HotFreeBooks.com
Theory of the Earth, Volume 2 (of 4)
by James Hutton
1  2  3  4  5  6  7     Next Part
Home - Random Browse

THEORY OF THE EARTH

WITH PROOFS AND ILLUSTRATIONS.

IN FOUR PARTS.

BY JAMES HUTTON, M.D. AND F.R.S.E.

VOL. II.



1795



CONTENTS.

PART II.

Farther Induction of Facts and Observations, respecting the Geological Part of the Theory

INTRODUCTION

CHAP. I.

Facts in Confirmation of the Theory of Elevating Land above the Surface of the Sea.

CHAP. II.

The same Subject continued, with Examples from different Countries.

CHAP. III.

Facts in confirmation of the Theory, respecting those Operations which re-dissolve the Surface of the Earth.

CHAP. IV.

The same Subject continued, in giving still farther Views of the Dissolution of the Earth.

CHAP. V.

Facts in confirmation of the Theory respecting the Operations of the Earth employed in forming Soil for Plants.

CHAP. VI.

A View of the Economy of Nature, and necessity of Wasting the Surface of the Earth, in serving the purposes of this World.

CHAP. VII.

The same Subject continued, in giving a View of the Operations of Air and Water upon the Surface of the Land.

CHAP. VIII.

The present Form of the Surface of the Earth explained, with a View of the Operation of Time upon our Land.

CHAP. IX.

The Theory Illustrated, with a View of the Summits of the Alps.

CHAP. X.

The Theory Illustrated, with a View of the Valleys of the Alps.

CHAP. XI.

Facts and Opinions concerning the Natural Construction of Mountains and Valleys.

CHAP. XII.

The Theory Illustrated, by adducing Examples from the different Quarters of the Globe.

CHAP. XIII.

The same Subject continued.

CHAP. XIV.

Summary of the Doctrine which has been now Illustrated.



PART II.

FARTHER INDUCTION OF FACTS AND OBSERVATIONS, RESPECTING THE GEOLOGICAL PART OF THE THEORY.



INTRODUCTION.

By the present theory, the earth on which we dwell is represented as having been formed originally in horizontal strata at the bottom of the ocean; hence it should appear, that the land, in having been raised from the sea, and thus placed upon a higher level, had been of a different shape and condition from that in which we find it at the present time. This is a proposition now to be considered.

In whatever order and disposition the hard and solid parts of the land were at the time of its emerging from the surface of the sea, no provision would have then been made for conducting the rivers of the earth; therefore, the water from the heavens, moving from the summits of the land to the shores, must have formed for themselves those beds or channels in which the rivers run at present; beds which have successively changed their places over immense extents of plains that have often been both destroyed and formed again; and beds which run between the skirts of hills that have correspondent angles, for no other reason but because the river has hollowed out its way between them.

In this view of things, the form of our land must be considered as having been determined by three different causes, all of which have operated, more or less, in producing the present state of those things which we examine. First, There is a regular stratification of the materials, from whence we know the original structure, shape, and situation of the subject. Secondly, There are the operations of the mineral region, some of which have had regular effects upon the strata, as we find in the veins or contractions of the consolidated masses; others have had more irregular effects, but which may still be distinguished by means of our knowing the original state and structure of those masses. Lastly, There are operations proper to the surface of this globe, by which the form of the habitable earth may be affected; operations of which we understand both the causes and the effects, and, therefore, of which we may form principles for judging of the past, as well as of the future. Such are the operations of the fun and atmosphere, of the wind and water, of the rivers and the tides.

It is the joint operation and result of those three different causes that are to be perceived in the general appearances of this earth, and not the effects of any one alone; although, in particular places of the earth, the operation peculiar to each of these may be considered by itself, in abstracting those of the others, more or less. Thus there are several views in which the subject is to be examined, in order to find facts with which the result of the theory may be compared, and by which confirmation may be procured to our reasoning, as well as explanation of the phenomena in question.



CHAPTER I.

Facts in confirmation of the Theory of Elevating Land above the Surface of the Sea.

The first object now to be examined, in confirmation of the theory, is that change of posture and of shape which is so frequently found in mountainous countries, among the strata which had been originally almost plain and horizontal. Here it is also that an opportunity is presented of having sections of those objects, by which the internal construction of the earth is to be known. It is our business to lay before the reader examples of this kind, examples which are clearly described, and which may be examined at pleasure.

No person has had better opportunities of examining the structure of mountains than M. de Saussure, and no body more capable of taking those comprehensive views that are so necessary for the proper execution of such a task. We shall therefore give some examples from this author, who has every where described nature with a fidelity which even inconsistency with his system could not warp. Speaking of the general situation of the beds of the Saleve, (p. 179.)

"Dans quelques endroits, et meme presque partout, les couches descendent tout droit du haut de la montagne jusques a son pied: mais au dessus de Collonge le sommet arrondi en dos d'ane presente des couches qui descendent de part et d'autre, au sud-est vers les Alpes, et au nord-ouest vers notre vallee; avec cette difference, que celles qui descendent vers les Alpes parviennent jusques au bas; au lieu que celles qui nous regardent sont coupees a pic, a une grande hauteur.

"Ces deux inclinaisons ne sont pas les seules que l'on observe dans le bancs du mont Saleve, ils en ont encore une troisieme; ils sont releves vers le milieu de la longueur de la montagne, et descendent de la vers ses extremites. Cette pente, qui sur le Grand Saleve n'est pas bien sensible, devient tres remarquable au Petit Saleve, et meme tres rapide a son extremite. Les dernieres couches au nord au dessus d'Etrembieres descendent vers le nord-nord-est, sous un angle de 40 au 50 degres.

"On verra, dans le cours de cet ouvrage, combien le montagnes calcaires ont frequemment cette forme.

"Sec. 235. Outre ces grandes couches qui constituent le corps de la montagne, et qui peuvent en general etre mises dans la classe des couches horizontales, on en trouve d'autres dont l'inclinaison est absolument differente. Elles sont situes au bas de Grande Saleve du cote qui regarde notre vallee; on les voit appliquees contre les tranches inferieures des bancs horizontaux ou tres-inclinees en appui contre la montagne.

"Ces couches s'elevent en quelques endroits, par exemple, entre Veiry et Crevin, a peu-pres a la moitie de la hauteur du Grande Saleve. Celles qui touchent immediatement la montagne, sont le plus inclinees; on en voit la de verticales et meme quelque fois de renversees en sens contraire, qui sont soutenues par le plus exterieures. Celle ci font avec l'horizon un angle de 60 a 65 degres. Ces couches sont souvent tres etendues, bien suivies, et continues a de tres-grandes distances. Leur assemblage forme une epaisseur considerable au pied de la montagne. Elles ont cependant ete rompues, et manquent meme totalement dans quelques places. Cela meme donne la facilite de les bien observer, parce qu'en se postant dans ces intervalles, on peut les prendre en flanc, et voir distinctement leurs tranches, et tout leur structure.

"On observe ces couches non-seulement au pied de rocs nuds du Grand Saleve, mais encore dans la partie de sa pente qui est boisee par exemple au dessous de la croisette, le chemin qui de ce hameau descend au village de Collonge, passe sur les couches inclinees, comme celles que je viens de decrire."

In Sec. 237, the description is continued.

"En suivant le pied de la montagne entre le Coin et Crevin, on voit reparaitre nos couches verticales ou tres inclinees qui vis a vis du Coin, ont ete detruites comme je viens de le dire. Ces couches la ou elles sorte que l'on peut comparer toutes les couches de la montagne a celles d'un jeu de cartes ploye en deux suivant sa longueur."

In considering the chains of the Jura, on the west side of that which looks to the lake, our author has the following interesting observations, p. 275.

"Les chaines dont il est compose, a mesure qu'ils s'eloignent de la haute ligne orientale perdent graduellement de leur hauteur et de leur continuite; le plus occidentales ne forment pas, comme la premiere, des chaines de montagnes elevee et non interrompues; ce sont des monticules allonges il est vrai, mais isoles ou qui du moins ne sont unis que par leurs bases.

"Sec. 338. Leur structure n'est pas la meme dans toute l'etendue du Jura. La forme primitive la plus generale ressemble cependant a celles de la haute chaine; c'est-a-dire, que ce sont de voutes, composees et remplies d'arcs concentriques.

"C'est surtout entre Pontarlier et Besancon, que l'on rencontre des collines qui ont regulierement cette structure. La grande route traverse de larges vallees, dans lesquelles les couches sont horizontales; mais ces vallees sont separees par des chaines peu elevees dont le couches arquees montent jusques au haut de la montagne, et descendent ensuite du cote oppose. On en voit aussi de la meme forme dans la Prevote de Moutier Grand Val. La birs traverse des rochers qui offrent a decouvert la construction interieure des montagnes; les couches de roc forment dans cet endroit des voutes elevees l'une sur l'autre en suivant le contour exterieur de la montagne.—Dict. Geog. de la Suisse, tom. 2. p. 150.

"D'autres fois le sommet de la montagne est plus aigu que n'est celui d'une voute, et les couches paralelles entr'elles, mais inclinees a l'horizon en sens contraire, presentent dans leur section, la form d'un chevron ou d'un lambda [Greek: L].

"Sec. 339. Mais cette meme structure presente frequemment une singularite remarquable. Ce sont des bancs perpendiculaires a l'horizon qui occupent a-peu-pres le milieu ou le coeur de la montagne et qui separent les couches d'une des faces de celles de la face opposee.

"J'ai observe plusieurs montagnes secondaires, et du Jura et d'ailleurs, et surtout un grande nombre de montagne primitive, dont la structure est la meme[1]."

[Footnote 1: This correspondency in the shape of the primitive and secondary mountains of our author, of which the structure is the same, is an important observation for our theory, which makes the origin of those two different things to be similar; it is inconsistent, however, with the notion of primitive parts, which some philosophers have entertained.]

"Sec. 340. Les couches perpendiculaires a l'horizon, que l'on rencontre frequemment dans le Jura ont presque toutes leurs plans diriges du nord-nord-est au sud-sud-ouest, suivant la direction generale de cette chaine de montagne. Cette observation est d'une assez grande importance parce qu'elle exclut ou rend du moins improbable l'idee d'un bouleversement.

"J'ai cru pendant long-temps que toutes les couches devoient avoir ete formees dans une situation horizontale, ou peu inclinee a l'horizon, et que celles que l'on rencontre dans une situation perpendiculaire, ou tres-inclinees, avoient ete mises dans cet etat par quelque revolution; mais a force de rencontrer des couches dans cette situation, de les voir dans de montagnes bien conservees, et qui ne paroissoient point avoir subi de bouleversement, et d'observer une grande regularite dans la forme et dans la direction de ces couches; je suis venu a penser que la nature peut bien avoir aussi forme de ces bancs tres-inclines, et meme perpendiculaire a la surface de la terre."

Here the reasoning of our author is sufficiently just; he sees too much order in the effect to ascribe it to a cause merely fortuitous. But surely nothing in those appearances hinders the conclusion, that the strata now found in ail possible positions, had been originally horizontal when at the bottom of the sea, and that they had been afterwards regularly bent and broken, by the same cause which operated in placing them above the level of the ocean. The force of this argument will appear, by considering the various regular and irregular positions in which they are found.

"Sec. 242. Dans quelques endroits du Jura, on voit des especes de demi-cirques formes par des rochers dont le couches sont de portions de la surface d'un meme cone et tendent a un centre commun eleve au dessus de l'horizon.

"Ainsi aupres de Pontarlier, etc.

"Sec. 343. Mais il est bien plus frequent de voir des montagnes dont les couches ont la forme d'une demi-voute, et qui vues de profil presentent, comme notre montagne de Saleve, un pente douce d'une cote, et des escarpemens de l'autre.

"Plusieurs vallees du Jura sont situees entre deux chaine de montagnes qui ont cette forme, et qui se presentent reciproquement leur faces escarpees. On croit meme apercevoir quelque correspondance, entre les couches de ces montagnes opposees, et l'on diroit qu'elles furent anciennement unies, et que la partie intermediaire a ete detruite, ou que la montagne s'est fendue du haut en bas, et que ses deux moities se sont ecartees pour faire place a la vallee qu'elles renferment.

"Sec. 346. Pour resumer en peu de mots les idees que je me forme de la structure du Jura; je dirai que je crois qu'il est compose de differentes chaines a-peu-pres paralleles entr'elles, et a celles des Alpes, mais tirant un peu plus du nord au midi: que la chaine la plus elevee et la plus voisine des Alpes, a eu originairement la forme d'une dos d'ane dont les pentes partent du faite, recouvrent les flancs, et descendent jusques au pieds de la montagne: que les chaines suivantes du cote de l'ouest, sont composees de montagnes graduellement moins elevees et moins etendues; que les couches de ces montagnes ont generalement la forme de voutes entieres ou de moitie de voutes; et qu'elles viennent mourir dans des plaines, qui ont pour base des bancs calcaires tout a fait horizontaux de la meme nature que ceux du mont Jura, et qui furent peut-etre anciennement continus avec eux."

Our author has here described most accurately, not only the present shape and positions of particular strata, but the general shape and structure of the land him the Saleve and Jura, which are not in the Alps, to the plains of France, where the strata are generally in a more horizontal situation.

Having thus seen the structure of what are commonly termed the secondary mountains, a structure which prevails generally in all parts of the land, at least in all that which is not primitive in the estimation of naturalists, who suppose a different origin to different parts, it will now be thought a most interesting view of nature, to see the same accurate examination of the structure of the earth, from those secondary mountains of Geneva to the center of the Alps, where we find such a variety of mountains of different materials, (whether they shall be called primitive or secondary) and where such opportunity is found for seeing the structure of those mountains. For, if we shall find the same principles, here prevailing in the formation of those supposed primitive mountains as are found over all the earth in general, and as are employed in fashioning or shaping every species of material, it will be allowed us to conclude, that, in this situation of things, we have what is general in the formation of land, notwithstanding imaginary distinctions of certain parts which had been formed one way, and of others which are supposed to be operations of an opposite nature.

This question therefore will be properly decided in our author's journey to the Alps; for, if we shall there find calcareous strata perfectly consolidated, as they should be by the extreme operation of subterranean heat and fusion; if we find materials of every species formed after the manner of stratification; and if all those different strata variously consolidated shall be found in all positions, similar to those which we have now seen in the examination of the Jura and Saleve, with this difference, that the deplacement and contorsion may be more violent in those highly consolidated strata, we shall then generalise an operation by which the present state of things must have been produced; and in those regular appearances, we shall acknowledge the operation of an internal heat, and of an elevating power.

"Sec. 287. Les pentes rapides des bancs dont est forme le mole, les directions variees de ces memes bancs sont aussi conformes a une observation generale et importante, que le montagnes secondaires sont d'autant plus irregulieres et plus inclinees qu'elles s'approchent plus des primitives.

"A la verite, quelque montagnes calcaires meme a de grandes distances des primitives ont ca et la des couches inclinees et meme quelquefois verticales; mais ces exception locales n'empechent pas qu'il ne soit vrai qu'en general, les bancs calcaires, que l'on trouve dans les plaines qui sont eloignees des hautes montagnes, ont leurs bancs ou horizontaux ou peu inclines; tandis, qu'au contraire, les montagnes qui s'approchent, du centre des grands chaines, n'ont que tres-rarement des couches horizontales, et presentent presque par-tout des couches fortement et diversement inclinees."

That is to say, that there is no place of the earth, however plain and horizontal in general may be the strata, in which examples are not found of this manner of disordering or displacing strata; at the same time they are more crested and more disordered in proportion to the mountainous nature of the country. Here is the proposition contained in that general observation of natural history; and this is a proposition which either naturally flows from the theory, or is perfectly consistent with it.

"Sec. 360, a. Le rocher dont j'ai parle (Sec. 354) qui touche celui de la Dole, et qui porte le nom de Vouarne, est d'une structure singuliere. Les bancs dont il est compose sont escarpes, les uns en montant contre le nord-est sous un angle de 40 a 50 degres; les autres en s'elevant contre le sud-est.

"Sec. 361. En avant de ce rocher, du cote l'est, on en voit un autre d'une structure tres remarquable. Il a la forme d'un chevron aigu ou d'un lambda [Greek: L]. on le nomme, sans doute a cause de sa forme, le Rocher de fin Chateau. Les bancs dont il est compose sont tres inclines a l'horizon, et s'appuient reciproquement contre leurs sommites respectives. Les planches que l'on dresse en appui les unes contre les autres pour les faire secher, peuvent donner une idee de la situation de les bancs. Cette forme n'est pas rare dans ces rochers calcaires; mais elle est bien plus frequente encore, et plus decidee dans le rochers primitifs, comme nous le verrons dans la suite.

"Le rocher de fin chateau presente dans cette forme meme une circonstance tres-remarquable; c'est que l'intervalle que les jambes du lambda [Greek: L] laissent entr'elles, est rempli par des couches perpendiculaires a l'horizon. On diroit que ces couches chassees en haut par une force souterraine, ou souleve de part et d'autre, des bancs qui sont demeures appuyes contre elles. Nous avons deja vu des rochers de cette forme, Sec. 339."

Here the truth of our theory is so evident, that this philosopher naturally acknowledges it without intention.

In his Journey to Mont Blanc, he observes, page 364,

"Un peu au dela de Contamine on passe sous les ruines du chateau de Faucigny, bati sur le sommet d'un rocher escarpe, qui fait partie de la base du mole. Tant qu'on est immediatement au dessous de ce rocher on ne demele pas bien sa structure; mais apres l'avoir passe, on peut voir a l'aide d'une lunette, qu'il est compose de couches perpendiculaires a l'horizon, et dirigees du nord-est au sud-ouest. Au dessous de ce rocher au sud-est, on voit d'autres couches verticales, mais dont les plans coupent a l'angle droits ceux des premiers.

"A une bonne demi-lieue de ce chateau on observe, comme au pied du Mont Saleve, une masse de rochers, dont les couches minces, presque perpendiculaires a l'horizon, sont adossees aux escarpemens de couches epaisses et bien suivies, qui paroissent horizontales."

Speaking of the Mont Brezon, our author says, page 369,

"Mais le pied de cette montagne est encore, comme celui de Saleve, couvert de grandes couches presque perpendiculaires a l'horizon et appuyees contre le corps meme de la montagne. Et quoique le Brezon se termine a une petite demi-lieue de la Bonne Ville, cependant ses couches qui sont appuyees contre le pied de la chaine meridionale, et qui tournent ainsi le dos a l'Arve, continuent de regner jusques au village de Siongy pendant l'espace de pres de deux lieues. Elles sont a la verite coupees par une petite vallee a l'extremite du pied du Brezon, mais elles recommencent au de la de cette coupure.

"Sec. 446. Cette petite vallee, qui s'ouvre au pied du Brezon, est etroite et tortueuse; les angles saillans engrenees dans les angles rentrans y sont extremement sensibles. Elle conduit au village de Brezon, qui est situe derriere la montagne de ce nom.

"Au dessus de ce village sont de grands et beaux paturages avec des chalets qui ne sont habites qu'en ete, et que l'on nomme les Granges de Solaison. C'est la que j'allois coucher quand je visitois le Brezon et les montagnes voisines. Les granges de Solaison sont dominees, au sud-est par le monts Vergi, chaine calcaire tres elevee, dont j'ai aussi parcouru les sommets qui se voyent des environs de Geneve, sur la droite du mole.

"Cette chaine court du nord-est au sud-ouest, et vient se terminer derriere les montagnes qui bordent notre route a droite.

"Sec. 447. On peut, des environs de Siongy, observer la structure de la derniere montagne de cette chaine; elle est tres remarquable. Les couches horizontales au sommet se courbent presqu'a angles droits, et descendent de la perpendiculairement du cote du nord-ouest. On diroit qu'elles ont ete ployees par une violent effort; on les voit separees et eclatees en divers endroits.

"Sec. 449. Le mole se termine a la jonction du Giffre avec l'Arve; ses dernieres couches descendent avec rapidite dans le lit de cette petite riviere,

"Les montagnes qui suivent le mole, et qui forment apres lui le cote septentrional de la vallee de l'Arve, sont basses et indifferentes, une seule est remarquable par sa forme pyramidale, et par ses couches qui convergent a son sommet, et lui donnent la forme d'un chevron.

"Sec. 450. La ville meme de Cluse est batie sur le pied d'une montagne, dont la structure est tres extraordinaire; on en juge mieux a une certain distance que de la ville meme.

"Cette montagne de forme conique emoussee, ou plutot parabolique, est pour ainsi dire coiffee d'une bande de rochers, qui du haut de sa tete descendent a droite et a gauche jusques a son pied. Ces rochers nuds sont relevees par le fond de verdure dont le reste de montagne est couverte. Ils sont composes de plusieurs bandes paralleles entr'elles; les exterieures sont blanches et epaisses, les interieures sont brunes et plus minces. Le corps meme de la montagne, dont on appercoit ca et la les rochers au travers du bois, qui les couvre, paroi compose de couches irregulieres et diversement inclinees. On pourroit soupconner que cette bande n'est que le reste d'une espece de callote qui vraisemblablement couvroit autrefois toute la montagne.

"Sec. 463. Des que l'on est sorti de la ville de Cluse, on voit en se retournant sur la droite, les rochers en surplomb sous lesquels on a passe avant de traverser l'Arve. On distingue d'ici le profil des couches de ces rochers; et on reconnoit qu'elles sont presque perpendiculaires a l'horizon.

"Ces couches sont adossees a d'autres couches calcaires et verticales comme elles, mais qui sont la continuation de couches a-peu-pres horizontales: on diroit qu'une force inconnue a ploye a angles droits l'extremite de ces couches, et les a ainsi contrainte a prendre une situation verticale.

"Sec. 467. Si du grande chemin qui est au pied de la caverne, on jette les yeux sur le rocher dans lequel est son ouverture, on observera que les bancs de ce rocher sont tres epais, et composes d'une pierre calcaire grise; qu'au dessus cette pierre grise on en voit une autre de couleur brune, dont les couches font tres minces; mais qui par leur repetition forment une epaisseur considerable.

"Ces couches de pierres a feuillets minces, continuent jusques a Sallanches et au de la; et sont renfermees par dessus et par dessous entre des bancs de pierre grise compacte et a couches epaisses. Quelquefois la pierre grise qui sert de base, ou comme disent les mineurs, de plancher a la brune, s'enfonce et alors celle-ci paroit a fleur de terre; ailleurs cette pierre grise se releve et porte la brune a une grande hauteur.

"Cette pierre brune et feuilletee est comme la grise de nature calcaire; mais un melange d'argile, et peut-etre un peu de matiere grasse ou phlogistique lui donnent sa couleur brune et la disposent a se rompre en fragmens angulaires et a cotes plans.

"Ce genre de pierre est fort sujet a avoir ses couches flechies ou ondees en forme de S de Z ou de C. Pres de la caverne, on, voit une lacune dans le milieu des bancs du roc gris; les couches minces ont rempli cette lacune, mais elles sont dans cet espace extremement tourmentees. On comprend que ce vide et ce remplacement, se sont faits dans le temps meme de la formation de ces rochers."

We have the following description of the Cascade Mountain, p. 396.

"Les couches de cette montagne sont la continuation des couches superieures du rocher de la cascade, et forment des arcs concentriques, tournes en sens contraire; en sorte que la totalite de ces couches a la forme d'une S, dont la partie superieure se recourbe fort en arriere.

"Le rocher de la cascade, represente par la planche IV. est tout calcaire; les couches, qui sont au dessous des lettres d et e, sont composees de ce roc gris compact dont les bancs, comme nous l'avons vu plus haut, sont ordinairement epais, mais les couches exterieures entre e et f, sont du roc brun a couches minces, dont nous avons aussi parle. Ces meme couches minces se voyent encore a l'intersection de perpendiculaire qui passent par lettres a et e.

"Ici dont c'est le roc gris qui est renferme entre deux bancs de roc brun au lieu qu'aupres de la caverne, c'etoit le roc brun, qui etoit resserre entre deux bancs de roc gris; mais cette difference n'est pas ce qu'il y a de plus difficile a expliquer; c'est la forme arquee de ces grandes couches dont il faudroit rendre raison."

Having measured this rock geometrically, the result is as follows:

"Le plus grand des arcs de cercle que forment ces couches exterieures de ce rocher, a donc pour corde une ligne d'environ 800 pieds: dans toute cette etendue, ces couches de meme que les interieures sont suivies sans interruption.

"Je dois cependant avertir, qu'en avant du rocher de la cascade a la hauteur de la lettre a, et au dessous, on voit des couches detachees des circulaires, et independantes d'elles; ce sont de plans inclines en appui contre le corps de la montagne, semblables a ceux que j'ai observe au pied du mont Saleve, et d'une formation vraisemblablement plus recente que le corps meme de la montagne.

"Mais derriere ces plans, on voit les couches arquees, qui sont horizontales dans le bas, servir de base au rocher, se relever ensuite sur la droite, et venir en tournant former le faite de ce meme rocher."

"It may be interesting to hear our author's reasoning upon this subject, more especially as it will give more faith or light, if it were possible, to his descriptions, which are irreproachable.

"Sec. 473. Il s'agiroit a present de dire quelle force a pu donner a ces couches cette situation; comment elles out pu etre retroussees de facon que les plus basses soient devenues les plus elevees?

"La premiere idee qui se presente est celle des eaux souterrains. Ce qui pourroit meme faire soupconner que ces couches ont ete reellement relevees par une force souterraine c'est que, sur la droite du rocher qu'elles forment, il y a un vide ou il manque a peu-pres ce qu'il faudroit pour former la hauteur de la cascade; car la montagne que l'on voit sous les lettres g et h, est sur une ligne beaucoup plus reculee. Sur la droite de ce vide ces couches recommencent sur la ligne de celles qui sont recourbees; on les voit coupees a pic de leur cote, avec les memes couleurs, la meme epaisseur, mais dans une situation horizontale.

"J'ai observe dans plus d'une montagne des couches ainsi retroussees, aupres desquelles on voit le vide qu'elles paroissent avoir laisse en se repliant sur elles memes.

"Dans l'ober Hasli la vallee de Meiringen au dessus du village de Stein.

"Dans le canton de Uri, sur le bords du lac de Lucerne, on en voit aussi plusieurs exemples bien distincts.

"Une montagne plus rapprochee de notre cascade, et qui presente aussi ce phenomene, est situee derriere elle au nord-est entre le village de Seiz et les granges des Fonds. Cette montagne porte le nom d'Anterne. Elle est plus elevee que celle du Nant d'Arpenaz, ses couches forment des arcs concentriques plus grands et plus recourbes encore, et l'on voit de meme a leur droite un vide qu'elles semblent avoir laisse en se levant et se repliant sur la gauche.

"Mais malgre ces observations, ce n'est pas sans peine que j'ai recours a ces agens presque sur-naturelles, sur-tout quand je n'apercois aucun de leurs vestiges; car cette montagne et celle d'alentour ne laissent apercevoir aucune trace du feu. Je laisse donc cette question en suspens; j'y reviendrai plus d'une fois, et meme avant la fin de ce chapitre.

"Il faut a present jetter un coup-d'oeil sur les montagnes de l'autre cote de l'Arve.

"Sec. 474. Vis-a-vis de la cascade de l'autre cote de la riviere, on voit un chaine de montagnes extremement elevees, qui presentent leurs escarpemens au dessus de Sallenche, et contre le Mont Blanc. Leurs couches descendent par consequent vers la vallee du Reposoir, situee a leur pied au nord-ouest.

"Mais au pied des escarpemens de cette meme chaine, on voit une rangee de bases montagnes paralleles a sa direction, inclinees en appui contre ses escarpemens et qui descendent en pente douce vers Sallenche; de meme encore une fois qu'au mont Saleve.

"Sec. 475. De la cascade jusques a St Martin, on voit frequemment a sa gauche des couches singulierement contournees, et toujours dans cette espece de pierre calcaire brune que nous suivons depuis si long-tems. Quelques-unes de ces couches forment presqu'un cercle entier, les plus remarquables sont a une demi-lieue de la cascade. Elles representent des arcs dont les convexites se regardent a peu pres comme dans un X; mais avec des plans situes obliquement entre les deux convexites, et des couches planes et horizontales immediatement au-dessus de l'arc de la gauche.

"Ces diverses couches sont si bien suivies dans tous leurs contours, et si singulierement entrelacees que j'ai peine a croire qu'elles ayent ete formees dans une situation horizontale, et qu'ensuite des bouleversemens leur ayent donne ces positions bizarres.

"Deja il faudroit supposer que ces bouleversemens se sont faits dans un tems ou ces couches etoient encore molles et parfaitement flexibles, car on n'y voit rien de rompu, leurs courbures, meme les plus angulaires, sont absolument entieres.

"Ensuite il faudroit, que ces couches, dans cet etat de mollesse, eussent ete froissees et contournees d'une maniere tout-a-fait etrange, et presqu'impossible a expliquer en detail. D'ailleurs des explosions souterraines rompent, dechirent, et ne soulevent pas avec le menagement qu'exigeroit la conservation de continuite de toutes ces parties.

"La crystallization peut seul, a mon avis, rendre raison de ces bizarreries; nous voyons, comme je l'ai deja dit, des albatres formes pour ainsi dire sous nos yeux par de vrayes crystallizations dans les crevasses, et dans les cavernes des montagnes, presenter des couches dans lesquelles on observe des jeux tout aussi singuliers[2]."

[Footnote 2: M. de Saussure would explain the various shape and contortions of strata upon the principles of crystallization; but surely he has not adverted to the distinction of crystallization as an operation giving form or shape, and as giving only solidity or hardness, which last, it is apprehended, is the only sense in which our author here considers crystallization, although, from the way in which he has employed this principle, it would seem that it is the figure which is to be explained by it. This conjecture is supported by the example of alabaster or stalactites, with which he compares the section of those mountains; for, in the example of implicated figures of the stalactite marble, similar to those of the present distorted strata, crystallization has nothing to do with that part of the figure which corresponds to the case now under consideration; it forms indeed certain figures of crystals in the mass by which also the configuration of some minute parts, affected by those crystals, is determined; but the figure of those alabasters, which is to be compared with the present subject, arises solely from the current of petrifying water along the surface of the mass. This mass, therefore, being formed by succession from that water, crystallising calcareous earth, and carrying colouring parts of other earth, gives an appearance of stratification to a figure which is absolutely inconsistent with stratification; an operation which is performed by depositing materials at the bottom of the sea, and which the marine bodies contained in some of the strata sufficiently attest.]

"Je ne repugnerois donc pas a croire que le rocher de la cascade a pu etre forme dans la situation dans laquelle il se presente; si ce vuide a sa droite, ses couches qui, bien que suivies, montrent pourtant quelques ruptures dans les flexions un peu fortes, et ses grands bancs de cette pierre grise compacte, qui n'est point si sujette a ces formes bizarres, n'establissoient pas une difference sensible entr'elles et celles que nous venons examiner."

It is impossible to be more impartial than M. de Saussure has proved himself to be on this occasion, or to reason more in the manner in which every philosopher ought to reason on all occasions.

But to see the full value of this author's impartiality, notwithstanding of his system, let us follow him in the second volume of Voyages dans les Alpes. It is in chap. XX. entitled, Poudingues de Valorsine, that we find the following description, with his reasoning upon that appearance.

"On voit la (page 99.) que la base de cette montagne est un vrai granit gris a grains mediocres, et dont la structure n'a rien de distinct; mais au-dessus de ces granits on trouve des roches feuilletees quartzeuses melangees de mica et de feldspath genre moyenne entre le granit veine et la roche feuilletee ordinaire. Leurs couches courent du nord au sud, comme la vallee de Valorsine, et font avec l'horizon un angle de 60 degres, en s'appuyant au couchant contre cette meme vallee. Ces roches continuent dans la meme situation jusques a ce qu'apres une demi-heure de marche, on les perd de vue sous la verdure qui tapisse une petite plaine, situee au milieu des bois, et qui se nomme le plan des Cebianes.

"Sec. 689. De-la, en montant obliquement du cote du sud, on rencontre de grands blocs d'un schiste gris ou de couleur de lie-de-vin, quelquefois meme d'un violet decide, qui renferment une grande quantite de cailloux etrangers, les uns angulaires, les autres arrondis, et de differentes grosseurs, depuis celle d'un grain de sable jusqu'a celle de la tete. Je fus curieux de voir ces poudingues dans leur lieu natal; je montai droit en haut pour y arriver; mais la quel ne fut pas mon etonnement de trouver leur couches dans une situation verticale!

"Sec. 690. On comprendra sans peine la raison de cet etonnement si l'on considere qu'il est impossible que ces poudingues aient ete formees dans cette situation.

"Que des particules de la plus extreme tenuite, suspendues dans un liquide, puissent s'agglutiner entr'elles et former des couches verticales, c'est ce que nous avons la preuve en fait dans les albatres, les agathes, et meme dans les crystallizations artificielles. Mais qu'une pierre toute formee, de la grosseur de la tete, se soit arretee au milieu d'une parois verticale, et ait attendu la que les petites particules de la pierre vinssent l'envelopper, la souder et la fixer dans cette place, c'est une supposition absurde et impossible. Il faut donc regarder comme une chose demontree, que ces poudingues ont ete formes dans une position horizontale, ou a peu-pres telle, et redresses, ensuite apres leurs endurcissement. Quelle est la cause qui les a redresses? c'est ce que nous ignorons encore; mais c'est deja un pas, et un pas important, au milieu de la quantite prodigieuse de couches verticales que nous rencontrons dans nos Alpes, que d'en avoir trouve quelques-unes dont on soit parfaitement sur qu'elles ont ete formees dans une situation horizontale.

"Sec. 691. La nature meme de la matiere qu'enveloppe les cailloux de ces poudingues rend ce fait plus curieux et plus decisif. Car si c'etoit une pate informe et grossiere, on pourroit croire que ces cailloux et la pate qui les lie ont ete jetes pele-mele dans quelques crevasses verticales, ou la partie liquide c'est endurcie par le dessechement. Mais bien loin de-la, le tissu de cette pate est d'une finesse admirables; c'est une schiste, dont les feuillets elementaires sont excessivement minces, meles de mica, et parfaitement paralleles aux plans qui divisent les couches de la pierre. Ces couches memes sont tres-regulieres, bien suives et de differentes epaisseurs, depuis une demi pouce jusques a plusieurs pieds. Celles qui sont minces contiennent peu et quelquefois point de cailloux etrangers, et on observe quelques alternatives de ces couches minces sans cailloux et des couches epaisses qui en contiennent. La couleur du fond de ce schiste varie beaucoup; il est ici gris, la verdatre, le plus souvent violet ou rougeatre; on en voit aussi qui est marbre de ces differentes couleurs. Ses couches sont dirigees du nord au sud exactement comme celles des roches granitoides qui sont au-dessous, Sec. 688. mais l'inclinaison du schiste est beaucoup plus grande, ses couches sont souvent tout-a-fait verticales, et lorsqu'elles ne le sont pas, elles montent de quelques degres du meme cote que les roches dont je viens de parler; c'est-a-dire, du cote de l'ouest.

"Sec. 692. Les cailloux enclaves dans ce schiste sont, comme je l'ai dite, de differentes grandeurs, depuis celle du grain de sable, jusques a 6 ou 7 pouces de diametre; ils appartiennent tous a la classe des roches que j'appelle primitives; je n'y ai cependant pas vu de granit en masse; seulement des granits feuilletes, des roches feuilletees, melangees de quartz et de mica; des fragmens meme de quartz pur; mais absolument aucun schiste purement argileux, ni aucune pierre calcaire, rien qui fit effervescence avec l'eau-forte, et la pate meme qui renferme ces cailloux n'en fait aucune. Leur forme varie; les uns sont arrondis et ont manifestement perdu leurs angles par le frottement; d'autres ont tous leurs angles vifs, quelques uns meme ont la forme rhomboidale qu'affectent si frequemment les roches de ce genre. Dans les parties de la pierre ou ces cailloux etrangers sont entasses en tres-grand nombre, les elemens du schiste n'ont pas eu la liberte de s'arranger et de former des feuillets paralleles; mais par-tout ou les cailloux laissent entr'eux des intervalles sensibles, les feuillets reparoissent, et sont constamment paralleles, et entr'eux et aux plans qui divisent les couches.

"Sec. 693. Les bancs de ces schistes poudingues forment dans la montagne une epaisseur d'environ cent toises, comptees de l'est a l'ouest transversalement aux couches, et je l'ai suivie dans le sens de la longueur l'espace de plus d'une lieue; on ne peut pas la suivre plus long-temps, parce que les bancs se cachent et s'enfoncent sous la terre."

Here M. de Saussure, who is always more anxious to establish truth, than preserve theory, gives up the formation of the alpine strata by crystallization. Let us now see how he acknowledges the evidence of softness in those strata. It is in his description of the Val de Mont Joye, Tom. 2d. page 173.

"Ce sont des roches dures a fond de quartz, ou de feldspath blanc, confusement cristallise, avec des veines noires de mica ou de schorl en petites lames. Ces veines, qui penetrent tout au travers de la pierre, sont la section des couches dont elle est composee; on les voit, ici planes et paralleles, entr'elles; la en zig-zags, renfermes entre de plans parfaitement paralleles; accident dont les etoffes tout-a-la-fois rayees et chinees donnent encore le dessin. Ces anfractuosites des couches sont-elles un effect de la crystallization, ou bien d'un mouvement de pression qui a refoule des couches planes lorsqu'elles etoient encore flexibles, apres quoi d'autres couches planes sont venues se former sur elles."

M. de Saussure has no idea of strata formed at the bottom of the sea, being afterwards softened by means of heat and fusion. He had already given up the supposition of those vertical or highly inclined strata having been formed in their present position; but had this geologist seen that it was the same cause by which those strata had both been raised in their place and softened in their substance, I am persuaded that he would have freely acknowledged, in this zig-zag shape, which is so common in the alpine strata, the fullest evidence of the softening and the elevating power.

At the Tour de Fols, near St Bernard, M. de Saussure found an appearance the most distinct of its kind, and worthy to be recorded as a leading fact in matters of geology. Voyages dans les Alpes, Tome 2d. pag. 454.

"La direction general des couches de ces rochers et des ardoises qui les separent, est donc du midi au nord, ou plus exactement du sud-sud-ouest au nord-nord-est; mais cette direction est coupee a angles droits par des couches d'ardoises et de feuillet quartzeux, qui passent du levant au couchant par le milieu des couches qui courent du midi au nord."

Clearly as this fact must demonstrate, to a reasoning person, the fracture and dislocation of strata, our author, who knows so well the reasoning of naturalists on such an occasion, gives us his opinion as follows: "Quant a la raison de ce fait, on peut l'attribuer a de boulversemens, et c'est ce qui me paroit le plus vraisemblable. On pourroit cependant supposer qu'il existoit au milieu de ces couches une grande fissure, qui a ete remplie par des couches transversales. Mais il faudroit pour cela que ce remplissage se fut fait dans le temps meme de la formation de ce montagne, puisque les ardoises et les pyramides quartzeuses, donc la direction est transversales, sont precisement de la meme nature que les autres; et il faudrait encore supposer, qu'elles ont ete formees dans la situation tres-inclinee qu'on leur voit aujourd'hui; supposition que l'on aura quelque peine a admettre."

In this second volume, M. de Saussure gives us a general view with regard to the mountains which border the valley of the Rhone, p. 543.

"Sec. 1095. Cette suite de montagnes calcaire que nous avons cotoyee depuis St Maurice jusques a Chillon, ne presente presque nulle part des couches regulieres et horizontales: elles sont presque par-tout inclinees, flechies, et paroissent avoir ete tourmentees par des causes violentes: car de simples affaissemens ne suffisent pas a mon gre pour rendre raison de toutes leurs formes. Leurs escarpemens sont aussi assez irregulierement situes; la plus grande partie d'entr'eux paroit cependant tournee du cote de la vallee du Rhone.

"La suite des montagnes qui correspond a celle-ci sur la rive gauche du Rhone et du lac est aussi calcaire, et a-peu-pres aussi irreguliere. La plupart de ces montagnes, celles surtout qui sont les plus voisines du lac, sont escarpees, et du cote du lac et de celui du Rhone. Les vallees qui les separent paroissent les diviser en chaines paralleles au lac, qui courent du nord-est au sud-ouest. Les plus voisines du lac sont escarpees contre lui, comme je viens de le dire, tandis que les plus eloignees du lac, ou les plus proches du centre des Alpes, sont inclinees contre ces memes Alpes. Le Val de lie separe ces deux ordres de montagnes: cette vallee riche et fertile a la forme d'un berceau; les deux chaines qui la bordent s'elevent en pente douce de son cote, et tournent leurs escarpemens, l'une contre le lac, l'autre contre les Alpes; au reste je n'ai point parcouru ces montagnes, je n'ai pu en juger qu'en les observant de loin.

"Mais ce dont on peut etre certain, c'est que, si les montagnes qui bordent ces deux rives de la vallee du Rhone, se ressemblent par leur nature, qui est calcaire de part et d'autre elles ne se ressemblent point par leur structure. On n'y voit aucune correspondance, ni dans les positions, ni dans les formes: Les vallees qui les separent ne se correspondent pas non plus. Ce defaut de correspondance me paroit encore reveiller l'idee des bouleversemens."

The general result, from these observations of our author, is this. First, there is no distinction to be made of what is termed primary and secondary mountains, with regard to the position of their strata; every different species of stratum, from the stratified granite and quartzy schistus of the Alps to the oolites of the Jura and Saleve, being found in every respect the same; whether this shall be supposed as arising from their original formation, or, according to the present theory, from a subsequent deplacement of strata formed originally in a horizontal situation.

Secondly, it appears that, in all those alpine regions, the vertical position of strata prevails; and that this appearance, which seems to be as general in the alpine regions of the globe as it is here in the mountainous regions of the Alps, has been brought about both by the fracture and flexure of those masses, which, if properly strata, must have been originally extended in planes nearly horizontal. Whereas, in descending from that mountainous region towards the more level country of France, the same changes in the natural position of strata are observed, with this difference, that here they are in a less degree. Now that those vertical strata had been originally formed at the bottom of the sea is evident from this author's observation, which has been already referred to (vol. 1st, page 23).

Thirdly, in all those accurate observations of a naturalist, so well qualified for this purpose, there appears nothing but what is perfectly consistent with such a cause as had operated by slow degrees, and softened the bodies of rocks at the same time that it bended them into shapes and positions inconsistent with their original formation, and often almost diametrically opposite to it; although there appeared to our author an insurmountable difficulty in ascribing those changes to the operation of subterranean fire, according to the idea hitherto conceived of that agent.

This grand mineral view of so large a tract of country is the more interesting, in that there has not occurred the least appearance of volcanic matter, nor basaltic rock, in all that space, where so great manifestation is made of those internal operations of the globe by which strata had been consolidated in their substance, and erected into positions the most distant from that in which they had been formed.

It is peculiarly satisfactory to me, and I hope also to my readers, to have the observations of so able a philosopher and so diligent a naturalist to offer in confirmation of a theory which had been formed from appearances of the same kind in a country so far distant from those of our author now described, as are the Alps of Savoy from those of Scotland. It gives me a singular pleasure, in thus collecting facts for the support of my opinion, to contribute all I can to recommend the study of a work in natural history the most exemplary of its kind; and a work which will remain the unalterable conveyance of precious information when theories making a temporary figure may be changed.

To a person who understands the present theory, there can be no occasion here to give the particular applications which will naturally occur in reading those various descriptions. In these examples are contained every species of bending, twisting, and displacement of the strata, from the horizontal state in which they had been originally formed to the vertical, or even to their being doubled back; and although M. de Saussure had endeavoured to reason himself into a belief of those inverted strata having been formed in their present place, it is evident that he had only founded this opinion upon a principle which, however just, may here perhaps be found misplaced; it is that of not endeavouring to explain appearances from any supposition of which we have not full conviction. I flatter myself, that when he shall have considered the arguments which have here been employed for the manifold, the general operations of subterranean fire, as well as for the long continued operations of water on the surface of the erected land, he will not seek after any other explanation than that which had naturally occurred to himself upon the occasion, and which he most ingenuously declares to have great weight, although not sufficient to persuade him of its truth.



CHAP. II.

The same Subject continued, with examples from different Countries.

Our theory, it must be remembered, has for principle, that all the alpine as well as horizontal strata had their origin at the bottom of the sea, from the deposits of sand, gravel, calcareous and other bodies, the materials of the land which was then going into ruin; it must also be observed, that all those strata of various materials, although originally uniform in their structure and appearance as a collection of stratified materials, have acquired appearances which often are difficult to reconcile with that of their original, and is only to be understood by an examination of a series in those objects, or that gradation which is sometimes to be perceived from the one extreme state to the other, that is from their natural to their most changed state. M. de Saussure who will not be suspected of having any such theory in his view, will be found giving the most exemplary confirmation to that system of things.

I would therefore beg leave farther to transcribe what he has observed most interesting with regard to that gradation of changed strata. It is in the high passage of the Bon-Homme, tom. 2. p. 179.

"Depuis le col, dont je viens de parler, jusqu'a la croix, qui suivant l'usage, est placee au point le plus eleve du passage, on a trois quarts de lieue, ou une petite heure de route, dans laquelle on traverse des gres, des breches calcaires, des pierres calcaires simples de couleur grise, d'autres calcaires bleuatres et des ardoises: ces alternatives se repetent a plusieurs reprises. Parmi ces gres on en trouve qui renferment des cailloux roules, et qui font effervescence avec les acides; d'autres qui ne renferment point de cailloux, et qui ne font point d'effervescence.

"Quelques-uns de ces gres m'out paru remarquables par leur ressemblance avec des roches feuilletees; ils sont compactes meles de mica; un suc quartzeux remplit tous les interstices de leurs grains, et leur donne une durete et une solidite singuliers; il n'y a personne, qui en voyant des morceaux detaches de cette pierre, ne la prit pour une roche feuilletee; mais quand on la trouve dans le lieu de sa formation, et qu'on voit les gradations qui la lient avec des gres indubitables, par exemple avec ceux qui renferment des cailloux roules, on ne peut plus douter de sa nature. Ces couches sont en general inclinees de 30 degres en descendant au sud-est."

Our author would here make a distinction of the roche feuilletee and the gres; the one he considers as primitive, and as having had an origin of which we are extremely ignorant; the other he considers as a secondary thing, and as having been formed of sand deposited at the bottom of moving water, and afterwards becoming stone. This great resemblance, therefore, of those two things so different in the opinion of naturalists, struck him in that forcible manner. Nothing can be a stronger confirmation of the present theory, which gives a similar origin to those two different things, than is the observation of so good a naturalist, finding those two things in a manner undistinguishable.

He thus proceeds: "J'ai vu dans les Vosges de tres-beaux gres du meme genre; ils ne ressembloient cependant pas autant a des roches primitives, parce qu'ils ne contenoient pas de mica. Mais ce qu'il y a ici de plus digne d'attention, et que l'on ne voit point dans les Vosges, c'est de trouver des gres de cette nature renfermes entre des bancs de pierre calcaire. Cependant plus ces gres s'eloignent de la roche primitive, qui forme la base de la montagne, et moins ils sont solides et quartzeux jusqu'a ce qu'enfin les plus eleves font effervescence avec l'eau-forte."

Here again the alpine lime-stones, which, according to the present naturalists, should be primitive, are plainly homologated in their origin with strata formed of sand.

Our author proceeds, (p. 181,) Sec. 765, "Le haut du passage du Bon-Homme, au pied de la croix est d'ardoises minces melees de feuillets de quartz. En descendant au Chapiu, on trouve ces memes ardoises alternant avec des couches de gres mince feuillete, mele de mica, puis des calcaires simples, puis des breches calcaires qui renferment des fragmens calcaires a angles vifs. Toutes ces couches descendent au sud-est suivant la pente de la montagne, mais avec un peu plus de rapidite.

"Comme cette montagne est absolument degarnie d'arbres, on y voit d'un coup-d'oeil les progres de l'action des eaux. Des sillons a peine visibles dans le haut, s'elargissent et s'approfondissent graduellement vers le bas, ou ils forment enfin des ravines profondes, que l'on pourrait presque nommer des vallees. Ces sillons ramifies sur toute la pente de la montagne et remplis encore de neige, tandis que leurs intervalles sont couverts de gazon, forment sur ce fond verd une broderie blanche, dont l'effet est extremement singulier. Lorsque je passai la, le 13 Juillet 1774, tous les enfoncemens de ces neiges etoient couverts de la poudre rouge que j'ai decrite Sec. 646.

"Vers la bas de la descente, on trouve des chalets que je m'etonnai de voir construits en pierres de taille, d'une forme tres reguliere; je demandai la raison de cette recherche, peu commune dans les montagnes, et j'appris que c'etoit la nature qui avoit fait tous les frais de cette taille. Effectivement je trouvai un peu plus bas une profonde ravine, creusee par les eaux dans des couches d'un beau gres qui se divise de lui-meme, et que l'on voit dans sa position originelle actuellement divise en grands parallelepipedes rectangles. Est-ce une retraite operee par le dessechement, ou n'est-ce pas plutot l'affaissement successif des couches qui les a divisees de cette maniere? C'est ce que je ne deciderai pas dans ce cas particulier."

The only thing which, in this particular case, makes our author express his wonder, is the extreme regularity of these natural divisions of stone; for, the same appearances are to be found in every case of consolidated strata, though not always with such extreme regularity. But this is one of the most irrefragable arguments for those various bodies having been consolidated by means of heat and fusion. The contraction of the mass, consolidated by fusion or the effect of fire, is the cause of those natural divisions in the strata; and the regularity, which is always to be observed more or less, depends upon the proper circumstances of the case, and the uniform nature of the mass.

(Page 184.) "Le matin avant de partir du Chapiu, j'allai voir si les beaux gres rectangulaires, que j'avois observes la veille descendoient jusqu'au bas de la montagne; j'y trouvai effectivement des gres mais a couches minces, et qui ne se divisoient point avec regularite; en revanche, je vis des couches de ce gres ployees et reployees en zig-zags, comme celles que j'avois rencontrees aux contamines, Sec. 755, et ces couches ondees etoient aussi renfermees entre de couches planes et paralleles. Ce phenomene est bien plus rare dans les gres, que dans les roches feuilletees proprement dites."

Thus every appearance is found by which the primitive schisti are perfectly resembled, both as to their original formation and their accidents, with the strata, which are acknowledged by naturalists as being the common operation of the sea.

Our author then gives an account of the Passage de Fours, in which he makes the following observations:

"Sec. 776. Tout pres du sommet du Col, on rencontre de beaux bancs de gres jaunatre qui sortent de dessous la pierre calcaire, et qui pourtant ne font aucune effervescence avec les acides.

"Sec. 777. Je mis deux heures et trois quarts a monter depuis le hameau du Glacier jusqu'au haut du Col, d'ou l'on descend a la croix du Bon-Homme. J'envoyai mes mulets m'attendre a cette croix, et je m'acheminai avec Pierre Balme sur ma droite, pour atteindre le faite de la montagne dont la cime arrondie me paroissoit devoir dominer sur toutes les montagnes d'alentour. J'ai donne a cette sommite, qui n'avoit point de nom, celui de Cime des Fours, a cause du passage qu'elle domine. De grandes plaques de neige couvroient en divers endroits la route que j'avois a faire pour y aller; le roc se montroit cependant assez pour que l'on put reconnoitre sa nature.

"Sec. 778. Je traversai d'abord des couches des gres qui etoient la continuation de celles dont je viens de parler, Sec. 776. Je trouvai ensuite des bancs d'une espece de poudingue grossier, dont le fond etoit ce meme gres rempli de cailloux arrondis. Quelques uns de ces bancs se sont decomposes, et les eaux out entraine les parties de sable qui lioient les cailloux, en sorte que ceux-ci sont demeures libres et entasses exactement comme au bord d'un lac ou d'une riviere. Il etoit si etrange de marcher a cette hauteur sur des cailloux roules, que Pierre Balme en temoigna son etonnement, meme avant, que j'en parlasse. On auroit ete tente de croire qu'une cascade tombant anciennement de quelque rocher plus eleve, detruit des-lors par le temps, avoit arrondi ces cailloux, si on n'en trouvoit pas de semblables encore enclaves dans les couches regulieres du gres qui compose le haut de cette montagne.

"Sec. 779. Quoique depuis long-temps je ne doute plus que les eaux n'aient couvert et meme forme ces montagnes, et qu'il y en ait meme des preuves plus fortes que l'existence de ces cailloux roules, cependant leur accumulation sur cette cime avoit quelque chose de si extraordinaire, et qui parloit aux sens un langage si persuasif, que je ne pouvois pas revenir de mon etonnement. Si en marchant sur ces cailloux, et en les observant, j'oubliois pour un moment le lieu ou j'etois, je me croyois au bord de notre lac; mais, pour peu que mes yeux s'ecartassent a droite ou a gauche, je voyois au-dessous de moi des profondeurs immenses; et ce contraste avoit quelque chose qui tenoit d'un reve; je me representois alors avec une extreme vivacite les eaux remplissant toutes ces profondeurs, et venant battre et arrondir a mes pieds ces cailloux sur lesquels je marchois, tandis que les hautes aiguilles formoient seules des isles au-dessus de cette mer immense; je me demandois ensuite quand et comment ces eaux s'etoient retirees. Mais il fallut m'arracher a ces grandes speculations et employer plus utilement mon temps a l'exacte observation de ces singuliers phenomenes."

The fact here worthy of observation is the effect of time in decomposing this gres, or sand-stone, which contains the gravel. All the other appearances follow naturally from the situation of this place, which is a summit, and does not allow of such a collection of water as might travel or transport the loose gravel, although it has been sufficient for carrying away the sand. This decomposition of the sand stone we shall find also explained from what follows of the description of this place.

"Sec. 780. Tous les bancs de gres que l'on voit sur cette montagne ne renferment pas des cailloux roules; il y a des alternatives irregulieres, de bancs de gres pur, et de bancs de gres mele de cailloux. Les plus eleves n'en contiennent point. Le plus haut de ceux qui en renferment est un banc bien suivi d'un pied d'epaisseur, et qui monte de 30 degres au nord-nord-ouest.

"Quelques-uns de ces bancs, remplis de cailloux, offrent une particularite bien remarquable; on voit a leur surface exterieure, exposee a l'air, une espece de reseau forme par des veines noires solides, et saillantes de deux ou trois pouces au-dessus de la surface de la pierre; les mailles de ce reseau sont quelquefois irregulieres, mais ce sont pour la plupart des quadrilateres obliquangles, dont les cotes ont huit a dix pouces de longueur. Comme ces pierres ont toutes un tendance a se partager en rhomboides, il paroit qu'il y a eu anciennement des fentes qui divisoient les bancs en parties de cette forme; et que ces fentes ont ete remplies par du sable qui a ete cimente par un suc ferrugineux; ce gluten solide a rendu ces parties plus dures que le reste de la pierre; et lorsque les injures de l'air ont ronge la surface de ces bancs, les mailles du reseau sont demeurees saillantes.

"Les cailloux arrondis, qui out ete long-temps exposes a l'air, out aussi pris par dehors une teinte noiratre ferrugineuse, mais ceux qui sont encore renfermes dans les bancs de gres ont comme lui une couleur jaunatre. Je n'en trouvai la aucun qui ne fut de nature primitive, et la plupart etoient de feldspath gris ou roux tres-dur, et confusement crystallise. Ce sont donc des pierres qui n'ont point naturellement une forme arrondie; et qui, par consequent, ne tiennent celle qu'elles ont ici, que du roulement, et du frottement des eaux.

"Tous ces gres font effervescence avec l'eau-forte, mais les parties du reseau ferrugineux en font beaucoup moins que le fond meme du gres. De meme si l'on compare entr'eux les gres qui renferment des cailloux avec ceux qui n'en contiennent pas, on trouve dans ceux-ci plus de gluten calcaire, l'eau-forte diminue beaucoup plus leur coherence.

"Sur la cime meme de la montagne, ces gres sont recouverts par une ardoise grise, luisante, qui s'exfolie a l'air. Et si l'on redescend de cette meme cime par le nord-est, du cote oppose au passage des Fours, on retrouvera des bancs d'un gres parfaitement semblable, et qui se divisent la d'eux-memes en petits fragmens parallelepipedes.

"Du haut de cette cime, elevee de 1396 toises au-dessus de la mer, on a une vue tres entendue. Au nord et au nord-ouest les vallees de Mont Joie, de Passy, de Sallanches; au couchant la haut cime calcaire dont j'ai parle, Sec. 759; au sud les montagnes qui s'etendent depuis le Chapiu jusqu'au Col de la Seigne; a l'est, ce meme Col que l'on domine beaucoup. Sur la droite de ce col, on voit du cote de l'Italie la chaine du Cramont, et plusieurs autres chaines qui lui sont paralleles, tourner tous leurs escarpemens contre la chaine centrale, de meme qu'on voit du cote de la Savoye, les chaines du Reposoir, de Passy, de Servoz, tourner en sens contraire leurs escarpemens contre cette meme chaine. Car c'est-la une des vues tres etendues sur les deux cotes opposes des Alpes; puisque l'on decouvre d'ici les montagnes de Courmayeur et de l'Allee Blanche, qui sont du cote meridional de la chaine, et celles du Faucigny et de la Tarentaise, qui sont du cote septentrional. Or les sites d'ou l'on jouit tout a-la-fois de ces deux aspects sont tres rares; parce que les hautes cimes de la chaine centrale sont presque toutes inaccessibles, et les cols par lesquels on la traverse sont presque tous tortueux, etroite, et ne presentent pour la plupart que de vues tres bornees."

We have here two facts extremely important with regard to the present theory. The one of these respects the original formation of those alpine strata; the other the elevation of those strata from the bottom of the sea, and particularly the erection of those bodies, which had been formed horizontal, to their present state, which is that of being extremely inclined. It is to this last, that I would now particularly call the attention of my readers.

It is rarely that such an observation as this is to be met with. Perhaps it is rarely that this great fact occurs in nature, that is, so as to be a thing perceptible; it is still more rare that a person capable of making the observation has had the opportunity of perceiving it; and it is fortunate for the present theory, that our author, without prejudice or the bias of system, had been led, in the accuracy of a general examination, to make an observation which, I believe, will hardly correspond with any other theory but the present.

If strata are to be erected from the horizontal towards the vertical position, a subterraneous power must be placed under those strata; and this operation must affect those consolidated bodies with a certain degree of regularity, which however, from many interfering circumstances, may be seldom the object of our observation. If indeed we are to confine this subterraneous operation to a little spot, the effect may be very distinctly perceived in one view; such are those strata elevated like the roof of a house, which M. de Saussure has also described. But when the operation of this cause is to be extended to a great country, as that of the Alps, it is not easy to comprehend, as it were, in one view, the various corresponding effects of the same cause, through a space of country so extensive, and where so many different and confounding observations must be made. In this case, we must generalize the particular observations, with regard to the inclinations of strata and their direction, in order to find a similar effect prevailing among bodies thus changed according to a certain rule; this rule then directs our understanding of the cause. The general direction of those alpine strata, in this place, is to run S.E. and N.W. that is to say, this is the horizontal line of those inclined beds. We also find that there is a middle line of inclination for those erected strata in this alpine region; as if this line had been the focus or centre of action and elevation, the strata on each side being elevated towards this lint, and declined from it by descending in the opposite direction.

The view which our author has now given us from this mountain is a most interesting object, and it is a beautiful illustration of this theory; for, the breaking of the tops of mountains, composed of erected strata, must be on that side to which their strata rise; and this rupture being here towards the central line of greatest elevation, the ridges must in their breaking generally respect the central ridge. But this is the very view which our enlightened observator has taken of the subject; and it is confirmed in still extending our observations westward through the kingdom of France, where we find the ridges of the Jura, and then those of Burgundy gradually diminishing in their height as they recede from the centre of elevation, but still preserving a certain degree of regularity in the course of their direction.

But our author has still further observed that this is a general rule with regard to mountains. I will give it in his own words, Tom. 2. (p. 338.)

"Sec. 918. Mais la chaine centrale n'est pas la seule primitive qu'il y ait de ce cote des Alpes. Du haut du Cramont en se tournant du cote de I'Italie, on voit un entassement de montagnes qui s'etendent aussi loin que peut aller la vue. Parmi ces montagnes on en distingue un au sud-ouest qui est extremement elevee: son nom est Ruitor: elle se presente au Cramont a-peu-pres pres sous le meme aspect que le Mont-Blanc a Geneve; sa cime est couverte de neiges, un grand glacier descend de sa moyenne region, et il en sort un torrent qui vient se jetter dans la riviere de la Tuile. Cette haut montagne, de nature primitive, est au centre d'une chaine de montagnes moins elevees, mais primitives comme elle, et qui passent au-dessus du val de Cogne. On voit de la cime du Cramont des montagnes secondaires situees entre le Cramont et cette chaine primitive, et on reconnoit que les couches de ces montagnes s'elevent contre cette chaine en tournant le dos a la chaine centrale.

"Sec. 939. L'inclinaison du Cramont et de la chaine contre le Mont-Blanc, n'est donc pas un phenomene qui n'appartienne qu'a cette seule montagne; il est commun a toutes les montagnes primitives, dont c'est une loi generale que les secondaires qui les bordent, ont de part et d'autre leurs couches ascendantes vers elles. C'est sur le Cramont, que je fis pour la premiere fois, cette observation alors nouvelle, que j'ai verifie ensuite sur un grand nombre d'autres montagnes, non pas seulement dans la chaine des Alpes, mais encore dans diverses autres chaines, comme je le ferai voir dans le IVe. volume. Les preuves multipliees que j'en avois sous les yeux au moment ou je l'eus faite, et d'autres analogues que ma memoire me rappela d'abord, me firent soupconner son universalite, et je la liai immediatement aux observations que je venois de faire sur la structure du Mont-Blanc et de la chaine primitive dont il fait partie. Je voyois cette chaine composee de feuillets que l'on pouvoit considerer comme des couches; je voyois ces couches verticales dans le centre de cette chaine et celles des secondaires presque verticales dans le point de leur contact avec elles, le devenir moins a de plus grandes distances, et s'approcher peu-a-peu de la situation horizontale a mesure qu'elles s'eloignoient de leur point d'appui. Je voyois ainsi les nuances entre les primitives et les secondaires, que j'avois deja observees dans la matiere dont elles sont composees, s'etendre aussi a la forme et a la situation de leurs couches; puisque les sommites secondaires que j'avois la sous les yeux se terminoient en lames piramidales aigues et tranchantes, tout comme le Mont-Blanc, et les montagnes primitives de la chaine. Je conclus de tout ces rapports, que, puisque les montagnes secondaires avoient ete formees dans le sein des eaux, il falloit que les primitives eussent aussi la meme origine. Retracant alors dans ma tete la suite des grandes revolutions qu'a subies notre globe, je vis la mer, couvrant jadis toute la surface du globe, former par des depots et des crystallisations successives, d'abord les montagnes primitives puis les secondaires; je vis ces matieres s'arranger horizontalement par couches concentriques; et ensuite le feu ou d'autres fluides elastiques renfermes dans l'interieur du globe, soulever et rompre cette ecorce, et faire sortir ainsi la partie interieure et primitive de cette meme ecorce, tandis que ses parties exterieures ou secondaires demeuroient appuyees contre les couches interieures. Je vis ensuite les eaux se precipiter dans les gouffres creves et vides par l'explosion des fluides elastiques; et ces eaux, en courant a ces gouffres, entrainer a de grandes distances ces blocs enormes que nous trouvons epars dans nos plaines. Je vis enfin apres la retraite des eaux les germes des plantes et des animaux, fecondes par l'air nouvellement produit, commencer a se developper, et sur la terre abandonnee par les eaux, et dans les eaux memes, qui s'arreterent dans les cavites de la surface.

"Telles font les pensees que ces observations nouvelles m'inspirerent en 1774. On verra dans le IVe. volume comment douze ou treize ans d'observations et de reflections continuelles sur ce meme sujet auront modifie ce premier germe de mes conjectures; je n'en parle ici qu'historiquement, et pour faire voir qu'elles sont les premieres idees que le grande spectacle du Cramont doit naturellement faire eclore dans une tete qui n'a encore epouse aucun systeme."

How far these appearances, which had suggested to this philosopher those ideas, agree with or confirm the present theory, which had been founded upon other observations, is here submitted to the learned.

We have now not only found a cause corresponding to that which can alone be conceived as producing this evident deplacement of bodies formed horizontally at the bottom of the sea, but we have also found that this same cause has operated every where upon those strata, in consolidating by means of fusion the porous texture of their masses. Now when the evidence of those two facts are united, we cannot refuse to admit, as a part of the general system of the earth, that which is every where to be observed, although not every where to such advantage as in those regular appearances, which our author has now described from those alpine regions.

I have only one more example to give concerning this great region of the Alps belonging to Savoy and Switzerland. It is from the author of Les Tableaux de la Suisse.

[3] "On s'embarque a Fluelen a une demi-lieue d'Altorf sur le lac des quatre Waldstoett ou cantons forestiers; les bords de ce lac sont des rochers souvent a pic et d'une tres grande elevation et la profondeur de ses eaux proportionnee. Ces roches sont toutes calcaires, et souvent remarquables par la position singuliere de leurs couches. A une demi-lieue environ de Fluelen, sur la droite, des couches de six pouces environ d'epaisseur sont deposees en zig-zags comme une tapisserie de point-d'hongrie; a une lieue et demie a cote de couches bien horizontales, de quatre a cinq pieds d'epaisseur il y en a de contournees de forme circulaire et d'elliptiques. Il seroit difficile de se faire une idee de la formation de pareilles couches, et d'expliquer comment les eaux ont pu les deposer ainsi."

[Footnote 3: Discours sur l'Hist. Nat. de la Suisse, page CLV.]

Having thus given a view of a large tract of country where the strata are indurated or consolidated and extremely elevated, without the least appearance of subterraneous fire or volcanic productions, it will now be proper to compare with this another tract of country, where the strata, though not erected to that extreme degree, have nevertheless been evidently elevated, and, which is principally to the present purpose, are superincumbent upon immense beds of basaltes or subterranean lava. This mineral view is now to be taken from M. de Luc, Lettres Phisiques et Morales, Tom. 4.

This naturalist had discovered along the side of the Rhine many ancient volcanos which have been long extinct; but that is no part of the subject which we now inquire after; we want to see the operations of subterraneous lava which this author has actually exposed to our view without having seen it in that light himself. He would persuade us, as he has done himself, that there had been in the ancient sea volcanic eruptions under water which formed basaltic rocks; and that those eruptions had been afterwards covered with strata formed by the deposits made in that sea; which strata are now found in the natural position in which they had been formed, the sea having retreated into the bowels of the earth, and left those calcareous and arenaceous strata, with the volcanic productions upon which they had been deposited, in the atmosphere.

It would be out of place here to examine the explanation which this author has given with regard to the consolidation of those deposited strata which is by means of the filtration of water, but as in this place there occurs some unusual or curious examples of a particular consolidation of limestone or calcareous deposits, as well as similar consolidations of the siliceous sort, it may be worth while to mention them in their place that so we may see the connection of those things, and give all the means of information which the extremely attentive observations of this naturalist has furnished to the world of letters.

At Oberwinter our author remarks a stratum of consolidated sand above volcanic matter, Tome 4, p. 162. "Tant que j'ai parcouru le pied du cone, je n'ai vu qu'un terrain compose de ces debris, et cultive en vignes. Mais apres l'avoir depasse, j'ai trouve la coupe verticale d'une colline a couches pierreuses, si reguliers, que je les ai prises au premier coup d'oeil pour de la pierre a chaux. L'esprit de nitre m'a detrompe: c'est une pierre sableuse tres compacte, dont les couches, qui n'ont souvent que quelques pouces d'epaisseur, s'elevent par une pente insensible vers le cone volcanique qu'elle recouvrent de ce cote la sans aucune apparence de desordre. Ces couches qui sont visiblement des depots de la mer, quoique je n'y ai pas trouve de corps marins, ont ete formees depuis que le cone s'etoit eleve."

This is a species of reasoning which this acute naturalist would surely not have let pass in any other cosmologist. But here the love of system, or a particular theory, seems to have warped his judgment. For, had our author been treating of beds or bodies deposited in water, and preserving the natural situation in which they had been formed, he would have had reason to conclude that the superior bed was of the latest formation; but here is no question of superincumbent strata; it is a stratum which is superincumbent on a lava; and it is equally natural to suppose the lava posterior to the stratum as the stratum posterior to the lava.

Our author meets with a limestone too much erected in its position to be supposed as in its natural place, and then he explains this phenomenon in the following manner, p. 333. "Les rochers d'Ehrentbreitstein et de Lahnstein sont donc des faits particuliers. Ces rochers la ont ete formes par des depots de la mer: Les corps marin qu'ils renferment en font foi. Des lors ils ont du avoir dans leur origine la seule position que la mer put leur donner; l'horizontale ou legerement inclinee. Leur couches sont aujourd'hui rompues, et leur inclination n'est plus celle de depots immediats de la mer. Les collines, auxquelles elle appartenoient, sont en meme tems entourees de volcans anciens; et il est naturel d'en conclure, que c'est a eux que ces grands rochers doivent leur position actuelle."

Here one would expect our author is to allow that volcanos may erect rocks in heightening them in their place; but this is not the light in which it has been seen by him, as will appear from what follows. "L'enfoncement d'une de leurs cotes n'est rien, quand on considere le prodigieuse excavation qui ont du se faire, pour porter au dehors toutes les montagnes, les collines, et les plaines volcaniques qui se trouvent dans ce vaste circuit."

When a small portion of a stratum is examined, such as the present case, it is impossible from inspection to determine, whether it owes its inclined position to the sinking or the raising of the ground; the stratum is changed from its original position, but whether this has been brought about by the raising of the one side, or the sinking of the other is not apparent from what then is seen. But unless we are to explain the appearance of strata above the level of the sea by a supposition which is that of the retreat of the ocean, a theory which this author has adopted, it is as impossible to explain the present appearance of horizontal strata as of those that are inclined. At the same time, if a power placed below the strata is to be employed for the purpose of raising them from the bottom of the sea, to the place in which we find them at present, it is impossible that this should be done without the fracture of those strata in certain places; and it is much more difficult to conceive this operation not to be attended with changing the natural horizontal position of strata, and thus leaving them in many places inclined, than otherwise by supposing that this internal power of the globe should elevate the strata without changing their original position.

With this description of strata on the Rhine, we may compare that of M. Monnet respecting those which he found upon the Meuse, (Nouveau Voyage Mineralogique, etc. Journal Physique, Aoust, 1784.)

Speaking of the schistus, or slate, he adds: "Mais ces petites veines nous donnent lieu de faire une observation importante; c'est qu'elles se presentent assez communement perpendiculaire, tandis que les grands bancs d'ardoises, ceux qu'on exploite, sont, comme nous l'avons dit, couches sur une ligne de 15 a 20 degres. J'ai parle des montagnes de marbre qui sont derriere Givet, et de celles sur la quelle est situe Charlemont. J'ai fait voir que bien loin que les bancs de marbre, qui forment la montagne du Givet, soient horizontaux comme on seroit tente de le croire, d'apres les principes de quelques naturalistes systematiques, qui pensent que tous les bancs de pierres calcaires ne sauroient etre autrement; j'ai fait voir, dis-je, que ces bancs sont presque perpendiculaire a l'horizon; et de plus, qu'ils sont tellement colles les uns contre les autres, qu'a peine on peut les distinguer."

The changed structure and position of the strata, now exemplified from the observations both of M. de Saussure and M. de Luc, observations made in a great extent from France to Germany, show the effects without the means by which those effects had been produced; and, in this case, it is by judging from certain principles of natural philosophy that the cause is discovered in the effect.

We are now to see the deplacement of at least a great body of earth in another light, by having at the same time in our view both the cause and the effect. Nothing can give a more proper example of this than the mine of Rammelsberg; and no description better adapted to give a clear idea than that of M. de Luc, which I shall now transcribe. Lettres Phisiques et Morales, Tome 3. p. 361 to 364.

"Deux filons principaux occupent les mineurs dans le Rammelsberg: filons immenses, car ils ont jusqu'a 18 ou 20 toises d'epaisseur dans une etendue dont on ne connoit pas encore les bornes. L'un de ces filons fait avec l'horizon un angle de 25 degres; c'est l'inferieur: l'autre s'eleve de 45 degres: et leur distance etant peu considerable, leurs plans doivent se rencontrer dans un point qui n'est pas fort eloigne des mines. Leurs directions sont aussi differentes: celle du filon de 35 degres est a 61/2 heures; et celle du filon de 45 degres est a 5h.-1/2: tellement qu'ils se croisent a l'endroit ou est perce le puits des pompes.

"On est embarrasse d'expliquer l'etat de cette montagne par des secousses. Il faut au moins supposer que la montagne entiere a ete culbutee, et encore reste-t-il a comprendre, comment s'est soutenue cette grande piece qui separe les filons, et qui, en supposant vuides les espaces de ceux-ci, se trouveroit absolument en l'air.

"Ce phenomene important a l'histoire des montagnes, je veux dire ces intersections des filons, est tres frequent dans les mines et tres remarque par les mineurs. Il arrive souvent que des filons, qui sont a la meme heure, c'est-a-dire, qui ont des directions semblables vers l'horizon, ont une chute ou inclinaison differente, et telle que leurs deux plans se coupent a une certaine profondeur. Si le mineur ne s'en appercoit pas assez tot, et que des le commencement de son exploitation, il n'etanconne pas fortement partout ou il enleve les filons, tout son ouvrage peut etre ecrase par l'enfoncement de la piece qui les separoit. Cette piece meme a un nom chez le mineurs; ils la nomment Bergkiel, c'est-a-dire coin de la matiere de la montagne: et quand deux filons sont voisins l'une de l'autre, le geometre souterrain en etudie l'inclinaison pour juger a l'avance s'il y aura un Bergkiel; et qu'en ce cas la mineur prenne ses precautions, en conservant des appuis naturels dans la gangue, ou s'en faisant d'artificiels, a mesure qu'il s'enfonce. Or si, en elevant les filons, ce coin se trouve sans appui; comment s'est-il soutenu avant que les filons fussent formes?

"Voila une question forte embarrassante. Mais peut-etre n'a-t-on pas fait assez d'attention jusqu'ici a la mauvaise gangue, qui se trouve etre de la meme nature que la montagne. Peut-etre trouveroit on par la, qu'en meme tems que les fentes se font faites, il y est tombe des pieces des cotes, qui ont empeche la reunion des parties de la montagne; fragmens qui, aujourd'hui, font partie des filons, et qu'on pourroit laisser encore pour appuis naturels, n'exploitant qu'autour d'eux lorsqu'on auroit appris a les connoitre.

"Ce peu d'inclinaison des filons du Rammelsberg rappelleroit l'idee des couches formees de depots successifs, s'ils etoient paralleles. Mais leur manque de parallelisme en tout sens exclut cette explication. Car dans toutes les montagnes qui doivent leur formation aux depots des eaux, les couches sont paralleles; et l'on sent bien qu'elles doivent l'etre.

"La nature des filons du Rammelsberg est aussi differente de celle de Claustbat que l'est leur situation. C'est un massif compacte, et presque partout le meme, de mineral de plomb et argent pauvre, penetre de pyrite sulphureuse. Ils sont traverses en plusieurs endroits par de Ruscheln, qui ont fait glisser le toit vers le mur; tellement que malgre l'epaisseur de ces filons, on crut une fois en avoir trouve la fin. Ils sont aussi coupes dans leur interieur, en sens differens, par d'autres plus petits filons, composes de matieres tres differentes; surtout d'une pyrite cuivreuse dure et pauvre, et que par cette raison on ne tente pas de separer.

"En mettant a part ces petits filons particuliers, ainsi que les Ruscheln, dus probablement les uns et les autres a des causes posterieures a celles qui ont produit les filons principaux, la masse compacte de ceux-ci reveille beaucoup l'idee d'une matiere fondue; en meme tems qu'on seroit fort embarrasse a concevoir, d'ou viendroit cette matiere, si distincte de toute autre, lorsqu'on voudroit l'attribuer a l'eau.

"Cette idee, que je dois a Mr. de Redden, perfectionnee par l'etude des phenomenes, donnera peut-etre un jour le mot de toutes ces enigmes."

Here is the clearest evidence that an enormous mass of mountain had been raised by a subterranean force; that this force had acted upon an enormous column of melted minerals, the specific gravity of which is great; and that this fluid mass had suspended a great wedge of this mountain, or raised it up. Now, if by means which are natural to the globe, means which are general to the earth, as appearing in every mineral vein, this mass of mountain had been raised up and suspended twenty fathoms, there is no reason why we should suppose nature limited, whether in raising a greater mass of earth, or of raising it a greater height. That the height to which the land of this globe shall be raised, is a thing limited in the system of this earth, in having a certain bounds which it shall not exceed, cannot be disputed, while wisdom in that system is acknowledged; but it is equally evident, that we cannot set any other bounds to the operation of this cause, than those which nature appears actually to have observed in elevating a continent of land above the level of the sea for the necessary purpose of this world, in which there is to be produced a variety of climates, as there is of plants, from the burning coast under the equator to the frozen mountains of the Andes.

Here therefore we have, although upon a smaller scale, the most perfect view of that cause which has every where been exerted in the greater operations of this earth, and has transformed the bottom of the sea to the summits of our mountains. Now, this moving power appears to have been the effect of an internal fire, a power which has been universally employed for the consolidation of strata, by introducing various degrees of fusion among the matter of those masses, and a power which is peculiarly adapted to that essential purpose in the system of this earth, when dry land is formed by the elevation of what before had existed as the bottom of the sea.

I hope it will not be thought that too much is here adduced in confirmation of this part of the theory. The elevation of strata from their original position, which was horizontal, is a material part; it is a fact which is to be verified, not by some few observations, or appearances here and there discovered in seeking what is singular or rare, but by a concurrence of many observations, by what is general upon the surface of the globe. It is therefore highly interesting not only to bring together that multitude of those proofs which are to be found in every country, but also to give examples of that variety of ways in which the fact is to be proved. Were it necessary, much more might be given, having many examples in this country of Scotland, in Derbyshire, and in Wales, from my proper observation; but, in giving examples for the confirmation of this theory, I thought it better to seek for such as could not be suspected of partiality in the observation.



CHAP. III.

Facts in confirmation of the Theory, respecting those Operations which re-dissolve the Surface of the Earth.

We have now discussed the proof of those mineral operations by which the horizontal strata, consolidated at the bottom of the sea, had been changed in their position, and raised into the place of land. The next object of our research is to see those operations, belonging to the surface of the earth, by which the consolidated and erected strata have been again dissolved, in order to serve the purpose of this world, and to descend again into the bottom of the sea from whence they came.

Of all the natural objects of this world, the surface of the earth is that with which we are best acquainted, and most interested. It is here that man has the disposal of nature so much at his will; but here, man, in disposing of things at the pleasure of his will, must learn, by studying nature, what will most conduce to the success of his design, or to the happy economy of his life. No part of this great object is indifferent to man; even on the summits of mountains, too high for the sustaining of vegetable life, he sees a purpose of nature in the accumulated snow and in majestic streams of the descending ice. On every other spot of the surface of this earth, the system of animal and vegetable life is served, in the continual productions of nature, and in the repeated multiplication of living beings which propagate their species.

1  2  3  4  5  6  7     Next Part
Home - Random Browse