shortest masterpiece of French tragic literature. For such students the present edition has been prepared. The text has been modified in all minor points of spelling and grammar so as to conform with present usage. The notes are intended either to make clear such matters of history or grammar as offer any difficulty, or to emphasize that which may be especially instructive from a literary, historical, or grammatical point of view.

The appendix contains, in addition to a brief statement of the rules of French verse, a systematic presentation of quotations from the play illustrating a few of the grammatical points on which experience teaches that the student's knowledge, in spite of grammars, is likely to be vague.

The editor desires to acknowledge gratefully his indebtedness to M. Paul Mesnard's exhaustive work in the Collection des Grands crivains de la France, published under the direction of M. Ad. Rgnier (Paris, 1865), and also to the excellent editions of Mr. G. Saintsbury (Oxford, 1886), and of Prof. E. S. Joynes (New York, 1882).

I. H. B. SPIERS.

WILLIAM PENN CHARTER SCHOOL, PHILADELPHIA. INTRODUCTION.

1. LIFE OF RACINE.

Jean Racine, unquestionably the most perfect of the French tragic poets, was born in 1639, at La Fert-Milon, near Paris. He received a sound classical education at Port-Royal des Champs, then a famous centre of religious thought and scholastic learning. At the early age of twenty he was so fortunate as to attract, by an ode in honor of the marriage of King Louis XIV., the favor of that exacting monarch,—a favor which he was to enjoy during forty years. Yet more fortunate in the friendship of Molire, of La Fontaine, and especially of his trusty counsellor, Boileau, he doubtless owed to them his determination to devote himself to dramatic literature.

His first tragedies to be put upon the stage were La Thbade (1664) and Alexandre (1665), which gave brilliant promise. In 1667 appeared Andromaque, his first chef-d'oeuvre, which placed him at once in the very front rank by the side of Corneille. From that time forth, until 1677, almost each year was marked by a new triumph. In 1668, he produced his one comedy, Les Plaideurs, a highly successful satire on the Law Courts, in the vein of the "Wasps" of Aristophanes. In 1669, he resumed his tragedies on historical subjects with Britannicus, largely drawn from Tacitus, followed by Brnice (1670), Bajazet (1672), Mithridate (1673), Iphignie (1674), and Phdre (1677), the last two being inspired by Euripides.

Incensed at a literary and artistic cabal, by which a rival play of Phdre, by Pradon, was momentarily preferred to his own, Racine now withdrew from the stage. Appointed soon after to the not very onerous post of historiographer to the King, he lived for a period of twelve years a retired life in the bosom of his family.

In 1689, at the request of Mme. de Maintenon, the secret wife of Louis XIV., he produced Esther, and in 1691, Athalie, both drawn from the Scriptures and intended for private performance only. Embittered by the indifference with which the latter tragedy was received,—although posterity has pronounced it his masterpiece,—Racine definitely gave up the drama. He died in 1699, after a few years devoted to his Histoire du Rgne de Louis XIV., his death being hastened by grief at having incurred the King's displeasure on account of a memoir on the misery of the people, which he wrote at the request of Mme. de Maintenon.

A devoted husband and father, an adroit but sincere courtier, Racine has won the regard of posterity by his life as well as its admiration by his literary genius. As a poet, he was endowed with the purest gift of expression ever granted to a mind imbued with the works of the classical writers of Greece and Rome.

2. FRENCH TRAGEDY.

French tragedy is purely a work of art. It does not claim to mirror Nature in her infinite complexity; it is the professedly artificial presentment, in the noblest form, of character unfolding itself by means of one action, as far as possible in one place, and within the limits of one day. It is bound by other formal and conventional rules: of versification—such as the alternation of masculine and feminine pairs of rhymes, and of taste—such as the avoidance of all "doing of deeds" on the stage (e.g., all fighting and dying take place behind the scenes) and the grouping of the fewest possible secondary parts around the one central situation.

There are but three names in the front rank of writers of French tragedy: Corneille (1606-1684), Racine (1639-1699), and Voltaire (1694-1778). Their tragic masterpieces cover but one century of time, from Corneille's Le Cid (1636) to Voltaire's Mrope (1743). Before these poets, French tragedy had not reached such a degree of perfection as to be entitled to an identity of its own; after them and their few feeble imitators, it was merged into a new form, and, as classical French tragedy, ceased altogether to be.

Corneille purified both thought and language of the bad taste due to the prevailing Spanish influence. He subordinated the actor to the play, instead of composing, as his predecessors had done, lengthy monologues for mere histrionic display. He did away with absurdly tangled plots, and focussed the interest of tragedy on character. Tragedy thus purified, he made immortal by the strength and elevation of his moral teaching. His principal plays are Le Cid (1636), Cinna (1639), Polyeucte (1640).

The new tragedy shaped by Corneille, Racine carried to its highest perfection of form. Nothing in his plays betokens struggle, innovation, or effort. His is the polished finish of ease and ripeness. Subtle delineation of the passions, profound tenderness, faultlessness of style and expression, distinguish him above all others. Yet this very perfection of form robs him of some of the rough, wholesome vigor, which makes Corneille's plays the most healthy reading in the French language. Corneille speaks by the mouths of heroes, Racine speaks by the mouths of men.

Voltaire is only to be placed by their side for the extraordinary skill, amounting to genius, with which he followed in their footsteps. We must not look to him for new departures, nor indeed for the lofty authority of the one, or the harmonious richness of the other. Yet in each particular he succeeds, by the force of art, in getting within measurable distance of his models: his Zare (1733) and Mrope (1743) would hardly have been disowned by either.

After Voltaire, new times demanded new methods. The nineteenth century reacted against the portraiture of character alone, and required more complete representation of the action; it called for deeds enacted on the stage, and not in the slips. Hence, a new form, with a new name, le drame, has taken exclusive possession of the French tragic stage.

3. PRODUCTION OF "ESTHER."

In the year 1687, Mme. de Maintenon had founded at St. Cyr, in the vicinity of the royal residence of Versailles, an establishment for the education of two hundred and fifty girls, belonging to noble families in reduced circumstances. To this institution she devoted much of her time and care.

It was usual, in the latter part of the seventeenth century, to consider the acting of plays a valuable aid to liberal education, suitable pieces being often written by the heads of the institutions in which they were to be performed. Dissatisfied with the compositions of Mme. de Brinon, the first superior of St. Cyr, and objecting to the love-making that held such a large place in the works written for the public stage, Mme. de Maintenon applied to Racine, requesting him to write a play that should be entirely suitable for performance by very young ladies. The courtier poet could not refuse, and the result was the play of Esther, performed in January, 1689, by pupils of St. Cyr, not one of whom was over seventeen years of age.

The success of the play was startling. The king witnessed it repeatedly, and insisted that all his court and guests should do likewise. The performances of Esther, at St. Cyr, became great events for the fashionable society of the day. This unlooked-for result was not slow to alarm Mme. de Maintenon: their very success became a danger for the youthful actresses. Accordingly, Mme. de Maintenon discountenanced the resumption of Esther after the first series of performances was concluded, and she entirely withheld from public representation the second play, Athalie, written by Racine in the following year for the same purpose. Subsequently Mme. de Maintenon banished dramatic performances altogether from St. Cyr; she concluded it was better to train the reason[1] by the solid[1] truths of philosophy than the imagination by the unrealities of dramatic literature.

4. THE PLAY OF "ESTHER."

The subject of Esther is admirably chosen for the purpose Racine had in view. The story of Esther, owing mainly to the noble character of the queen, is as touching as it is lofty. The poet found it entirely in the Bible, which should be read side by side with the play from beginning to end. Several inspirations, notably that of the beautiful prayer in the first act, are drawn from the "Rest of the Book of Esther," i.e., those chapters which being found only in the Greek, and neither in the Hebrew nor in the Chaldee MSS., are relegated to the Apocrypha.

Racine follows the theory of the Abb de Saci, and takes the Ahasuerus of Scripture to be the Darius of secular history. Modern criticism, however, inclines to see in him neither Darius, nor, as has been proposed on the authority of the "Rest of the Book of Esther" (xii. 2), Artaxerxes Longimanus, but Xerxes, the immediate successor of Darius.

The idea of a Chorus is borrowed from the Greeks, as Racine expressly declared in his preface. In this play, as in Greek tragedy, the Chorus comments upon the action as it unfolds itself, and the great interests at stake lift the poet to lofty heights of lyrical inspiration. The lyrics of the chorus, far from being a relapse into the pernicious practice, prevalent before the time of Corneille, of providing such passages for the mere display of the actor's ability, are pure chants and hymns, like the Cantiques Spirituels which Racine composed subsequently in detached form, and are a highly appropriate ornament to religious plays such as Esther and Athalie.

Of the form into which the poet has cast his materials, it is impossible to speak too highly. It is adequate praise to say that the language, in its perfect simplicity and exquisite beauty, is in keeping with the elevation of the thought, which is that of the Scriptures themselves. Nor should the constructive skill be unnoticed with which the dramatist has filled in the characters sketched by the Bible; the humility and grace of Esther's account of her own triumph (ll. 31-80), the art with which Haman betrays his cruel nature by the very offer of services he makes to the queen (ll. 1151-4), the adroitness of the court he pays to the king (ll. 593-7), and his readiness of resource in adversity (ll. 1142-67).

The subjoined chronological table will enable the student to follow the events referred to in the play.

B. C. 718 Shalmaneser takes the kingdom of Israel captive. 606 Nebuchadnezzar takes the kingdom of Juda captive. 606-536 Captivity of the Jews under the Assyrians. 587 Nebuchadnezzar captures Jerusalem and destroys the temple. 536 Cyrus, King of Persia, conquers Balthasar, King of Babylon, and suffers the Jews to return to their own country. 529-522 Cambyses II. reigns over Persia. 522-521 Pseudo-Smerdis " " 521-485 Darius " " 485-465 Xerxes " " 465-425 Artaxerxes Longimanus "

[1]These words recur most frequently in her later correspondence with St. Cyr.



PROLOGUE.

LA PIETE.

Du sjour bienheureux de la Divinit Je descends dans ce lieu, par la Grace habit. L'Innocence s'y plat, ma compagne ternelle, Et n'a point sous les cieux d'asile plus fidle. Ici, loin du tumulte, aux devoirs les plus saints 5 Tout un peuple naissant est form par mes mains. Je nourris dans son coeur la semence fconde Des vertus dont il doit sanctifier le monde. Un roi qui me protge, un roi victorieux, A commis mes soins ce dpt prcieux. 10 C'est lui qui rassembla ces colombes timides, parses en cent lieux, sans secours et sans guides. Pour elles sa porte levant ce palais, Il leur y fit trouver l'abondance et la paix.

Grand Dieu, que cet ouvrage ait place en ta mmoire. 15 Que tous les soins qu'il prend pour soutenir la gloire Soient gravs de ta main au livre o sont crits Les noms prdestins des rois que tu chris. Tu m'coutes. Ma voix ne t'est point trangre. Je suis la Pit, cette fille si chre, 20 Qui t'offre de ce roi les plus tendres soupirs. Du feu de ton amour j'allume ses desirs. Du zle qui pour toi l'enflamme et le dvore La chaleur se rpand du couchant l'aurore. Tu le vois tous les jours, devant toi prostern, 25 Humilier ce front de splendeur couronn, Et confondant l'orgueil par d'augustes exemples, Baiser avec respect le pav de tes temples. De ta gloire anim, lui seul de tant de rois S'arme pour ta querelle, et combat pour tes droits. 30 Le perfide intrt, l'aveugle jalousie S'unissent centre toi pour l'affreuse hrsie; La discorde en fureur frmit de toutes parts; Tout semble abandonner tes sacrs etendards, Et l'enfer, couvrant tout de ses vapeurs funbres, 35 Sur les yeux les plus saints a jet ses tnbres. Lui seul, invariable et fond sur la foi, Ne cherche, ne regarde et n'coute que toi; Et bravant du demon l'impuissant artifice, De la religion soutient tout l'difice. 40 Grand Dieu, juge ta cause, et dploie aujourd'hui Ce bras, ce mme bras qui combattait pour lui, Lorsque des nations sa perte animes Le Rhin vit tant de fois disperser les armes. Des mmes ennemis je reconnais l'orgueil; 45 Ils viennent se briser contre le mme cueil. Dj, rompant partout leurs plus fermes barrires, Du debris de leurs forts il couvre ses frontires.

Tu lui donnes un fils prompt le seconder, Qui sait combattre, plaire, obir, commander; 50 Un fils qui, comme lui, suivi de la victoire, Semble gagner son coeur borner toute sa gloire, Un fils tous ses vceux avec amour soumis, L'ternel dsespoir de tous ses ennemis. Pareil ces esprits que ta Justice envoie, 55 Quand son roi lui dit: Pars, il s'lance avec joie, Du tonnerre vengeur s'en va tout embraser, Et tranquille ses pieds revient le dposer.

Mais tandis qu'un grand roi venge ainsi mes injures, Vous qui gotez ici des dlices si pures, 60 S'il permet son coeur un moment de repos, A vos jeux innocents appelez ce hros. Retracez lui d'Esther l'histoire glorieuse, Et sur l'impit la foi victorieuse.

Et vous, qui vous plaisez aux folles passions 65 Qu'allument dans vos coeurs les vaines fictions, Profanes amateurs de spectacles frivoles, Dont l'oreille s'ennuie au son de mes paroles, Fuyez de mes plaisirs la sainte austrit. Tout respire ici Dieu, la paix, la vrit. 70



NOMS DES PERSONNAGES.

ASSURUS, roi de Perse. ESTHER, reine de Perse. MARDOCHE, oncle d'Esther. AMAN, favori d'Assurus. ZARS, femme d'Aman. HYDASPE, officier du palais intrieur d'Assurus. ASAPH, autre officier d'Assurus. LISE, confidente d'Esther. THAMAR, Isralite de la suite d'Esther. GARDES DU ROI ASSURUS. CHOEUR DE JEUNES FILLES ISRALITES.

LA PIT fait le Prologue.

La scne est Suse, dans le palais d'Assurus.



ESTHER.

ACTE PREMIER.

(Le thatre reprsente l'appartement d'Esther.)



SCNE I.

ESTHER, LISE.

ESTHER.

Est-ce toi, chere lise? O jour trois fois heureux! Que bni soit le del qui te rend ines voeux, Toi qui de Benjamin comme moi descendue, Fus de mes premiers ans la compagne assidue, Et qui, d'un mme joug souffrant l'oppression, 5 M'aidais soupirer les malheurs de Sion. Combien ce temps encore est cher ma mmoire! Mais toi, de ton Esther ignorais-tu la gloire? Depuis plus de six mois que je te fais chercher, Quel climat, quel dsert a donc pu te cacher? 10

ELISE.

Au bruit de votre mort justement plore, Du reste des humains je vivais spare, Et de mes tristes jours n'attendais que la fin, Quand tout coup, Madame, un prophte divin: C'est pleurer trop longtemps une mort qui t'abuse, 15 Lve-toi, m'a-t-il dit, prends ton chemin vers Suse. L tu verras d'Esther la pompe et les honneurs, Et sur le trne assis le sujet de tes pleurs. Rassure, ajouta-t-il, tes tribus alarmes, Sion: le jour approche o le Dieu des armes 20 Va de son bras puissant faire clater l'appui; Et le cri de son peuple est mont jusqu' lui. Il dit; et moi, de joie et d'horreur pntre, Je cours. De ce palais j'ai su trouver l'entre. O spectacle! O triomphe admirable mes yeux, 25 Digne en effet du bras qui sauva nos aeux! Le fier Assurus couronne sa captive, Et le Persan superbe est aux pieds d'une Juive. Par quels secrets ressorts, par quel enchanement, Le Ciel a-t-il conduit ce grand vnement? 30

ESTHER.

Peut-tre on t'a cont la fameuse disgrce De l'altire Vasthi, dont j'occupe la place, Lorsque le Roi, contre elle enflamm de dpit, La chassa de son trne, ainsi que de son lit. Mais il ne put sitt en bannir la pense. 35 Vasthi rgna longtemps dans son me offense. Dans ses nombreux tats il fallut donc chercher Quelque nouvel objet qui l'en pt dtacher. De l'Inde a l'Hellespont ses esclaves coururent; Les filles de l'gypte Suse comparurent; 40 Celles mme du Parthe et du Scythe indompt Y brigurent le sceptre offert la beaut. On m'elevait alors, solitaire et cache, Sous les yeux vigilants du sage Mardoche. Tu sais combien je dois ses heureux secours. 45 La mort m'avait ravi les auteurs de mes jours; Mais lui, voyant en moi la fille de son frre, Me tint lieu, chre lise, et de pre et de mre. Du triste tat des Juifs jour et nuit agit, Il me tira du sein de mon obscurit; 50 Et sur mes faibles mains fondant leur dlivrance, Il me fit d'un empire accepter l'esprance. A ses desseins secrets tremblante j'obis. Je vins. Mais je cachai ma race et mon pays. Qui pourrait cependant t'exprimer les cabales 55 Que formait en ces lieux ce peuple de rivales, Qui toutes disputant un si grand intrt, Des yeux d'Assurus attendaient leur arrt? Chacune avait sa brigue et de puissants suffrages: L'une d'un sang fameux vantait les avantages; 60 L'autre, pour se parer de superbes atours, Des plus adroites mains empruntait le secours; Et moi, pour toute brigue et pour tout artifice, De mes larmes au ciel j'offrais le sacrifice.

Enfin on m'annona l'ordre d'Assurus. 65 Devant ce fier monarque, lise, je parus. Dieu tient le coeur des rois entre ses mains puissantes. Il fait que tout prospre aux mes innocentes, Tandis qu'en ses projets l'orgueilleux est tromp. De mes faibles attraits le Roi parut frapp. 70 Il m'observa longtemps dans un sombre silence; Et le Ciel, qui pour moi fit pencher la balance, Dans ce temps-l sans doute agissait sur son coeur. Enfin, avec des yeux o rgnait la douceur: Soyez reine, dit-il; et ds ce moment mme 75 De sa main sur mon front posa son diadme. Pour mieux faire clater sa joie et son amour, Il combla de prsents tous les grands de sa cour; Et mme ses bienfaits, dans toutes ses provinces. Invitrent le peuple aux noces de leurs princes. 80

Helas! durant ces jours de joie et de festins, Quelle tait en secret ma honte et mes chagrins! Esther, disais-je, Esther dans la pourpre est assise, La moiti de la terre son sceptre est soumise, Et de Jrusalem l'herbe cache les murs! 85 Sion, repaire affreux de reptiles impurs, Voit de son temple saint les pierres disperses, Et du Dieu d'Isral les ftes sont cesses!

LISE.

N'avez-vous point au Roi confi vos ennuis?

ESTHER.

Le Roi, jusqu' ce jour, ignore qui je suis. 90 Celui par qui le ciel rgle ma destine Sur ce secret encor tient ma langue enchane.

LISE.

Mardoche? H! peut-il approcher de ces lieux?

ESTHER.

Son amiti pour moi le rend ingnieux. Absent, je le consulte; et ses rponses sages 95 Pour venir jusqu'a moi trouvent mille passages. Un pre a moins de soin du salut de son fils. Dj mme, dj, par ses secrets avis, J'ai dcouvert au Roi les sanglantes pratiques Que formaient contre lui deux ingrats domestiques. 100 Cependant mon amour pour notre nation A rempli ce palais de filles de Sion, Jeunes et tendres fleurs, par le sort agites, Sous un ciel tranger comme moi transplantes. Dans un lieu spar de profanes tmoins, 105 Je mets les former mon tude et mes soins; Et c'est l que, fuyant l'orgueil du diadme, Lasse de vains honneurs, et me cherchant moi-mme, Aux pieds de l'ternel je viens m'humilier, Et goter le plaisir de me faire oublier. 110 Mais a tous les Persans je cache leurs familles. Il faut les appeler. Venez, venez, mes filles, Compagnes autrefois de ma captivit, De l'antique Jacob jeune postrit.



SCNE II.

ESTHER, LISE, LE CHOEUR.

UNE DES ISRALITES chante derrire le thtre.

Ma soeur, quelle voix nous appelle? 115

UNE AUTRE.

J'en reconnais les agrables sons. C'est la Reine.

TOUTES DEUX.

Courons, mes soeurs, obissons, La Reine nous appelle: Allons, rangeons-nous auprs d'elle.

TOUT LE CHOEUR entrant sur la scne par plusieurs endroits differents.

La Reine nous appelle: 120 Allons, rangeons-nous auprs d'elle.

LISE.

Ciel! quel nombreux essaim d'innocentes beauts S'offre mes yeux en foule et sort de tous cts! Quelle aimable pudeur sur leur visage est peinte! Prosprez, cher espoir d'une nation sainte. 125 Puissent jusques au ciel vos soupirs innocents Monter comme l'odeur d'un agrable encens! Que Dieu jette sur vous des regards pacifiques.

ESTHER.

Mes filles, chantez-nous quelqu'un de ces cantiques O vos voix si souvent se mlant mes pleurs 130 De la triste Sion clbrent les malheurs.

UNE ISRALITE seule chante.

Dplorable Sion, qu'as-tu fait de ta gloire? Tout l'univers admirait ta splendeur: Tu n'es plus que poussire; et de cette grandeur Il ne nous reste plus que la triste mmoire. 135 Sion, jusques au ciel lvee autrefois, Jusqu'aux enfers maintenant abaisse, Puiss-je demeurer sans voix, Si dans mes chants ta douleur retrace Jusqu'au dernier soupir n'occupe ma pense! 140



TOUT LE CHOEUR.

O rives du Jourdain! champs aims des Cieux! Sacrs monts, fertiles valles, Par cent miracles signales! Du doux pays de nos aeux Serons-nous toujours exiles? 145

UNE ISRALITE seule.

Quand verrai-je, Sion! relever tes remparts, Et de tes tours les magnifiques fates? Quand verrai-je de toutes parts Tes peuples en chantant accourir tes ftes?

TOUT LE CHOEUR.

O rives du Jourdain! champs aims des Cieux! 145 Sacrs monts, fertiles valles, Par cent miracles signalees! Du doux pays de nos aeux Serons-nous toujours exiles?



SCNE III.

ESTHER, MARDOCHE, LISE, LE CHOEUR.

ESTHER.

Quel profane en ce lieu s'ose avancer vers nous? 155 Que vois-je? Mardoche? O mon pre, est-ce vous? Un ange du Seigneur, sous son aile sacre, A donc conduit vos pas et cach votre entre? Mais d'o vient cet air sombre, et ce cilice affreux, Et cette cendre enfin qui couvre vos cheveux? 160 Que nous annoncez-vous?

MARDOCHEE.

O Reine infortunee! O d'un peuple innocent barbare destinee! Lisez, lisez l'arret detestable, cruel. Nous sommes tons perdus, et c'est fait d'Israel.

ESTHER.

Juste Ciel! tout mon sang dans mes veines se glace. 165

MARDOCHEE.

On doit de tous les Juifs exterminer la race. Au sanguinaire Aman nous sommes tous livres. Les glaives, les couteaux sont de'ja prepares. Toute la nation a la fois est proscrite. Aman, l'impie Aman, race d'Amalecite, 170 A pour ce coup funeste arme tout son credit; Et le Roi, trop cre'dule, a signe cet edit. Prevenu centre nous par cette bouche impure, Il nous croit en horreur a toute la nature. Ses ordres sont donnes; et dans tous ses Etats, 175 Le jour fatal est pris pour tant d'assassinats. Cieux, eclairerez-vous cet horrible carnage? Le fer ne connaitra ni le sexe ni l'age; Tout doit servir de proie aux tigres, aux vautours; Et ce jour effroyable arrive dans dix jours. 180

ESTHER.

O Dieu, qui vois former des desseins si funestes, As-tu donc de Jacob abandonne les restes?

UNE DES PLUS JEUNES ISRAELITES.

Ciel, qui nous defendra, si tu ne nous defends?

MARDOCHEE.

Laissez les pleurs, Esther, a ces jeunes enfants. En vous est tout I'espoir de vos malheureux freres. 185 II faut ies secourir. Mais les heures sont cheres: Le temps vole, et bientot amenera le jour Ou le nom des Hebreux doit perir sans retour. Toute pleine du feu de tant de saints prophetes, Allez, osez au Roi declarer qui vous etes. 190

ESTHER.

Helas! ignorez-vous quelles severes lois Aux timides mortels cachent ici les rois? Au fond de leur palais leur majeste terrible Affecte a leurs sujets de se rendre invisible; Et la mort est le prix de tout audacieux 195 Qui, sans etre appele, se presente a teurs yeux, Si le Roi dans l'instant, pour sauver le coupable, Ne lui donne a baiser son sceptre redoutable. Rien ne met a l'abri de cet ordre fatal, Ni le rang, ni le sexe, et le crime est e'gal. 200 Moi-meme, sur son trone, a ses cotes assise, Je suis a cette loi comme une autre soumise; Et sans le prevenir, il faut, pour lui parler, Qu'il me cherche, ou du moins qu'il me fasse appeler.

MARDOCHEE.

Quoi? lorsque vous voyez perir votre patrie, 205 Pour quelque chose, Esther, vous comptez votre vie! Dieu parle, et d'un mortel vous craignez le courroux! Que dis-je? votre vie, Esther, est-elle a vous? N'est-elle pas au sang dont vous etes issue? N'est-elle pas a Dieu dont vous l'avez recue? 210 Et qui sait, lorsqu'au trne il conduisit vos pas, Si pour sauver son peuple il ne vous gardait pas?

Songez-y bien: ce Dieu ne vous a pas choisie Pour tre un vain spectacle aux peuples de l'Asie, Ni pour charmer les yeux des profanes humains. 215 Pour un plus noble usage il rserve ses saints. S'immoler pour son nom et pour son hritage, D'un enfant d'Isral voil le vrai partage: Trop heureuse pour lui de hasarder vos jours! Et quel besoin son bras a-t-il de nos secours? 220 Que peuvent contre lui tous les rois de la terre? En vain ils s'uniraient pour lui faire la guerre: Pour dissiper leur ligue il n'a qu' se montrer; Il parle, et dans la poudre il les fait tous rentrer. Au seul son de sa voix la mer fuit, le ciel tremble; 225 Il voit comme un nant tout l'univers ensemble; Et les faibles mortels, vains jouets du trpas, Sont tous devant ses yeux comme s'ils n'taient pas.

S'il a permis d'Aman l'audace criminelle, Sans doute qu'il voulait prouver votre zle. 230 C'est lui qui, m'excitant vous oser chercher, Devant moi, chre Esther, a bien voulu marcher; Et s'il faut que sa voix frappe en vain vos oreilles, Nous n'en verrons pas moins clater ses merveilles. Il peut confondre Aman, il peut briser nos fers 235 Par la plus faible main qui soit dans l'univers. Et vous, qui n'aurez point accept cette grce, Vous prirez peut-tre, et toute votre race.

ESTHER.

Allez. Que tous les Juifs dans Suse rpandus, A prier avec vous jour et nuit assidus, 240 Me prtent de leurs voeux le secours salutaire, Et pendant ces trois jours gardent un jene austre. Dj la sombre nuit a commenc son tour: Demain, quand le soleil rallumera le jour, Contente de prir, s'il faut que je prisse, 245 J'irai pour mon pays m'offrir en sacrifice. Qu'on s'loigne un moment.

(Le Choeur se retire vers le fond du thtre.)



SCNE IV.

ESTHER, LISE, LE CHOEUR.

ESTHER.

O mon souverain Roi! Me voici donc tremblante et seule devant toi. Mon pre mille fois m'a dit dans mon enfance Qu'avec nous tu juras une sainte alliance, 250 Quand, pour te faire un peuple agrable tes yeux, Il plut ton amour de choisir nos aeux. Mme tu leur promis de ta bouche sacre Une postrit d'ternelle dure. Hlas! ce peuple ingrat a mpris ta loi; 255 La nation chrie a viol sa foi; Elle a rpudie son poux et son pre, Pour rendre d'autres dieux un honneur adultre. Maintenant elle sert sous un matre tranger. Mais c'est peu d'tre esclave, on la veut gorger. 260 Nos superbes vainqueurs, insultant nos larmes, Imputent leurs dieux le bonheur de leurs armes, Et veulent aujourd'hui qu'un mme coup mortel Abolisse ton nom, ton peuple et ton autel. Ainsi donc un perfide, aprs tant de miracles, 265 Pourrait anantir la foi de tes oracles, Ravirait aux mortels le plus cher de tes dons, Le saint que tu promets et que nous attendons? Non, non, ne souffre pas que ces peuples farouches, Ivres de notre sang, ferment les seules bouches 270 Qui dans tout l'univers clbrent tes bienfaits; Et confonds tous ces dieux qui ne furent jamais.

Pour moi, que tu retiens parmi ces infidles, Tu sais combien je hais leurs ftes criminelles, Et que je mets au rang des profanations 275 Leur table, leurs festins, et leurs libations; Que mme cette pompe o je suis condamne, Ce bandeau, dont il faut que je paraisse orne Dans ces jours solennels l'orgueil ddis, Seule et dans le secret je le foule mes pieds; 280 Qu' ces vains ornements je prfre la cendre, Et n'ai de got qu'aux pleurs que tu me vois rpandre, J'attendais le moment marqu dans ton arrt, Pour oser de ton peuple embrasser l'intrt. Ce moment est venu: ma prompte obissance 285 Va d'un roi redoutable affronter la prsence, C'est pour toi que je marche. Accompagne mes pas Devant ce fier lion qui ne te connat pas, Commande en me voyant que son courroux s'apaise, Et prte mes discours un charme qui lui plaise. 290 Les orages, les vents, les cieux te sont soumis: Tourne enfin sa fureur centre nos ennemis.



SCNE V.

(Toute cette scne est chante.)

LE CHOEUR.

UNE ISRALITE seule.

Pleurons et gmissons, mes fidles compagnes; A nos sanglots donnons un libre cours. Levons les yeux vers les saintes montagnes 295 D'o l'innocence attend tout son secours. O mortelles alarmes! Tout Isral prit. Pleurez, mes tristes yeux: Il ne fut jamais sous les cieux Un si juste sujet de larmes. 300

TOUT LE CHOEUR.

O mortelles alarmes!

UNE AUTRE ISRALITE.

N'tait-ce pas assez qu'un vainqueur odieux De l'auguste Sion et dtruit tous les charmes, Et tran ses enfants captifs en mille lieux?

TOUT LE CHOEUR.

O mortelles alarmes! 305

LA MME ISRALITE.

Faibles agneaux livrs des loups furieux, Nos soupirs sont nos seules armes. TOUT LE CHOEUR.

O mortelles alarmes!

UNE DES ISRALITES.

Arrachons, dchirons tous ces vains ornements Qui parent notre tte. 310

UNE AUTRE.

Revtons-nous d'habillements Conformes l'horrible fte Que l'impie Aman nous apprte.

TOUT LE CHOEUR.

Arrachons, dchirons tous ces vains ornements Qui parent notre tte. 315

UNE ISRALITE seule.

Quel carnage de toutes parts! On gorge la fois les enfants, les vieillards, Et la soeur et le frre, Et la fille et la mre, Le fils dans les bras de son pre. 320 Que de corps entasss! que de membres pars Privs de spulture! Grand Dieu! tes saints sont la pture Des tigres et des lopards.

UNE DES PLUS JEUNES ISRALITES.

Hlas! si jeune encore, 325 Par quel crime ai-je pu mriter mon malheur? Ma vie peine a commenc d'clore. Je tomberai comme une fleur Qui n'a vu qu'une aurore. Hlas! si jeune encore, 330 Par quel crime ai-je pu mriter mon malheur?

UNE AUTRE.

Des offenses d'autrui malheureuses victimes, Que nous servent, hlas! ces regrets superflus? Nos pres ont pch, nos pres ne sont plus, Et nous portons la peine de leurs crimes. 335

TOUT LE CHOEUR.

Le Dieu que nous servons est le Dieu des combats. Non, non, il ne souffrira pas Qu'on gorge ainsi l'innocence.

UNE ISRALITE seule.

H quoi? dirait l'impit, O donc est-il ce Dieu si redout 340 Dont Isral nous vantait la puissance?

UNE AUTRE.

Ce Dieu jaloux, ce Dieu victorieux, Frmissez, peuples de la terre, Ce Dieu jaloux, ce Dieu victorieux Est le seui qui commande aux cieux. 345 Ni les clairs ni le tonnerre N'obissent point vos dieux.

UNE AUTRE.

Il renverse l'audacieux.

UNE AUTRE.

Il prend l'humble sous sa dfense.

TOUT LE CHOEUR.

Le Dieu que nous servons est le Dieu des combats. 350 Non, non, il ne souffrira pas Qu'on gorge ainsi l'innocence.

DEUX ISRALITES.

O Dieu, que la gloire couronne, Dieu, que la lumire environne, Qui voles sur l'aile des vents, 355 Et dont le trne est port par les anges!

DEUX AUTRES DES PLUS JEUNES.

Dieu, qui veux bien que de simples enfants Avec eux chantent tes louanges!

TOUT LE CHOEUR.

Tu vois nos pressants dangers: Donne ton nom la victoire: 360 Ne souffre point que ta gloire Passe des dieux trangers.

UNE ISRALITE seule.

Arme-toi, viens nous dfendre. Descends tel qu'autrefois la mer te vit descendre. Que les mchants apprennent aujourd'hui 365 A craindre ta colre. Qu'ils soient comme la poudre et la paille legere Que le vent chasse devant lui.

TOUT LE CHOEUR.

Tu vois nos pressants dangers: Donne ton nom la victoire; 370 Ne souffre point que ta gloire Passe des dieux trangers.



ACTE SECOND.

(Le thtre reprsente la chambre o est le trne Assurus.)

SCNE I.

AMAN, HYDASPE.

AMAN.

H quoi? lorsque le jour ne commence qu' luire, Dans ce lieu redoutable oses-tu m'introduire?

HYDASPE.

Vous savez qu'on s'en peut reposer sur ma foi, 375 Que ces portes, Seigneur, n'obissent qu' moi. Venez. Partout ailleurs on pourrait nous entendre.

AMAN.

Quel est donc le secret que tu me veux apprendre?

HYDASPE.

Seigneur, de vos bienfaits mille fois honor, Je me souviens toujours que je vous ai jur 380 D'exposer vos yeux par des avis sincres Tout ce que ce palais renferme de mystres. Le Roi d'un noir chagrin parat envelopp. Quelque songe effrayant cette nuit l'a frapp. Pendant que tout gardait un silence paisible, 385 Sa voix s'est fait entendre avec un cri terrible. J'ai couru. Le dsordre tait dans ses discours. Il s'est plaint d'un pril qui menaait ses jours: Il parlait d'ennemi, de ravisseur farouche; Mme le nom d'Esther est sorti de sa bouche. 390 Il a dans ces horreurs pass toute la nuit. Enfin, las d'appeler un sommeil qui le fuit, Pour carter de lui ces images funbres, Il s'est fait apporter ces annales clbres O les faits de son rgne, avec soin amasss, 395 Par de fideles mains chaque jour sont tracs. On y conserve crits le service et l'offense, Monuments ternels d'amour et de vengeance. Le Roi, que j'ai laiss plus caime dans son lit, D'une oreille attentive ecout ce rcit. 400

AMAN.

De quel temps de sa vie a-t-il choisi l'histoire?

HYDASPE.

Il revoit tous ces temps si remplis de sa gloire, Depuis le fameux jour qu'au trne de Cyrus Le choix du sort plaa l'heureux Assurus.

AMAN.

Ce songe, Hydaspe, est donc sorti de son ide? 405

HYDASPE.

Entre tous les devins fameux dans la Chalde, Il a fait assembler ceux qui savent le mieux Lire en un songe obscur les volonts des cieux. Mais quel trouble vous-mme aujourd'hui vous agite? Votre me, en m'coutant, parat toute interdite. 410 L'heureux Aman a-t-il quelques secrets ennuis?

AMAN.

Peux-tu le demander dans la place o je suis, Ha, craint, envi, souvent plus misrable Que tous les malheureux que mon pouvoir accable?

HYDASPE.

H! qui jamais du Ciel eut des regards plus doux? 415 Vous voyez l'univers prostern devant vous.

AMAN.

L'univers? Tous les jours un homme. . . un vil esclave, D'un front audacieux me ddaigne et me brave.

HYDASPE.

Quel est cet ennemi de l'tat et du Roi?

AMAN.

Le nom de Mardoche est-il connu de toi? 420

HYDASPE.

Qui? ce chef d'une race abominable, impie?

AMAN.

Oui, lui-mme.

HYDASPE.

H, Seigneur! d'une si belle vie Un si faible ennemi peut-il troubler la paix?

AMAN.

L'insolent devant moi ne se courba jamais. En vain de la faveur du plus grand des monarques 425 Tout rvre genoux les glorieuses marques; Lorsque d'un saint respect tous les Persans touchs N'osent lever leurs fronts la terre attachs, Lui, fierement assis, et la tte immobile, Traite tous ces honneurs d'impit servile, 430 Prsente mes regards un front sditieux, Et ne daignerait pas au moins baisser les yeux. Du palais cepeudant il assige la porte: A quelque heure que j'entre, Hydaspe, ou que je sorte, Son visage odieux m'afflige et me poursuit; 435 Et mon esprit troubl le voit encor la nuit. Ce matin j'ai voulu devancer la lumire: Je l'ai trouv couvert d'une affreuse poussire, Revtu de lambeaux, tout ple; mais son oeil Conservait sous la cendre encor le mme orgueil. 440 D'o lui vient, cher ami, cette impudente audace? Toi, qui dans ce palais vois tout ce qui se passe, Crois-tu que quelque voix ose parler pour lui? Sur quel roseau fragile a-t-il mis son appui?

HYDASPE.

Seigneur, vous le savez, son avis salutaire 445 Dcouvrit de Thars le complot sanguinaire. Le Roi promit alors de le rcompenser. Le Roi, depuis ce temps, parat n'y plus penser.

AMAN.

Non, il faut tes yeux dpouiller l'artifice. J'ai su de mon destin corriger l'injustice, 450

Dans les mains des Persans jeune enfant apport, Je gouverne l'empire o je fus achet. Mes richesses des rois galent l'opulence. Environn d'enfants, soutiens de ma puissance, Il ne manque mon front que le bandeau royal. 455 Cependant (des mortels aveuglement fatal!) De cet amas d'honneurs la douceur passagre Fait sur mon coeur peine une atteinte lgre; Mais Mardoche, assis aux portes du palais, Dans ce coeur malheureux enfonce mille traits; 460 Et toute ma grandeur me devient insipide, Tandis que le soleil claire ce perfide.

HYDASPE.

Vous serez de sa vue affranchi dans dix jours: La nation entire est promise aux vautours.

AMAN.

Ah! que ce temps est long mon impatience! 465 C'est lui, je te veux bien cofier ma vengeance, C'est lui qui, devant moi refusant de ployer, Les a livrs au bras qui les va foudroyer. C'tait trop peu pour moi d'une telle victime: La vengeance trop faible attire un second crime. 470 Un homme tel qu'Aman, lorsqu'on l'ose irriter, Dans sa juste fureur ne peut trop clater. Il faut des chtiments dont l'univers frmisse; Qu'on tremble en comparant l'offense et le supplice; Que les peuples entiers dans le sang soient noys. 475 Je veux qu'on dise un jour aux sicles effrays: Il fut des Juifs, il fut une insolente race; Rpandus sur la terre, ils en couvraient la face, Un seul osa d'Aman attirer le courroux, Aussitt de la terre ils disparurent tous. 480

HYDASPE.

Ce n'est donc pas, Seigneur, le sang amalcite Dont la voix les perdre en secret vous excite?

AMAN.

Je sais que, descendu de ce sang malheureux, Une ternelle haine a d m'armer centre eux; Qu'ils firent d'Amalec un indigne carnage; 485 Que jusqu'aux vils troupeaux tout prouva leur rage, Qu'un dplorable reste peine fut sauv. Mais, crois-moi, dans le rang o je suis lve, Mon me, ma grandeur tout entire attache, Des intrts du sang est faiblement touche. 490 Mardochee est coupable; et que faut-il de plus? Je prvins donc contre eux l'esprit d'Assurus: J'inventai des couleurs; j'armai la calomnie; J'intressai sa gloire; il trembla pour sa vie. Je les peignis puissants, riches, sditieux, 495 Leur dieu mme ennemi de tous les autres dieux. Jusqu' quand souffre-t-on que ce peuple respire, Et d'un culte profane infecte votre empire? trangers dans la Perse, nos lois opposs, Du reste des humains ils semblent diviss, 500 N'aspirent qu' troubler le repos o nous sommes, Et dtests partout, dtestent tous les hommes, Prevenez, punissez leurs insolents efforts; De leur depouille enfin grossissez vos trsors. Je dis, et l'on me crut. Le Roi, des l'heure mme, 505 Mit dans ma main le sceau de son pouvoir suprme; Assure, me dit-il, le repos de ton roi; Va, perds ces malheureux: leur dpouille est toi. Toute la nation fut ainsi condamne. Du carnage avec lui je rglai la journe. 510 Mais de ce tratre enfin le trpas differ Fait trop souffrir mon coeur de son sang altr. Un je ne sais quel trouble empoisonne ma joie. Pourquoi dix jours encor faut-il que je le voie?

HYDASPE.

Et ne pouvez-vous pas d'un mot l'exterminer? 515 Dites au Roi, Seigneur, de vous l'abandonner.

AMAN.

Je viens pour epier le moment favorable. Tu connais comme moi ce prince inexorable. Tu sais combien terrible en ses soudains transports, De nos desseins souvent il rompt tous les ressorts. 520 Mais me tourmenter ma crainte est trop subtile: Mardoche ses yeux est une me trop vile.

HYDASPE.

Que tardez-vous? Allez, et faites promptement lever de sa mort le honteux instrument.

AMAN.

J'entends du bruit; je sors. Toi, si le Roi m'appelle. . . . 525

HYDASPE.

Il suffit.



SCNE II.

ASSURUS, HYDASPE, ASAPH, SUITE D'ASSURUS.

ASSURUS.

Ainsi donc, sans cet avis fidle, Deux tratres dans son lit assassinaient leur roi? Qu'on me laisse, et qu'Asaph seui demeure avec moi.



SCNE III.

ASSURUS, ASAPH.

ASSURUS, assis sur son trne.

Je veux bien l'avouer: de ce couple perfide J'avais presque oubli l'attentat parricide; 530 Et j'ai pli deux fois au terrible rcit Qui vient d'en retracer l'image mon esprit. Je vois de quel succs leur fureur fut suivie, Et que dans les tourments ils laissrent la vie. Mais ce sujet zl qui, d'un oeil si subtil, 535 Sut de leur noir complot dvelopper le fil, Qui me montra sur moi leur main dj leve, Enfin par qui la Perse avec moi fut sauve, Quel honneur pour sa foi, quel prix a-t-il reu?

ASAPH.

On lui promit beaucoup: c'est tout ce que j'ai su. 540 ASSURUS.

O d'un si grand service oubli trop condamnable! Des embarras du trne effet invitable! De soins tumultueux un prince environn Vers de nouveaux objets est sans cesse entran; L'avenir l'inquite, et le prsent le frappe, 545 Mais plus prompt que l'clair, le passe nous chappe; Et de tant de mortels, toute heure empresss A nous faire valoir leurs soins intresss, Il ne s'en trouve point qui, touchs d'un vrai zle, Prennent notre gloire un intrt fidle, 550 Du mrite oubli nous fassent souvenir; Trop prompts nous parler de ce qu'il faut punir. Ah! que plutt l'injure chappe ma vengeance, Qu'un si rare bienfait ma reconnaissance! Et qui voudrait jamais s'exposer pour son roi? 555 Ce mortel qui montra tant de zle pour moi, Vit-il encore?

ASAPH.

Il voit l'astre qui vous claire.

ASSURUS.

Et que n'a-t-il plus tt demand son salaire? Quel pays recul le cach a mes bienfaits?

ASAPH.

Assis le plus souvent aux portes du palais, 560 Sans se plaindre de vous, ni de sa destine, Il y trane, Seigneur, sa vie infortune.

ASSURUS.

Et je dois d'autant moins oublier la vertu, Qu'elle-mme s'oublie. Il se nomme, dis-tu?

ASAPH.

Mardoche est le nom que je viens de vous lire. 565

ASSURUS.

Et son pays?

ASAPH.

Seigneur, puisqu'il faut vous le dire, C'est un de ces captifs prir destins, Des rives du Jourdain sur l'Euphrate amens.

ASSURUS.

Il est donc Juif? O ciel! Sur le point que la vie Par mes propres sujets m'allait tre ravie, 570 Un Juif rend par ses soins leurs efforts impuissants? Un Juif m'a prserv du glaive des Persans? Mais puisqu'il m'a sauv, quel qu'il soil, il n'importe. Hol! quelqu'un.



SCNE IV.

ASSURUS, HYDASPE, ASAPH.

HYDASPE.

Seigneur.

ASSURUS.

Regarde cette porte. Vois s'il s'offre tes yeux quelque grand de ma cour. 575

HYDASPE.

Aman votre porte a devanc le jour.

ASSURUS.

Qu'il entre. Ses avis m'claireront peut-tre.



SCNE V.

ASSURUS, AMAN, HYDASPE, ASAPH.

ASSURUS.

Approche, heureux appui du trne de ton matre, me de mes conseils, et qui seul tant de fois 580 Du sceptre dans ma main as soulag le poids. Un reproche secret embarrasse mon me. Je sais combien est pur le zee qui t'enflamme: Le mensonge jamais n'entra dans tes discours, Et mon intrt seul est le but o tu cours. Dis-moi donc: que doit faire un prince magnanime 585 Qui veut combler d'honneurs un sujet qu'il estime? Par quel gage clatant et digne d'un grand roi Puis-je rcompenser le mrite et la foi? Ne donne point de borne ma reconnaissance. Mesure tes conseils sur ma vaste puissance. 590

AMAN, tout bas.

C'est pour toi-mme, Aman, que tu vas prononcer; Et quel autre que toi peut-on rcompenser?

ASSURUS.

Que penses-tu?

AMAN.

Seigneur, je cherche, j'envisage, Des monarques persans la conduite et l'usage. Mais mes yeux en vain je les rappelle tous: 595 Pour vous rgler sur eux que sont-ils prs de vous? Votre rgne aux neveux doit servir de modle. Vous voulez d'un sujet reconnatre le zle. L'honneur seul peut flatter un esprit gnreux; Je voudrais donc, Seigneur, que ce mortel heureux, 600 De la pourpre aujourd'hui par comme vous-mme, Et portant sur le front le sacr diadme, Sur un de vos coursiers pompeusement orn, Aux yeux de vos sujets dans Suse ft men; Que, pour comble de gloire et de magnificence, 605 Un seigneur minent en richesse, en puissance, Enfin de votre empire aprs vous le premier, Par la bride guidt son superbe coursier; Et lui-mme, marchant en habits magnifiques, Crit haute voix dans les places publiques: 610 Mortels, prosternez-vous: c'est ainsi que le Roi Honore le mrite et couronne la foi.

ASSURUS.

Je vois que la sagesse elle-mme t'inspire. Avec mes volonts ton sentiment conspire. Va, ne perds point de temps. Ce que tu m'as dict, 615 Je veux de point en point qu'il soit excut. La vertu dans l'oubli ne sera plus cache. Aux portes du palais prends le Juif Mardochee: C'est lui que je prtends honorer aujourd'hui. Ordonne son triomphe, et marche devant lui. 620 Que Suse par ta voix de son nom retentisse, Et fais son aspect que tout genou flechisse. Sortez tous.

AMAN.

Dieux!



SCNE VI.

ASSURUS, seul.

Le prix est sans doute inou: Jamais d'un tel honneur un sujet n'a joui. Mais plus la rcompense est grande et glorieuse, 625 Plus mme de ce Juif la race est odieuse, Plus j'assure ma vie, et montre avec clat Combien Assurus redoute d'tre ingrat. On verra l'innocent discern du coupable. Je n'en perdrai pas moins ce peuple abominable. 630 Leurs crimes. . . .



SCNE VII.

ASSURUS, ESTHER, ELISE, THAMAR, PARTIE DU CHOEUR.

(Esther entre, s'appuyant sur lise; quatre Isralites soutiennent sa robe?)

ASSURUS.

Sans mon ordre on porte ici ses pas? Quel mortel insolent vient chercher le trpas? Gardes. . . . C'est vous, Esther? Quoi? sans tre attendue?

ESTHER.

Mes filles, soutenez votre reine perdue. Je me meurs. (Elle tombe vanouie.)

ASSURUS.

Dieux puissants! quelle trange pleur 635 De son teint tout coup efface la couleur? Esther, que craignez-vous? Suis-je pas votre frre? Est-ce pour vous qu'est fait un ordre si svre? Vivez, le sceptre d'or, que vous tend cette main, Pour vous de ma clmence est un gage certain. 640

ESTHER.

Quelle voix salutaire ordonne que je vive, Et rappelle en mon sein mon me fugitive?

ASSURUS.

Ne connaissez-vous pas la voix de votre poux? Encore un coup, vivez, et revenez vous.

ESTHER.

Seigneur, je n'ai jamais contempl qu'avec crainte 645 L'auguste majest sur votre front empreinte: Jugez combien ce front irrit contre moi Dans mon me trouble a d jeter d'effroi. Sur ce trne sacr, qu'environne la foudre, J'ai cru vous voir tout prt me reduire en poudre. 650 Hlas! sans frissonner, quel coeur audacieux Soutiendrait les clairs qui partaient de vos yeux? Ainsi du Dieu vivant la colre tincelle. . . .

ASSURUS.

O soleil! flambeaux de lumire immortelle! Je me trouble moi-mme, et sans fremissement 655 Je ne puis voir sa peine et son saisissement. Calmez, Reine, calmez la frayeur qui vous presse Du coeur d'Assurus souveraine matresse, prouvez seulement son ardente amiti: Faut-il de mes tats vous donner la moiti? 660

ESTHER.

H! se peut-il qu'un roi craint de la terre entire; Devant qui tout flchit et baise la poussire, Jette sur son esclave un regard si serein, Et m'offre sur son coeur un pouvoir souverain?

ASSURUS.

Croyez-moi, chre Esther, ce sceptre, cet empire, 665 Et ces profonds respects que la terreur inspire, A leur pompeux clat mlent peu de douceur, Et fatiguent souvent leur triste possesseur. Je ne trouve qu'en vous je ne sais quelle grce Qui me charme toujours et jamais ne me lasse. 670 De l'aimable vertu doux et puissants attraits! Tout respire en Esther l'innocence et la paix. Du chagrin le plus noir elle carte les ombres, Et fait des jours sereins de mes jours les plus sombres Que dis-je? sur ce trne assis auprs de vous, 675 Des astres ennemis j'en crains moins le courroux, Et crois que votre front prte mon diadme Un clat qui le rend respectable aux dieux mme. Osez donc me rpondre, et ne me cachez pas Quel sujet important conduit ici vos pas. 680 Quel intrt, quels soins vous agitent, vous pressent? Je vois qu'en m'coutant vos yeux au Ciel s'adressent. Parlez: de vos dsirs le succs est certain, Si ce succs dpend d'une mortelle main.

ESTHER.

O bont qui m'assure autant qu'elle m'honore! Un intrt pressant veut que je vous implore. J'attends ou mon malheur ou ma flicit; Et tout dpend, Seigneur, de votre volont. Un mot de votre bouche, en terminant mes peines, Peut rendre Esther heureuse entre toutes les reines. 690

ASSURUS.

Ah! que vous enflammez mon dsir curieux!

ESTHER.

Seigneur, si j'ai trouv grce devant vos yeux, Si jamais mes voeux vous ftes favorable, Permettez, avant tout, qu'Esther puisse sa table Recevoir aujourd'hui son souverain Seigneur, 695 Et qu'Aman soit admis cet excs d'honneur. J'oserai devant lui rompre ce grand silence, Et j'ai, pour m'expliquer, besoin de sa prsence.

ASSURUS.

Dans quelle inquitude, Esther, vous me jetez! Toutefois, qu'il soit fait comme vous souhaitez. 700 (A ceux de sa suite.) Vous, que l'on cherche Aman; et qu'on lui fasse entendre Qu'invit chez la Reine, il ait soin de s'y rendre.

HYDASPE.

Les savants Chaldens, par votre ordre appels, Dans cet appartement, Seigneur, sont assembls.

ASSURUS.

Princesse, un songe trange occupe ma pense. 705 Vous-mme en leur rponse etes intresse. Venez, derrire un voile coutant leurs discours, De vos propres clarts me prter le secours. Je crains pour vous, pour moi, quelque ennemi perfide.

ESTHER.

Suis-moi, Thamar. Et vous, troupe jeune et timide, 710 Sans craindre ici les yeux d'une profane cour, A l'abri de ce trne attendez mon retour.



SCNE VIII.

(_Cette scne est partie dclame sans chant, et partie chante.)

LISE, PARTIE DU CHOEUR.

LISE.

Que vous semble, mes soeurs, de l'tat o nous sommes? D'Esther, d'Aman, qui le doit emporter? Est-ce Dieu, sont-ce les hommes 715 Dont les oeuvres vont clater? Vous avez vu quelle ardente colre, Allumait de ce roi le visage svre.

UNE DES ISRALITES.

Des clairs de ses yeux l'oeil tait bloui.

UNE AUTRE.

Et sa voix m'a paru comme un tonnerre horrible. 720

LISE.

Comment ce courroux si terrible En un moment s'est-il vanoui?

UNE DES ISRALITES chante.

Un moment a chang ce courage inflexible. Le lion rugissant est un agneau paisible. Dieu, notre Dieu sans doute a vers dans son coeur 725 Cet esprit de douceur.

LE CHOEUR chante.

Dieu, notre Dieu sans doute a vers dans son coeur Cet esprit de douceur.

LA MEME ISRALITE chante.

Tel qu'un ruisseau docile Obit la main qui dtourne son cours, 730 Et, laissant de ses eaux partager le secours, Va rendre tout un champ fertile, Dieu, de nos volonts arbitre souverain, Le coeur des rois est ainsi dans ta main.

LISE.

Ah! que je crains, mes soeurs, les funestes nuages 735 Qui de ce prince obscurcissent les yeux! Comme il est aveugl du culte de ses dieux!

UNE DES ISRALITES.

Il n'atteste jamais que leurs noms odieux.

UNE AUTRE.

Aux feux inanims dont se parent les cieux Il rend de profanes hommages. 740

UNE AUTRE.

Tout son palais est plein de leurs images.

LE CHOEUR chante.

Malheureux! vous quittez le matre des humains Pour adorer l'ouvrage de vos mains.

UNE ISRALITE chante.

Dieu d'Isral, dissipe enfin cette ombre: Des larmes de tes saints quand seras-tu touch? 745 Quand sera le voile arrach Qui sur tout l'univers jette une nuit si sombre? Dieu d'Isral, dissipe enfin cette ombre: Jusqu'a quand seras-tu cach?

UNE DES PLUS JEUNES ISRALITES.

Parlons plus bas, mes soeurs. Ciel! si quelque infidle, 750 coutant nos discours, nous allait dceler!

LISE.

Quoi? fille d'Abraham, une crainte mortelle Semble dj vous faire chanceler? H! si l'impie Aman, dans sa main homicide Faisant luire vos yeux un glaive menaant, 755 A blasphmer le nom du Tout-Puissant Voulait forcer votre bouche timide?

UNE AUTRE ISRALITE.

Peut-tre Assurus, frmissant de courroux, Si nous ne courbons les genoux Devant une muette idole, 760 Commandera qu'on nous immole. Chre soeur, que choisirez-vous?

LA JEUNE ISRALITE.

Moi! je pourrais trahir le Dieu que j'aime? J'adorerais un dieu sans force et sans vertu, Reste d'un tronc par les vents abattu, 765 Qui ne peut se sauver lui-mme?

LE CHOEUR chante.

Dieux impuissants, dieux sourds, tous ceux qui vous implorent Ne seront jamais entendus. Que les dmons, et ceux qui les adorent, Soient jamais dtruits et confondus. 770

UNE ISRALITE chante.

Que ma bouche et mon coeur, et tout ce que je suis, Rendent honneur au Dieu qui m'a donn la vie! Dans les craintes, dans les ennuis, En ses bonts mon me se confie. Veut-il par mon trpas que je le glorifie? 775 Que ma bouche et mon coeur, et tout ce que je'suis, Rendent honneur au Dieu qui m'a donn la vie.

LISE.

Je n'admirai jamais la gloire de l'impie.

UNE AUTRE ISRALITE.

Au bonheur du mchant qu'une autre porte envie.

LISE.

Tous ses jours paraissent charmants; 780 L'or clate en ses vtements; Son orgueil est sans borne ainsi que sa richesse; Jamais l'air n'est troubl de ses gmissements; Il s'endort, il s'veille au son des instruments; Son coeur nage dans la mollesse. 785

UNE AUTRE ISRALITE.

Pour comble de prosprit, Il espre revivre en sa postrit; Et d'enfants sa table une riante troupe Semble boire avec lui la joie pleine coupe. (Tout le reste est chant.)

LE CHOEUR.

Heureux, dit-on, le peuple florissant 790 Sur qui ces biens coulent en abondance! Plus heureux le peuple innocent Qui dans le Dieu du Ciel a mis sa confiance!

UNE ISRALITE seule.

Pour contenter ses frivoles dsirs, L'homme insens vainement se consume; 795 Il trouve l'amertume Au milieu des plaisirs.

UNE AUTRE, seule.

Le bonheur de l'impie est toujours agit; Il erre la merci de sa propre inconstance. Ne cherchons la flicit 800 Que dans la paix de l'innocence.

LA MME avec une autre.

O douce paix! O lumire ternelle! Beaut toujours nouvelle! Heureux le coeur pris de tes attraits! 805 O douce paix! O lumire ternelle! Heureux le coeur qui ne te perd jamais!

LE CHOEUR.

O douce paix! O lumire ternelle! Beaut toujours nouvelle! 810 O douce paix! Heureux le coeur qui ne te perd jamais!

LA MME seule.

Nulle paix pour l'impie. Il la cherche, elle fuit, Et le calme en son coeur ne trouve point de place. 815 Le glaive au dehors le poursuit; Le remords au dedans le glace.

UNE AUTRE.

La gloire des mchants en un moment s'teint. L'affreux tombeau pour jamais les dvore. Il n'en est pas ainsi de celui qui te craint: 820 Il renatra, mon Dieu, plus brillant que l'aurore.

LE CHOEUR.

O douce paix! Heureux le coeur qui ne te perd jamais!

LISE, sans chanter.

Mes soeurs, j'entends du bruit dans la chambre prochaine. On nous appelle: allons rejoindre notre reine. 825



ACTE TROISIEME.

Le thtre reprsente les jardins d'Esther, et un des cts du salon o se fait le festin.

SCNE I.

AMAN, ZARS.

ZARS.

C'est donc ici d'Esther le superbe jardin; Et ce salon pompeux est le lieu du festin. Mais tandis que la porte en est encor ferme, coutez les conseils d'une pouse alarme. Au nom du sacr noeud qui me lie avec vous, 830 Dissimulez, Seigneur, cet aveugle courroux; claircissez ce front o la tristesse est peinte; Les rois craignent surtout le reproche et la plainte. Seul entre tous les grands par la Reine invit, Ressentez donc aussi cette flicit. 835 Si le mal vous aigrit, que le bienfait vous touche. Je l'ai cent fois appris de votre propre bouche: Quiconque ne sait pas dvorer un affront, Ni de fausses couleurs se dguiser le front, Loin de l'aspect des rois qu'il s'carte, qu'il fuie. 840 Il est des contre-temps qu'il faut qu'un sage essuie. Souvent avec prudence un outrage endur Aux honneurs les plus hauts a servi de dgre.

AMAN.

O douleur! supplice affreux la pense! O honte, qui jamais ne peut tre efface! 845 Un excrable Juif, l'opprobre des humains, S'est donc vu de la pourpre habill par mes mains! C'est peu qu'il ait sur moi remport la victoire; Malheureux, j'ai servi de hraut sa gloire. Le tratre! Il insultait ma confusion; 850 Et tout le peuple mme avec drision, Observant la rougeur qui couvrait mon visage, De ma chute certaine en tirait le prsage. Roi cruel! ce sont l les jeux o tu te plais. Tu ne m'as prodigu tes perfides bienfaits 855 Que pour me faire mieux sentir ta tyrannie, Et m'accabler enfin de plus d'ignominie.

ZARS.

Pourquoi juger si mal de son intention? Il croit rcompenser une bonne action. Ne faut-il pas, Seigneur, s'tonner au contraire 860 Qu'il en ait si longtemps diffr le salaire? Du reste, il n'a rien fait que par votre conseil. Vous-mme avez dict tout ce triste appareil. Vous tes aprs lui le premier de l'Empire. Sait-il toute l'horreur que ce Juif vous inspire? 865

AMAN.

Il sait qu'il me doit tout, et que pour sa grandeur J'ai foul sous les pieds remords, crainte, pudeur; Qu'avec un coeur d'airain exerant sa puissance, J'ai fait taire les lois et gmir l'innocence, Que pour lui, des Persans bravant l'aversion, 870 J'ai chri, j'ai cherch la maldiction; Et pour prix de ma vie leur haine expose, Le barbare aujourd'hui m'expose leur rise!

ZARS.

Seigneur, nous sommes seuls. Que sert de se flatter? Ce zle que pour lui vous ftes clater, 875 Ce soin d'immoler tout son pouvoir suprme, Entre nous, avaient-ils d'autre objet que vous-mme? Et sans chercher plus loin, tous ces Juifs dsols, N'est-ce pas vous seul que vous les immolez? Et ne craignez-vous point que quelque avis funeste. . . . 880 Enfin la cour nous hait, le peuple nous dteste. Ce Juif mme, il le faut confesser malgr moi, Ce Juif, combl d'honneurs, me cause quelque effroi. Les malheurs sont souvent enchans l'un l'autre, Et sa race toujours fut fatale la vtre, 885 De ce lger affront songez profiter. Peut-tre la fortune est prte vous quitter; Aux plus affreux excs son inconstance passe. Prevnez son caprice avant qu'elle se lasse. O tendez-vous plus haut? Je frmis quand je voi 890 Les abmes profonds qui s'offrent devant moi: La chute dsormais ne peut tre qu'horrible. Osez chercher ailleurs un destin plus paisible. Regagnez l'Hellespont, et ces bords carts O vos aeux errants jadis furent jets, 895 Lorsque des Juifs contre eux la vengeance allume Chassa tout Amalec de la triste Idume. Aux malices du sort enfin drobez-vous. Nos plus riches trsors marcheront devant nous. Vous pouvez du dpart me laisser la conduite; 900 Surtout de vos enfants j'assurerai la fuite. N'ayez soin cependant que de dissimuler. Contente, sur vos pas vous me verrez voler: La mer la plus terrible et la plus orageuse Est plus sre pour nous que cette cour trompeuse. 905 Mais grands pas vers vous je vois quelqu'un marcher. C'est Hydaspe.



SCNE II.

AMAN, ZARS, HYDASPE.

HYDASPE.

Seigneur, je courais vous chercher. Votre absence en ces lieux suspend toute la joie; Et pour vous y conduire Assurus m'envoie.

AMAN.

Et Mardoche est-il aussi de ce festin? 910

HYDASPE.

A la table d'Esther portez-vous ce chagrin? Quoi? toujours de ce Juif l'image vous dsole? Laissez-le s'applaudir d'un triomphe frivole, Croit-il d'Assurus viter la rigueur? Ne possdez-vous pas son oreille et son coeur? 915 On a pay le zle, on punira le crime; Et l'on vous a, Seigneur, orn votre victime. Je me trompe, ou vos voeux, par Esther seconds Obtiendront plus encor que vous ne demandez.

AMAN.

Croirai-je le bonheur que ta bouche m'annonce? 920

HYDASPE.

J'ai des savants devins entendu la rponse: Ils disent que la main d'un perfide tranger Dans le sang de la Reine est prte se plonger; Et le Roi, qui ne sait o trouver le coupable, N'impute qu'aux seuls Juifs ce projet dtestable. 925

AMAN.

Oui, ce sont, cher ami, des monstres furieux; Il faut craindre surtout leur chef audacieux. La terre avec horreur ds longtemps les endure; Et l'on n'en peut trop tt dlivrer la nature. Ah! je respire enfin. Chre Zars, adieu. 930

HYDASPE.

Les compagnes d'Esther s'avancent vers ce lieu. Sans doute leur concert va commencer la fte. Entrez, et recevez l'honneur qu'on vous apprte.



SCNE III.

LISE, LE CHOEUR.

(Ceci se rcite sans chant.)

UNE LES ISRALITES.

C'est Aman.

UNE AUTRE.

C'est lui-mme, et j'en frmis, ma soeur.



LA PRMIERE.

Mon coeur de crainte et d'horreur se resserre. 935

L'AUTRE.

C'est d'Isral le superbe oppresseur.

LA PRMIERE.

C'est celui qui trouble la terre.

LISE.

Peut-on, en le voyant, ne le connatre pas? L'orgueil et le ddain sont peints sur son visage.

UNE ISRALITE.

On lit dans ses regards sa fureur et sa rage. 940

UNE AUTRE.

Je croyais voir marcher la Mort devant ses pas.

UNE DES PLUS JEUNES.

Je ne sais si ce tigre a reconnu sa proie; Mais en nous regardant, mes soeurs, il m'a sembl Qu'il avait dans les yeux une barbare joie, Dont tout mon sang est encore troubl. 945

LISE.

Que ce nouvel honneur va crotre son audace! Je le vois, mes soeurs, je le voi: A la table d'Esther l'insolent prs du Roi A dj pris sa place.

UNE DES ISRALITES.

Ministres du festin, de grce dites-nous, 950 Quels mets ce cruel, quel vin prparez-vous?

UNE AUTRE.

Le sang de l'orphelin,

UNE TROISIEME.

Les pleurs des misrables,

LA SECONDE.

Sont ses mets les plus agrables.

LA TROISIEME.

C'est son breuvage le plus doux.

LISE.

Chres soeurs, suspendez la douleur qui vous presse. 955 Chantons, on nous t'ordonne; et que puissent nos chants Du coeur d'Assurus adoucir la rudesse, Comme autrefois David par ses accords touchants Calmait d'un roi jaloux la sauvage tristesse!

(Tout le reste de cette scene est chante.)

UNE ISRALITE.

Que le peuple est heureux, 960 Lorsqu'un roi genreux, Craint dans tout l'univers, veut encore qu'on l'aime! Heureux le peuple! heureux le roi lui-mme!

TOUT LE CHOEUR.

O repos! tranquillit! O d'un parfait bonheur assurance ternelle, 965 Quand la suprme autorit Dans ses conseils a toujours auprs d'elle La justice et la vrit!

(Ces quatre stances sont chantes alternativement par une voix seule et par tout le choeur.)

UNE ISRALITE.

Rois, chassez la calomnie. Ses criminels attentats 970 Des plus paisibles tats Troublent l'heureuse harmonie,

Sa fureur, de sang avide, Poursuit partout l'innocent. Rois, prenez soin de l'absent 975 Contre sa langue homicide.

De ce monstre si farouche Craignez la feinte douceur. La vengeance est dans son coeur, Et la piti dans sa bouche. 980

La fraude adroite et subtile Sme de fleurs son chemin; Mais sur ses pas vient enfin Le repentir inutile.

UNE ISRALITE seule.

D'un souffle l'aquilon carte les nuages, 985 Et chasse au loin la foudre et les orages. Un roi sage, ennemi du langage menteur, carte d'un regard le perfide imposteur.

UNE AUTRE.

J'admire un roi victorieux, Que sa valeur conduit triomphant en tous lieux, 990 Mais un roi sage et qui hait l'injustice, Qui sous la loi du riche imprieux Ne souffre point que le pauvre gmisse, Est le plus beau prsent des cieux.

UNE AUTRE.

La veuve en sa dfense espre. 995

UNE AUTRE.

De l'orphelin il est le pre;

TOUTES ENSEMBLE.

Et les larmes du juste implorant son appui Sont prcieuses devant lui.

UNE ISRALITE seule.

Dtourne, Roi puissant, dtourne tes oreilles De tout conseil barbare et mensonger. 1000 Il est temps que tu t'veilles: Dans le sang innocent ta main va se plonger, Pendant que tu sommeilles. Dtourne, Roi puissant, dtourne tes oreilles De tout conseil barbare et mensonger. 1005

UNE AUTRE.

Ainsi puisse sous toi trembler la terre entire: Ainsi puisse jamais contre tes ennemis Le bruit de ta valeur te servir de barrire! S'ils t'attaquent, qu'ils soient en un moment soumis.

Que de ton bras la force les renverse; 1010 Que de ton nom la terreur les disperse; Que tout leur camp nombreux soit devant tes soldats Comme d'enfants une troupe inutile; Et si par un chemin il entre en tes tats, Qu'il en sorte par plus de mille. 1015



SCNE IV.

ASSURUS, ESTHER, AMAN, LISE, LE CHOEUR.

ASSURUS, Esther.

Oui, vos moindres discours ont des grces secrtes; Une noble pudeur tout ce que vous faites Donne un prix que n'ont point ni la pourpre ni l'or. Quel climat renfermait un si rare trsor? Dans quel sein vertueux avez-vous pris naissance? 1020 Et quelle main si sage leva votre enfance? Mais dites promptement ce que vous demandez: Tous vos desirs, Esther, vous seront accords, Dussiez-vous, je l'ai dit, et veux bien le redire, Demander la moiti de ce puissant empire. 1025

ESTHER.

Je ne m'gare point dans ces vastes dsirs. Mais puisqu'il faut enfin expliquer mes soupirs, Puisque mon roi lui-mme parler me convie, (Elle se jette aux pieds du Roi.) J'ose vous implorer, et pour ma propre vie, Et pour les tristes jours d'un peuple infortun, 1030 Qu' prir avec moi vous avez condamn.

ASSURUS, la relevant.

A prir? Vous? Quel peuple? Et quel est ce mystre?

AMAN tout bas.

Je tremble.

ESTHER.

Esther, Seigneur, eut un Juif pour son pre. De vos ordres sanglants vous savez la rigueur.

AMAN.

Ah! dieux!

ASSURUS.

Ah! de quel coup me percez-vous le coeur? 1035 Vous la fille d'un Juif? H quoi? tout ce que j'aime, Cette Esther, l'innocence et la sagesse mme, Que je croyais du ciel les plus chres amours, Dans cette source impure aurait puis ses jours? Malheureux!

ESTHER.

Vous pourrez rejeter ma prire. 1040 Mais je demande au moins que, pour grce dernire, Jusqu'a la fin, Seigneur, vous m'entendiez parler, Et que surtout Aman n'ose point me troubler.

ASSURUS.

Parlez.

ESTHER.

O Dieu, confonds l'audace et l'imposture, Ces Juifs, dont vous voulez dlivrer la nature, 1045 Que vous croyez, Seigneur, le rebut des humains, D'une riche contre autrefois souverains, Pendant qu'ils n'adoraient que le Dieu de leurs pres, Ont vu bnir le cours de leurs destins prospres.

Ce Dieu, matre absolu de la terre et des cieux, 1050 N'est point tel que l'erreur le figure vos yeux. L'ternel est son nom. Le monde est son ouvrage; Il entend les soupirs de l'humble qu'on outrage, Juge tous les mortels avec d'gales lois, Et du haut de son trne interroge les rois. 1055 Des plus fermes tats la chute pouvantable, Quand il veut, n'est qu'un jeu de sa main redoutable. Les Juifs d'autres dieux osrent s'adresser: Roi, peuples, en un jour tout se vit disperser. Sous les Assyriens leur triste servitude 1060 Devint le juste prix de leur ingratitude.

Mais pour punir enfin nos matres leur tour, Dieu fit choix de Cyrus avant qu'il vt le jour, L'appela par son nom, le promit la terre, Le fit natre, et soudain l'arma de son tonnerre, 1065 Brisa les fiers remparts et les portes d'airain, Mit des superbes rois la dpouille en sa main, De son temple dtruit vengea sur eux l'injure. Babylone paya nos pleurs avec usure. Cyrus, par lui vainqueur, publia ses bienfaits, 1070 Regarda notre peuple avec des yeux de paix, Nous rendit et nos lois et nos ftes divines; Et le temple dj sortait de ses ruines. Mais de ce roi si sage hritier insens, Son fils interrompit l'ouvrage commenc, 1075 Fut sourd nos douleurs. Dieu rejeta sa race, Le retrancha lui-mme, et vous mit en sa place.

Que n'esprions-nous point d'un roi si gnreux? Dieu regarde en piti son peuple malheureux, Disions-nous: un roi rgne, ami de l'innocence. 1080 Partout du nouveau prince on vantait la clmence: Les Juifs partout de joie en poussrent des cris. Ciel! verra-t-on toujours par de cruels esprits Des princes les plus doux l'oreille environne, Et du bonheur public la source empoisonne? 1085 Dans le fond de la Thrace un barbare enfant Est venu dans ces lieux souffler la cruaut. Un ministre ennemi de votre propre gloire. . . .

AMAN.

De votre gloire? Moi? Ciel! Le pourriez-vous crone? Moi, qui n'ai d'autre objet ni d'autre dieu. . . .

ASSURUS.

Tais-toi. 1090 Oses-tu donc parler sans l'ordre de ton roi?

ESTHER.

Notre ennemi cruel devant vous se dclare: C'est lui. C'est ce ministre infidle et barbare, Qui, d'un zle trompeur vos yeux revtu, Contre notre innocence arma votre vertu. 1095 Et quel autre, grand Dieu! qu'un Scythe impitoyable Aurait de tant d'horreurs dict l'ordre effroyable? Partout l'affreux signal en mme temps donn De meurtres remplira l'univers tonn. On verra, sous le nom du plus juste des princes, 1100 Un perfide tranger dsoler vos provinces, Et dans ce palais mme, en proie son courroux, Le sang de vos sujets regorger jusqu' vous.

Et que reproche aux Juifs sa haine envenime? Quelle guerre intestine avons-nous allume? 1105 Les a-t-on vus marcher parmi vos ennemis? Fut-il jamais au joug esclaves plus soumis? Adorant dans leurs fers le Dieu qui les chtie, Pendant que votre main sur eux appesantie A leurs perscuteurs les livrait sans secours, 1110 Ils conjuraient ce Dieu de veiller sur vos jours, De rompre des mchants les trames criminelles, De mettre votre trne l'ombre de ses ailes. N'en doutez point, Seigneur, il fut votre soutien. Lui seui mit vos pieds le Parthe et l'Indien, 1115 Dissipa devant vous les innombrables Scythes, Et renferma les mers dans vos vastes limites. Lui seul aux yeux d'un Juif dcouvrit le dessein De deux tratres tout prts vous percer le sein. Hlas! ce Juif jadis m'adopta pour sa fille. 1120

ASSURUS.

Mardoche?

ESTHER.

Il restait seui de notre famille. Mon pre tait son frre. Il descend comme moi Du sang infortun de notre premier roi. Plein d'une juste horreur pour un Amalcite, Race que notre Dieu de sa bouche a maudite, 1125 Il n'a devant Aman pu flchir les genoux, Ni lui rendre un honneur qu'll ne croit d qu' vous. De l contre les Juifs et contre Mardoche Cette haine, Seigneur, sous d'autres noms cache. En vain de vos bienfaits Mardoche est par: 1130 A la porte d'Aman est dj prpar D'un infme trpas l'instrument excrable. Dans une heure au plus tard ce vieillard vnrable, Des portes du palais par son ordre arrach, Couvert de votre pourpre y doit tre attach. 1135

ASSURUS.

Quel jour ml d'horreur vient effrayer mon me? Tout mon sang de colre et de honte s'enflamme. J'tais donc le jouet. . . . Ciel, daigne m'clairer. Un moment sans tmoins cherchons respirer. Appelez Mardoche, il faut aussi l'entendre. 1140 (Le Roi s'loigne.)

UNE ISRALITE.

Vrit, que j'implore, achve de descendre!



SCNE V.

ESTHER, AMAN, LE CHOEUR.

AMAN, Esther.

D'un juste tonnement je demeure frapp; Les ennemis des Juifs m'ont trahi, m'ont tromp. J'en atteste du Ciel la puissance suprme. En les perdant j'ai cru vous assurer vous-mme. 1145 Princesse, en leur faveur, employez mon crdit: Le Roi, vous le voyez, flotte encore interdit. Je sais par quels ressorts on le'pousse, on l'arrte, Et fais, comme il me plat, le calme et la tempte. Les intrts des Juifs dj me sont sacrs. 1150 Parlez: vos ennemis aussitt massacrs, Victimes de la foi que ma bouche vous jure, De ma fatale erreur rpareront l'injure. Quel sang demandez-vous?

ESTHER.

Va, tratre, laisse-moi. Les Juifs n'attendent rien d'un mchant tel que toi. 1155 Misrable, le Dieu vengeur de l'innocence, Tout prt te juger, tient dj sa balance. Bientt son juste arrt te sera prononce. Tremble. Son jour approche, et ton rgne est pass.

AMAN.

Oui, ce Dieu, je l'avoue, est un Dieu redoutable. 1160 Mais veut-il que l'on garde une haine implacable? C'en est fait: mon orgueil est forc de plier; L'inexorable Aman est rduit prier. (Il se jette ses pieds.) Par le salut des Juifs, par ces pieds que j'embrasse, Par ce sage vieillard, l'honneur de votre race, 1165 Daignez d'un roi terrible apaiser le courroux. Sauvez Aman, qui tremble vos sacrs genoux.



SCNE VI.

ASSURUS, ESTHER, AMAN, LISE, GARDES, LE CHOEUR.

ASSURUS.

Quoi? le tratre sur vous porte ses mains hardies? Ah! dans ses yeux confus je lis ses perfidies; Et son trouble, appuyant la foi de vos discours, 1170 De tous ses attentats me rappelle le cours. Qu' ce monstre l'instant l'me soit arrache; Et que devant sa porte, au lieu de Mardoche, Apaisant par sa mort et la terre et les cieux, De mes peuples vengs il repaisse les yeux. 1175 (Aman est emmen par les Gardes.)



SCNE VII.

ASSURUS, ESTHER, MARDOCHE, LISE, LE CHOEUR.

ASSURUS continue en s'adressant Mardoche.

Mortel chri du ciel, mon salut et ma joie, Aux conseils des mchants ton roi n'est plus en proie. Mes yeux sont dessills, le crime est confondu. Viens briller prs de moi dans le rang qui t'est d. Je te donne d'Aman les biens et la puissance; 1180 Possde justement son injuste opulence. Je romps le joug funeste o les Juifs sont soumis; Je leur livre le sang de tous leurs ennemis; A lgal des Persans je veux qu'on les honore, Et que tout tremble au nom du Dieu qu'Esther adore. 1185 Rebtissez son temple, et peuplez vos cits; Que vos heureux enfants dans leurs solennits Consacrent de ce jour le triomphe et la gloire, Et qu' jamais mon nom vive dans leur mmoire.



SCNE VIII.

ASSURUS, ESTHER, MARDOCHE, ASAPH, LISE, LE CHOEUR.

ASSURUS.

Que veut Asaph? 1190

ASAPH.

Seigneur, le tratre est expir Par le peuple en fureur moiti dchir. On trane, on va donner en spectacle funeste De son corps tout sanglant le misrable reste.

MARDOCHE.

Roi, qu' jamais le Ciel prenne soin de vos jours. Le pril des Juifs presse, et veut un prompt secours. 1195

ASSURUS.

Oui, je t'entends. Allons, par des ordres contraires, Rvoquer des mchants les ordres sanguinaires.

ESTHER.

O Dieu, par quelle route inconnue aux mortels Ta sagesse conduit ses desseins ternels!



SCNE IX.

LE CHOEUR.

TOUT LE CHOEUR.

Dieu fait triompher l'innocence: 1200 Chantons, clbrons sa puissance.

UNE ISRALITE.

Il a vu contre nous les mchants s'assembler, Et notre sang prt couler. Comme l'eau sur la terre ils allaient le rpandre: Du haut du ciel sa voix s'est fait entendre; 1205 L'homme superbe est renvers. Ses propres flches l'ont perc.

UNE AUTRE.

J'ai vu l'impie ador sur la terre. Pareil au cdre, il cachait dans les cieux Son front audacieux, 1210 Il semblait son gr gouverner le tonnerre, Foulait aux pieds ses ennemis vaincus. Je n'ai fait que passer, il n'tait dj plus.

UNE AUTRE.

On peut des plus grands rois surprendre la justice. Incapables de tromper, 1215 Ils ont peine s'chapper Des piges de l'artifice. Un coeur noble ne peut souponner en autrui La bassesse et la malice. Qu'il ne sent point en lui. 1220

UNE AUTRE.

Comment s'est calm l'orage?

UNE AUTRE.

Quelle main salutaire a chass le nuage?

TOUT LE CHOEUR.

L'aimable Esther a fait ce grand ouvrage. De l'amour de son Dieu son coeur s'est embras; Au pril d'une mort funeste 1225 Son zle ardent s'est expos. Elle a parl. Le Ciel a fait le reste.

DEUX ISRALITES.

Esther a triomph des filles des Persans. La nature et le Ciel l'envi l'ont orne.

L'UNE DES DEUX.

Tout ressent de ses yeux les charmes innocents. 1230 Jamais tant de beaut fut-elle couronne?

L'AUTRE.

Les charmes de son coeur sont encor plus puissants, Jamais tant de vertu fut-elle couronne?

TOUTES DEUX ensemble.

Esther a triomph des filles des Persans. La nature et le Ciel l'envi l'ont orne. 1235

UNE ISRALITE seule.

Ton Dieu n'est plus irrit. Rjouis-toi, Sion, et sors de la poussire. Quitte les vtements de ta captivit, Et reprends ta splendeur premire.

Les chemins de Sion la fin sont ouverts. 1240 Rompez vos fers, Tribus captives. Troupes fugitives, Repassez les monts et les mers. Rassemblez-vous des bouts de l'univers.

TOUT LE CHOEUR.

Rompez vos fers, Tribus captives. Troupes fugitives, Repassez les monts et les mers. Rassemblez-vous des bouts de l'univers. 1250

UNE ISRALITE seule.

Je reverrai ces campagnes si chres.

UNE AUTRE.

J'irai pleurer au tombeau de mes pres.

TOUT LE CHOEUR.

Repassez les monts et les mers. Rassemblez-vous des bouts de l'univers.

UNE ISRALITE seule.

Relevez, relevez les superbes portiques 1255 Du temple o notre Dieu se plat d'etre ador. Que de l'or le plus pur son autel soit par, Et que du sein des monts le marbre soit tir. Liban, dpouille-toi de tes cedres antiques. Prtres sacrs, prparez vos cantiques. 1260

UNE AUTRE.

Dieu descend et revient habiter parmi nous. Terre, frmis d'allgresse et de crainte; Et vous, sous sa majest sainte, Cieux, abaissez-vous!

UNE AUTRE.

Que le Seigneur est bon! que son joug est aimable! 1265 Heureux qui ds l'enfance en connat la douceur! Jeune peuple, courez ce matre adorable! Les biens les plus charmants n'ont rien de comparable Aux torrents de plaisirs qu'il rpand dans un coeur. Que le Seigneur est bon! que son joug est aimable! 1270 Heureux qui ds l'enfance en connat la douceur!

UNE AUTRE.

Il s'apaise, il pardonne. Du coeur ingrat qui l'abandonne Il attend le retour. Il excuse notre faiblesse. 1275 A nous chercher mme il s'empresse. Pour l'enfant qu'elle a mis au jour Une mre a moins de tendresse. Ah! qui peut avec lui partager notre amour?

TROIS ISRALITES.

Il nous fait remporter une illustre victoire. 1280

L'UNE DES TROIS.

Il nous a rvl sa gloire.

TOUTES TROIS ensemble.

Ah! qui peut avec lui partager notre amour?

TOUT LE CHOEUR.

Que son nom soit bni, que son nom soit chant! Que l'on clbre ses ouvrages Au del des temps et des ges, 1285 Au del de l'ternit!



NOTES TO PROLOGUE.

[This prologue is an afterthought, having been written to provide a part for Mme. de Caylus, a niece of Mme. de Maintenon. It is never spoken on the stage, and rarely, if ever, read in French schools. It is here given for the sake of completeness only.]

3 ce lieu, of course is St. Cyr.

9 un roi, Louis XIV.

13 sa porte, St. Cyr being in the vicinity of Versailles, the king's residence.

15 cet ouvrage, the founding of this institution.

24 Louis XIV. supported foreign missions in the East and in the Nouveau Monde.

31-32 Allusion is here made to the Augsburg League (1687), in which Austria joined Sweden, Saxony, etc., for the purpose of opposing Louis XIV. Its leading spirit was the protestant William of Orange.

36 The pope Innocent III. was accused by Louis XIV. of aiding the anti-Roman designs of William of Orange,

48 Allusion to the taking of Philippsburg, Mannheim and Frankenthal, in the preceding year.

49 un fils. The Grand Dauphin had conducted the above campaign, with the great engineer Vauban.



NOTES TO PLAY.

2 Beni soit is the usual form. The retained que is therefore emphatic.—Voeux very frequent in poetry for prieres, for metrical reasons. The whole expression is elliptical: qui te rend [a moi en reponse] a etc.

3 Cf. Book of Esther, ii. 5, for the descent of Mordecai, and consequently of Esther herself, his brother's daughter.

4 For tense of fus, see App. II., ii. B. b.

5 d'un meme is stronger than du meme. Cf. l. 263.

8 Note the mode of emphasizing pronouns, Cf. ll. 23, 443, and contrast ll. 47, 429.

9 je te fais chercher, see App. III. Note the present tense.

10 donc, emphatic, untranslatable here. Observe the order quel climat, quel desert, and the reason for it.

11 eploree, quite different from deploree, is an adjective, meaning "weeping," "tearful." Cf. Alfred de Musset:

Plantez un saule an cimetiere; J'aime son feuillage eplore . . .

13 When ne . . . que = "only," que precedes the word specially qualified by the adverb in English. Here the sense makes "only" qualify attendais rather than la fin. For similar construction see l. 373.

15 Note: abuser quelqu'un, "to deceive a person." abuser de, "to use improperly." injurier, "to abuse" or "insult."

16 Suse, "Shushan the palace" of the Bible, on the river Eulaeus, was the winter residence of the first Persian kings, the Achemenidae. Susa, Persepolis, and Ecbatana were the principal towns of, Persia, the biblical "Elam."

18 Note the formal masc. assis.

20 Sion, properly one of the four hills, on which Jerusalem was built, and often used as the name of the town itself, here stands for the Jewish nation, to which Jerusalem stood in the same relation as Mecca to the Mohammedans.

23 horreur, a very strong word, because expressing the physical effect of fear (here "religious awe"). Cf. Latin horridus, horresco, etc.

24 J'ai su. For tense, see App. II, iii. B. Savoir is often elegantly used = "to succeed," especially in this tense.

37 For this Assuerus, see Introduction, section IV.

29 ressort (lit. that which "comes out again" when pressed in) is any mechanical "spring;" often used figuratively.

31-34 See Book of Esther, i. 10-22. On the assumption that Assuerus is Darius, Vashti is Atossa, daughter of Cyrus, and wife, successively, of Cambyses II., Smerdis, and Darius, to the last of whom she bore Xerxes and Artabazanus.

33-34 Epexegesis, or explanation, of disgrace. Cf. ll. 250-252.

36 offensee, in the correct etymological sense of "wounded." Vashti left an "aching void" in the king's heart.

39 L'Inde, now usually l'Indus, is generally the river, and rarely India, in Racine's writings.

40 comparaitre, always used of appearance in answer to official summons.

41 indompte, a classical epithet. Cf. indomitique Dahae, Verg. Aen. VIII. 728. The warlike and nomadic character of the Scythians increased in the mind their geographical remoteness. The Parthians are supposed to have sprung from Scythian exiles. The two races occupied the vast regions of north-western Asia.

45 heureux, like "happy," often = "successful."

49 agite refers of course to il in l. 50.

51 The exquisite taste and modesty of the queen's narrative has been commented upon in Introd. section IV.

54 ma race et mon pays. We are told (Book of Esther, ii. 5-7) that Mordecai, who had taken Esther for his daughter, had been carried away from Jerusalem by Nebuchadnezzar; whence it follows that Esther, too, was not only a Jewess by race, but a native of Palestine. The Book of Esther (ii. 20) says she had not showed "her kindred nor her people."

56 peuple means: 1. "nation;" 2. "mass of common people," in contradistinction to la noblesse; 3. "crowd."

57 intrt, whose meaning is always "a matter of interest," will have to be variously translated; e.g., "prize," "cause," "need," etc.

58 arrt is the decision at which, when reached, a "stop" is made. Hence, "decree," "edict," and here "doom."

59 brigue is correctly defined by Mr. Saintsbury as "the whole process of endeavoring to secure a favor by interest and influence."—Suffrages is here used of the claims to preference put forward by each.

69 Note that tandis que has two uses: 1 "during the time that," and 2. "whereas." Pendant que has only the former.

75 ds has always the force of "as early as," but the translation must vary.

79-80 Cf. Book of Esther, ii. 18: "And he made a release to the provinces and gave gifts . . ." Line 80 is figurative: the king's releases and gifts did not actually "invite" the masses of his subjects (see N. to l. 56) to the royal nuptials, but "made them partake of the joy" of these nuptials.—Leurs princes = Ahasuerus and his new queen. Leurs, a constructio ad sensum with the collective singular peuple.

84 Literally true of the then known world, since the one hundred and twenty-seven provinces of the Persian Empire extended from the Indus in the East to the Hellespont in the West.

88 sont cesses. Cesser was both transitive and intransitive, as early as the sixteenth century: hence the passive is legitimate, and lays additional stress on the state resulting from the action.

89 ennuis = "troubles." Trouble (cf. l. 1170) = "agitation."

92 encor. See App. I, Metre.

96 jusque has always the force of "as far as," but must be variously translated.

98 avis. Cf.: _C'est moit avis.—Avis au lecteur.—Quand je serai prt, je vous en donnerai avis.—Le Prsident prit l'avis de la chambre.—Il donne trof d'avis.

99 dcouvrir here, as several times in this play, "to reveal." Cf. Merchant of Venice, (Act II. Sc. vii.) "Draw aside the curtains and discover the several caskets."

Pratiques, like our "practices," always unfavorable when = "doings."

100 domestiques = "officers of the household." The "Rest of the Book of Esther" gives their names, Gabatha and Tharra, and states that they were keepers of the palace (xii. 1).

101-110 These lines are a graceful allusion to St. Cyr, and to Mme. de Maintenon herself. See Introd. section III.

105 profanes, here, as in l. 155, is an especially apt word, since it suggests not only the seclusion in which these maidens live within the palace, but also the difference between their religion and that of the court.

108 me cherchant moi-mme, "seeking [communion with] myself."

114 A fine antithesis. Cf. Oedipus Rex, l. l: Kudmou tou palai nia trophe. 120 (Heading) Endroit or lieu is the general word for a "place" or "spot." Place is the place to which a thing belongs.

123 De tous ctes and de toutes parts (l. 148) = both "on all sides" and "from all sides."

126 jusques. See App. I, Metre. The "s" is due to the tendency of adverbial words to assume a final "s." Cf. sans from sine, alors from ad illam horam.

132 dplorable, a fine etymological use of the word; now only used in the derived meaning "sad" or "wretched."

139 ta douleur retrace = le recit de ta douleur. This is a Latin construction of frequent occurrence in this play. Cf. post urbem conditam = "after the founding of the city." The past participle qualifying the noun takes the place of our abstract substantive.

140 n'occupe. Pas is omitted after si whenever the affirmative idea is predominant. Tr.: "unless."

146 relever. See App. III.

149 tes peuples. Cf. l. 19, and N. to l. 56.

155 This interview is a departure from the Book of Esther, where Mordecai, in accordance with Eastern custom, can do no more than "walk before the court of the women's house" (ii. II).

s'ose avancer is an elegant order for _ose s'avancer_. The peculiarity is that _oser_ is here used as though it were one of the two auxiliaries _avoir and _tre_, which alone must separate the oblique conjunctives from their governing verb. Cf. ll. 231, 471. We shall find several other such pseudo-auxiliaries.

156 pre, figuratively, of course.

160 enfin must be variously translated. It can have the force of: 1. "at length;" 2. "too," at the end of an enumeration; 3. "in short;" 4. "still," or, "after all;" 5. "in the end."

164 c'est fait de . . . = actum est de. . . . See also App. V, ii. D.

166 Devoir means 1. "to owe;" 2. "to have to," "must" expressing either physical necessity (e.g., "You must be tired") or moral obligation; 3. "to be [about] to;" e.g., "I am to be queen of the May."

170 race d'Amalcite, in apposition to Aman, is infinitely more contemptuous than the equally metrical de race amalcite. Tr. "of the brood of Amalek." Cf. Book of Esther, iii. 1, where Haman is stated to be descended from Agag, king of the Amalekites.

171 crdit:—"personal influence," which Haman has used as a weapon to strike down his foes.

173 prvenir means: 1. "to forestall," 2. "to give notice" (l. 203), "to warn," i.e., to forestall the mishap; 3. "to prejudice," i.e., to forestall impartial judgment, as here.

174 en horreur . Cf. _odio esse alicui_, and _en proie (l. 1177). See App. V, i.

176 pris. Cf. prendre jour avec quelqu'un = "to make an appointment."

182 les restes, very strong when applied to persons.

183 See l. 140, N.

189 Note the agreement of the adverb.—Le feu de = "the fire that inspired . . ."

194 affecte = "claims." The word is very skillfully chosen. It conveys, without the slightest disrespect, Esther's sense of the arbitrary character of this law.

203 sans [que je puisse] le prvenir. The queen may not even inform the king of her desire to speak with him.

208 Que dis-je? = "Nay!"

209 sang, a frequent metonymy for race, as in English.

211 Book of Esther, iv. 14: "and who knoweth whether thou art not come to the kingdom for such a time as this?"

214 vain—"idle," "useless." Cf. "in vain."

216 ses saints = "his holy ones."

218 d'un enfant, and not d'une enfant, because the statement is general. The next line appeals to Esther directly, hence the fem. heureuse.

221 peuvent = "can avail."

226 Cf. Isaiah, xl. 17. "All the nations are as nothing before him; they are counted to him less than nothing."

227 trpas (from trans and low Latin passare) is the passing across the boundary of life. Cf. our two uses of "trespass."

230 que is here a survival from the very frequent construction which begins with c'est: c'est, sans doute, que. . .-prouver has either an active sense, "to put to the test," or a passive, "to experience."

232 The addition of bien to vouloir weakens the meaning from strong volition to condescension. Here: "has deigned." Cf. l. 357. Similarly aimer = "to love," but aimer bien = "to like."

234 en. See App. V, ii. C.

237 cette grce, i.e., of being the instrument of our delivery. The statement is of course hypothetical, and the future is used, instead of the conditional, only for greater directness and force.

1  2     Next Part
Home - Random Browse