HotFreeBooks.com
French Conversation and Composition
by Harry Vincent Wann
1  2  3  4  5     Next Part
Home - Random Browse

FRENCH CONVERSATION AND COMPOSITION

BY HARRY VINCENT WANN, M.A.

PROFESSOR OF ROMANCE LANGUAGES

INDIANA STATE NORMAL SCHOOL



PREFACE

This little volume has been prepared with a twofold purpose in mind: to provide material (1) for conversation and (2) for a review in the elementary principles of the grammar.

To attempt to stimulate spontaneous conversation, even on simple subjects, without the aid of a French model, not only is hazardous but often becomes aimless, and at best results in the acquisition of a limited vocabulary. Furthermore, it requires a skilful teacher to adapt to such purposes the substance of a text prepared with a totally different end in view.

The author, in the course of five years' experience with conversation classes in the University of Michigan, had difficulty in finding material for this work in a form that was adapted peculiarly to his needs. Plays and anecdotes were found to yield the best results.

Another need is that of books offering a systematic review of the first year's work. In every class will be found a certain per cent of students who translate readily but who have only a hazy notion as to the practical application of some of the most fundamental principles of the grammar.

It is hoped that this book will help to fill the two needs above referred to. The anecdotes have been selected from a large number used by the author in conversational classes and drawn from a great variety of sources, many of which will be readily recognized. He is in a number of cases indebted to Claude Auge's excellent grammar. Most of the anecdotes have been adapted to the author's purpose of illustrating grammatical principles. Questionnaires have been inserted.

In the preparation of the vocabulaire, the Petit Larousse and Hatzfeld-Darmesteter dictionaries have been freely consulted. Students will at first require some aid and encouragement from the teacher, in the use of the all-French vocabulary; but they can be made, in a surprisingly short time, to form the habit of using a French dictionary by preference, and of doing a large part of their thinking in French.

It is suggested that the book be used on certain days of the week only, to supplement the student's reading texts, and provide the sort of exercise indicated by its title. It is not intended as a reader.

The author's thanks are due to his former colleague, Professor Hugo P. Thieme, of the University of Michigan, for many helpful suggestions and criticisms, as well as to Professor Rene Talamon, of the same institution, who kindly assisted in reading the proof.



TABLE OF CONTENTS

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON I.

Use of definite and indefinite articles.—Simple interrogation.—Contraction of de and a with definite article.—Possessive case of nouns.—Chez.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON II.

Possessive adjectives.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON III.

Position of adjectives.—Irregular adjectives.—Compound subject, agreement.—Forms and use of lequel.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON IV.

Future and conditional tenses.—The demonstrative adjective.—Meanings of present tense.—Est-ce que.—Use of past tenses.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON V.

Voici.—Voila.—Il y a.—Expressions with Avoir.—Se trouver.—Aimer mieux.—Venir de.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON VI.

Comparison of adjectives and adverbs.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON VII.

Partitives and expressions of quantity.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON VIII.

Conjunctive pronouns.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON IX.

Compound tenses.—Avoir and Etre as auxiliaries.—Agreement of past participles: Avoir verbs.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON X.

Agreement of participles: Reflexive verbs.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XI.

Agreement of participles: Passive verbs.—Substitutes for the passive.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XII.

Agreement of participles: Intransitive verbs conjugated with Etre.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XIII.

Disjunctive pronouns.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XIV.

Possessive pronouns.—Word order in interrogative sentences.—Definite article used for possessive adjective.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XV.

Pronominal use of en and y.—Order in the sentence.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XVI.

Relative pronouns.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XVII.

Demonstrative pronouns.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XVIII.

Use of prepositions with infinitives.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XIX.

Interrogatives.—Relative que in emphatic inversions.—Idioms.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XX.

Negatives.—Order of negative particles with infinitive.—Omission of pas.—Que introducing oui, non, etc.—Idioms.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XXI.

Articles.—Omission of indefinite article.—Distributive use of indefinite article.—Numerals.—Age.—Dates.—Fractions.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XXII.

Impersonal verbs.—Use of falloir.—Present participles.—Relative clause used for active infinitive or present participle.—Weather and time.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XXIII.

The causative construction.—Active infinitive with faire, laisser, entendre, and voir.

ANECDOTES

GRAMMAR REVIEW.—LESSON XXIV.

Idiomatic use of tenses.—Inverted order.

ABREVIATIONS

VOCABULAIRE



1. L'HONNETETE RECOMPENSEE

Le grand Moliere donna une fois, par erreur, un louis d'or a un mendiant tout deguenille, qui lui avait demande l'aumone. Le pauvre homme, en s'eloignant, s'apercoit de l'erreur et court aussitot apres Moliere. "Vous vous etes trompe, lui dit-il: vous m'avez donne un louis d'or au lieu d'un sou." Moliere, etonne, lui dit de le garder, et lui en donna un autre pour le recompenser de sa probite, en s'ecriant: "Ou l'honnetete va-t-elle se nicher?"

Quelle erreur Moliere a-t-il faite un jour?—Le mendiant s'en est-il doute?—A-t-il agi selon les principes acceptes de la generalite des hommes?—Moliere a-t-il ete touche de ce trait de probite?—Quelle recompense a-t-il accordee a ce phenix des honnetes hommes?—Les hommes sont-ils d'ordinaire si honnetes?

Racontez cette anecdote en cent mots.

2. LA VISITE RENDUE

Le nom de Voltaire est universellement connu. Il n'en est pas tout a fait de meme de son ami Piron; toutefois suffira-t-il de dire qu'il a ete l'auteur d'un grand nombre de satires et de chansons spirituelles, quoique licencieuses.

Une fois Voltaire et Piron etaient alles passer quelque temps dans un chateau. Un jour Piron ecrivit sur la porte de Voltaire le mot Coquin. Sitot que Voltaire le vit, il se rendit chez Piron, qui lui dit: "Quel hasard me procure l'avantage de vous voir?—Monsieur, lui repondit Voltaire, j'ai vu votre nom sur ma porte, et je m'empresse de vous rendre ma visite."

A quel titre le nom de Voltaire est-it celebre?—Le nom de Piron est-il aussi connu que celui du philosophe?—Dans quel genre a-t-il montre du merite?—Ou sejournaient les deux auteurs?—Quel tour Piron a-t-il joue a Voltaire?—Qu'est-ce que celui-ci a fait sur-le-champ?

Faites ce recit de memoire.

3. LE DOMINO JAUNE

Sous Louis XVI, a l'occasion de la naissance du dauphin, une grande fete fut donnee a Versailles, et l'histoire anecdotique du regne a attache un plaisant souvenir au bal qui la termina. Un buffet, orne superbement, offrait aux danseurs une collation appretee avec une royale magnificence. Les regards des spectateurs furent bientot attires sur une personne de haute taille, couverte d'un domino jaune, que trois ou quatre fois deja on avait vue s'approcher du buffet. Douee d'un appetit de Gargantua, et brulee sans doute d'une soif inextinguible, elle mangeait et buvait d'une facon prodigieuse.

La surprise se trouva changee en stupefaction, lorsqu'on apercut le domino jaune attable pour la cinquieme fois, et que les mets eurent recommence a disparaitre dans son estomac insatiable. On se demandait: "Quel est donc ce masque a l'appetit si prodigieux?" Et les vieux courtisans se disaient entre eux: "Les plus grands mangeurs que nous ayons[1] entendu vanter n'approchaient pas de celui-ci." Informations prises, il se trouva que les gardes francaises preposees a la garde du chateau avaient imagine la plaisanterie suivante: le deguisement etait revetu a tour de role par chacun de ces espiegles soldats, et ils participaient ainsi aux joies de la fete. Instruite de cette mascarade amusante, la reine en rit beaucoup. Les officiers furent pries de fermer les yeux sur cette escapade, et les ordonnateurs du bal invites a veiller au renouvellement ininterrompu des provisions du buffet.

[Footnote 1: Why subjunctive?]

Sous quel regne a-t-on donne cette fete, et a quelle occasion?—Qu'est-ce que le buffet offrait aux danseurs?—Qui est-ce qui a attire les regards des spectateurs?—De quoi cette personne etait-elle couverte?—De quel meuble s'est-elle approchee?—Etait-elle douee d'un grand appetit?—Comment mangeait-elle?—Qu'est-ce que les spectateurs se demandaient enfin?—Gargantua aurait-il approche du gourmand du bal?—Qui avait ete prepose a la garde du chateau?—Quelle plaisanterie avait-on imaginee pour participer aux joies de la fete?—La reine a-t-elle ri de la mascarade?—A-t-on continue de veiller au renouvellement des provisions du buffet?

Cherchez des antonymes a dix mots de cette histoire.

GRAMMAR REVIEW.—LESSON I

Use of definite and indefinite articles.—Simple interrogation.—Contraction of de and a with definite article.—Possessive case of nouns.—Chez.

EXAMPLES

La France est un beau pays. France is a beautiful country. Les chevaux sont utiles. Horses are useful. Je donne ces fruits au professeur, I give this fruit to the a la femme, a l'homme, aux teacher, to the woman, to garcons, aux petites filles, etc. the man, etc. Les livres de la femme, du jeune The woman's books, the young homme, de l'eleve, des enfants, man's, the pupil's, etc. des petites filles. Ou est le pere de Jean? Est-il Where is John's father? Is he chez le professeur? at the teacher's? A-t-il un livre? Has he a book?

A. 1. Moliere is going to give a sou to the beggar. 2. Honesty is a good thing.[1] 3. He rewarded the beggar's honesty. 4. Voltaire's name is well known. 5. He was Piron's friend. 6. He spent some time at Piron's house.[2] 7. They[3] gave[4] a fete on the occasion of the dauphin's birth. 8. The soldier's appetite was prodigious. 9. The king's officers were at Moliere's house. 10. The man with the insatiable stomach approaches[5] the buffet. 11. The beggar notices[6] Moliere's mistake. 12. Will you be at the dauphin's castle? 13. I shall be at the queen's castle. 14. Does he give the beggar a sou?

[Footnotes: 1: chose (f.). 2: omit. 3: on. 4: past indefinite. 5: s'approcher de. 6: s'apercevoir de (become aware of).]

B. 1. The king's officers did not laugh at[1] the joke. 2. The surprise of the old courtiers was[2] great. 3. Voltaire was a famous author. 4. The servant's master will not be at the castle. 5. He wouldn't have[3] gone to[4] see the servant. 6. The man with[5] the yellow mask had gone to the chateau. 7. The beggar does not notice[6] the mistake at once. 8. I wondered[7] who was the man with[5] the insatiable stomach. 9. The king winked at[8] the prank. 10. They noticed[9] the soldier in the room for the fifth time. 11. When he had[10] eaten, he withdrew. 12. He is mistaken,[11] he did not see the king. 13. I have been to[4] see John. 14. The soldiers disappear in turns.[12] 15. The officer was put in charge of the chateau. 16. He will see to the replenishment of the provisions. 17. He is the biggest eater I have[13] ever seen.

[Footnotes 1: de. 2: past definite. 3: etre. 4: omit. 5: a. 6: s'apercevoir de. 7: se demander. 8: fermer les yeux sur. 9: apercevoir (perceive concretely). 10: eut. 11: se tromper. 12: a tour de role. 13: Why subjunctive?]

4. TROP DE ZELE

Un fabricant avait congedie son gerant. Un ami s'en etonnait. "Comment! vous etes brouille avec votre homme d'affaires? Je suis tres surpris que vous puissiez[1] vous passer de lui. Il prenait, disiez-vous, vos interets avec une ardeur!—Certainement, il a d'abord pris mes interets, mais il a fini par prendre aussi mon capital!"

[Footnote 1: Why subjunctive?]

Qui le fabricant s'etait-il vu force de renvoyer?—Son ami avait-il prevu une telle decision?—Sur quoi avait-il base son opinion de l'homme d'affaires?—Cette opinion s'est-elle trouvee etre bien fondee?

5. PITIE TOUCHANTE

C'etait pendant la guerre de Crimee. Un soir de combat, deux blesses gisaient cote a cote sur le champ de bataille. La nuit tomba, et le froid terrible qui sevissait augmenta encore leurs souffrances. Ils essayerent d'echanger quelques paroles, mais ils ne se comprirent pas, car l'un etait un Francais et l'autre etait un Russe. Le sommeil vint enfin clore leurs yeux. Helas! ceux du Francais ne devaient plus voir le jour.

Le matin, en s'eveillant, le Russe vit sur lui un manteau qui ne lui appartenait pas. Son voisin ne bougeait plus. Ce genereux adversaire, sentant approcher la mort, avait jete sur son compagnon d'infortune un vetement qui desormais lui etait inutile. Il avait ainsi mis en pratique cette maxime: Soyons bons, meme envers nos ennemis.—(D'apres BERSOT.)

Ou les deux blesses se trouvaient-ils?—Qu'est-ce qui augmentait leurs souffrances?—Ont-ils essaye de se parler?—Pourquoi ne pouvaient-ils se faire comprendre?—Qu'est-ce qui a ferme enfin leurs yeux?—Le lendemain matin, qu'est-ce que le Russe a vu?—Pourquoi le Francais avait-il jete son manteau sur le Russe?

Donnez votre idee de la morale de cette histoire.

6. LA MEFIANCE EST MERE DE LA SURETE

Un particulier avait la reputation de bien faire le cafe. C'est un talent et notre homme le savait bien. Un jour il recoit une lettre ou, avec les compliments les plus flatteurs sur son talent, on le priait d'envoyer sa recette.

Le grand homme se rend avec joie a cette demande, et remercie l'auteur de la lettre de la bonne opinion qu'il a de lui; puis, saisi tout a coup de mefiance, il ajoute: j'espere cependant que votre demande n'est pas une ruse pour vous procurer mon autographe.

Quel don notre homme avait-il?—S'en faisait-il fort?—Le bruit de son talent s'est-il repandu?—Quelle demande ce monsieur a-t-il recue un jour?—S'y est-it rendu?—De quelle arriere-pensee a-t-il ete tout a coup saisi?

7. AUGUSTE ET LE VETERAN

Le succes de nos affaires depend souvent de notre presence d'esprit.

Un vieux soldat d'Auguste, qui s'etait distingue par sa bravoure et ses actions d'eclat, fut cite en justice sur une fausse accusation. Il craignait d'etre condamne, car son adversaire etait un grand officier de la cour. En cette conjoncture difficile, il pria l'empereur lui-meme de prendre en main sa defense. Auguste appela un de ses courtisans et lui dit: "Je te recommande de faire ton possible pour faire acquitter ce brave homme. Et toi, continua-t-il en s'adressant au veteran, va en paix: tes affaires sont en bonnes mains, ta cause triomphera.—Mon puissant empereur, repliqua le soldat, quand votre pouvoir fut menace a la bataille d'Actium, je n'ai point charge un autre du soin de votre defense. J'ai combattu moi-meme, exposant ma vie pour sauver vos jours. Voyez ces cicatrices! Ces traces ineffacables prouvent avec quel devouement je vous ai servi!" En meme temps il decouvrit sa poitrine pour montrer les blessures qu'il avait recues. Cet appel hardi a de vieux souvenirs valut au veteran la protection efficace de l'empereur qui lui fit gagner sa cause.

De quoi depend quelquefois le succes de nos affaires?—Comment le vieux soldat s'etait-il distingue?—Qu'est-ce qui lui est arrive un jour?—Quel etait son adversaire?—Quelle priere a-t-il adressee a l'empereur?—Entre les mains de qui l'empereur voulait-il laisser l'affaire?—Comment a-t-il voulu rassurer le soldat?—Mais qu'est-ce que celui-ci a trouve a redire a cela?—Quelles preuves a-t-il montrees de son devouement?—Qu'est-ce que son appel lui a valu?

Donnez un synonyme a chacun des mots suivants: soldat, bravoure, adversaire, prier, brave, veteran.

8. LE MEDECIN ET SA MULE

Un Esculape, monte sur sa mule, allait voir un malade qui avait un aposteme dans le larynx. Notre docteur rencontre une connaissance a la porte meme de son client. Il quitte les etriers pour causer plus a son aise, et laisse sa monture qui, trouvant la porte ouverte, penetre toute seule dans la maison. La chambre du malade etait au niveau du sol. La mule, d'un pas delibere, et toute enharnachee, penetre dans l'appartement ou le pauvre diable etait couche. Celui-ci, qui entend du bruit, s'imagine que c'est le docteur, et avance son pouls sans se retourner. La mule, qui voit un bras tendu devant elle sans savoir pourquoi, saisit le poignet avec les dents. Le malade, epouvante, tourne la tete et saute au bas du lit pour chasser l'animal; puis il est pris d'un tel acces de rire, que l'aposteme en creve.

Le docteur, qui survient, veut flapper la mule a coups de cravache. Mais le malade s'ecrie: "Arretez, monsieur le docteur! il y a de quoi etre emerveille de l'aventure: votre mule a gueri le mal dont toute votre science ne pouvait venir a bout. Desormais, s'il m'arrivait de retomber dans ce piteux etat, envoyez-moi votre mule, et restez en paix chez vous."

Le medecin ou allait-il?—Allait-il a pied?—De quoi souffrait son client?—Ou le medecin s'est-il arrete en route?—Est-il descendu de sa mule?—Qu'a fait la bete ensuite?—L'entree de la maison etait-elle facile?—Le malade a-t-il entendu entrer quelqu'un?—Qu'a-t-il pense?—En quelle posture le malade se trouvait-il?—La mule a-t-elle voulu jouer le role de medecin?—A-t-elle tate le pouls du client?—Celui-ci a-t-il ete surpris de trouver la mule dans sa chambre?—Quel heureux effet la peur du malade a-t-elle eu?—Quel conseil cet homme a-t-il donne au medecin?

Ecrivez cette histoire en 200 mots.

Cherchez un verbe, s'il y en a, pour tous les substantifs dans cette histoire: e.g. connaissance: connaitre.

GRAMMAR REVIEW.—LESSON II

Review forms and use of possessive adjectives.

A. 1. His success will depend on his presence of mind. 2. Their adversary was a veteran, distinguished for his courage. 3. We begged the soldiers to take our defense in hand. 4. The terrible cold will increase our sufferings. 5. His eyes were to[1] see the light no more. 6. Our friends will do their utmost to win our case. 7. The memory of my wounds will win[2] me his protection. 8. I will take charge of your (familiar form) defense. 9. Your wounds are terrible but your cause will triumph. 10. When my power was menaced, you showed your bravery. 11. Your appeal has won you my protection. 12. I threw my cloak over my companion. 13. Our neighbors have yielded to our request. 14. Your enemy has exposed his life to save his emperor. 15. His accusation is false, and my cause is in good hands.

[Footnotes 1: Use devoir. 2: Use valoir.]

B. Word study, based on "Le medecin et sa mule." Use synonyms for words in italics.

1. The doctor is going to see his patients. 2. He meets some[1] friends. 3. They are mounted on their mules. 4. They dismount to talk more conveniently, and let go their mounts. 5. Our mules are going to get into the house, says the doctor. 6. My patient lives on the ground floor. 7. One of the mules enters with[2] a deliberate step. 8. The poor man thinks it is his doctor. 9. He holds out[3] his pulse, without turning.[4] 10. The doctor, frightened, comes in to chase out[3] his mule. 11. I don't know why you want to strike your mule, says the patient. 12. I am wonderstruck that your mule has[5] cured my illness. 13. Henceforth stay at home.

[Footnotes 1: des. 2: de. 3: omit. 4: infinitive. 5: Why subjunctive?]

C. Learn synonyms for larynx, connaissance, client, penetrer, bruit, animal, chasser, saisir, frapper, arreter, desormais, piteux.

9. L'ENTENTE CORDIALE

Une dame voulait faire entendre a sa nouvelle servante qu'elle devait menager ses paroles. "Je dois vous dire tout d'abord, lui dit-elle, que je puis tout supporter, excepte qu'on me replique[1]—Madame est exactement comme moi, repondit la domestique, nous nous entendrons tres bien."

[Footnote 1: Why subjunctive?]

Quel avertissement la dame a-t-elle donne a sa bonne?—Les domestiques se gardent-ils toujours de repliquer a leurs maitresses?—Comment cette bonne a-t-elle compris la chose?—Pourquoi comptait-elle sur un accord parfait avec Madame?

Trouver un nom pour tous les verbes: e.g. voulait, vouloir.

10. LA REINE BARBUE

Avant la restauration de Charles II, les femmes ne montaient pas sur la scene, et les roles des femmes, au theatre anglais, etaient remplis par des jeunes gens en habits de femme. Il resultait souvent de cette absence du beau sexe, le plus bel ornement du theatre, les scenes les plus ridicules. Un jour, le roi etant arrive au theatre un peu plus tot qu'a l'ordinaire, et s'impatientant de ce qu'on ne levait pas la toile, envoya un de ses officiers pour savoir quelle etait la cause de ce retard inaccoutume. Le directeur, sachant que la meilleure excuse qu'il put donner au grand monarque etait de lui dire la verite, alla a sa loge et lui dit; "Sire, la reine n'est pas encore rasee." Et, en effet, on etait en train de raser le jeune homme qui devait remplir ce role.

Qui faisait, autrefois, les roles des femmes au theatre anglais?—Qu'est-ce qui resultait souvent de ce fait?—Le roi arrivait-il toujours a la meme heure au theatre?—De quoi s'est-il impatiente un jour?—Quelle commission a-t-il donnee a l'un de ses officiers?—Quel parti le directeur a-t-il pris?—Comment a-t-il du s'excuser?—Qu'est-ce qu'on etait en train de faire?

Ecrivez ce recit en 150 mots.

Formez un adjectif de tous les noms et de tous les verbes: e.g. restauration: restaure.

11. L'AVOCAT ET LE CLIENT

Le locataire d'un appartement alla trouver un avocat et deposa dix francs sur son bureau en lui disant: "Le platre de mon appartement tombe de tous les cotes, et je crains que si je le remplace et en deduis le prix sur le montant du loyer, le proprietaire ne refuse[1] d'accepter la reduction. Quel est votre conseil? Qu'est-ce que je devrais faire?"

L'avocat, apres avoir empoche l'argent, repond, sans se retourner: "Demenagez. Bonjour."

[Footnote 1: Why subjunctive? Notice use of ne.]

Quel client s'est presente chez l'avocat?—Dans quel dilemme s'agitait-il?—Le conseil de l'avocat a-t-il ete pratique?—A-t-il du consoler le client?

12. L'INGRATITUDE

Un soir, le vieux Lucas, assis au coin du foyer en attendant le repas, disait a sa femme Fanchon, agee comme lui: "Oh! si notre fils Jean pouvait obtenir cette bonne place de garde-chasse qui est vacante au chateau!... Que je serais fier et content!... Ma femme, c'est le nouvel intendant qui doit donner l'emploi. Je crois que ces belles poires que nous avons la lui feraient plaisir. Demain, des ton reveil, arrange-les dans une jolie corbeille ronde, mets ton chapeau nef, et va les lui porter. C'est avec un petit cadeau a la main, vois-tu, qu'il sied de demander une grande faveur. Tu laisseras entendre que bientot nous aurons du chasselas exquis, et que si nos voeux pouvaient se realiser...—Je comprends," repartit la vieille Fanchon. Les ruses comperes en etaient la quand l'intendant arrive chez eux l'air joyeux et presse. "Vivat! s'ecrie-t-il des le seuil. J'ai si bien fait que Jean a la place. Jean est garde-chasse!" Voila le vieil homme qui se confond aussitot en remerciements. Fanchon, aussi, etait folle de joie. Enfin l'intendant part. "Quel brave homme! quel excellent homme!... fait le vieux Lucas... Femme, demain nous devrons vendre nos poires au marche."

Les mauvais hommes, quand ils desirent obtenir une faveur, promettent monts et merveilles a celui de qui depend leur sort. Ils sont remplis de bonnes intentions a son egard. Leur ambition satisfaite, its oublient leur bienfaiteur et temoignent envers lui de la noire ingratitude.—(D'apres CLAUDE AUGE.)

Ou le vieil homme etait-il assis?—Qu'attendait-il?—A qui parlait-il?—Quelle place son fils sollicitait-il?—Qui pouvait lui accorder la place?—Chez qui la vieille Fanchon devait-elle porter les belles poires?—Dans quel but?—Est-ce qu'elle a compris l'idee de Lucas?—Qui arrive en ce moment?—Quel air avait-il?—Quelle nouvelle apportait-il?—Les vieillards l'ont-ils remercie?—Ont-ils change de programme plus tard?—Que sont devenues les poires?—Dites la morale de cette anecdote.

Quels sont, dans cette histoire, les mots les plus usuels? Les plus difficiles?

GRAMMAR REVIEW.—LESSON III

Position of adjectives.—Irregular adjectives.—Compound subject, agreement.—Forms and use of quel.

EXAMPLES

Un bon garcon, Une petite femme, A good boy, a little woman, the le jeune homme, les chevaux young man, the black horses, noirs, l'ecole francaise, la the French school, the round table ronde, la porte ouverte, table, the open door, an un livre excellent. excellent book. Le pere et ses fils sont The father and his sons are grand. tall. Le pere et ses filles sont The father and his daughters grands. are tall. Les portes et les fenetres sont The doors and windows are open. ouvertes. Un homme brave, un brave homme. A brave man, a worthy man. Un beau garcon, un bel homme, A handsome boy, man, woman. une belle femme. Quel livre avez-vous? Quelle What book have you? What plume? Quels hommes? pen? What men? What Quelles femmes? Quel homme! women? What a man!

A. 1. The young women were not at the theater. 2. The king is a ridiculous man. 3. The officer's clothes were very fine. 4. I noticed the absence of the fair sex. 5. French gamekeepers are proud of their lot. 6. Lucas is a homely[1] man. 7. If she could[2] get the empty place, she would be happy. 8. Old women[3] do not go on the stage. 9. Poor Fanny[3] carries the pears to market. 10. The poor man asks for[4] a new place. 11. Bad men[3] are often full of good intentions. 12. Fanny is a pretty woman. 13. She fills a difficult[5] role. 14. Old Lucas wore[6] a black hat. 15. Lucas and his wife are very old. 16. What a[4] pleasure! Jean will be mad with joy. 17. I want them[7] to raise the curtain at once.[8]

[Footnotes 1: laid. 2: imperfect tense. 3: Use definite article. 4: omit. 5: difficile. 6: porter. 7: qu'on followed by subjunctive. 8: tout de suite.]

B. Notice various meanings of devoir.

Il doit etre ici. Must be, probably is. Je dois partir demain. I am to leave to-morrow. Je devais partir hier. I was to leave yesterday. Il devra revenir. Will have to... Ils ont du vendre leur maison. Have had to... Elle aurait du le faire. Ought to have done... Ils devraient etudier. Ought to study... Il aura du s'arreter. Must have had to... Etc.

1. The king must be a ridiculous man. 2. Lucas was a homely man but his little gift must have pleased[1] Fanny. 3. She looked[2] happy, seated by the fireside. 4. Poor Fanny was to carry the beautiful pears to market. 5. I had gotten that far[3] when John arrived. 6. They have let it[4] be understood[5] that they are going to move. 7. I was supposed to fill a hard role. 8. The old king must have gotten impatient.[6] 9. You ought to have told me in the first place what[7] was the cause of the delay. 10. They were in the act[8] of raising the curtain, when the king arrived. 11. You will have to hold your tongue, otherwise[9] we will not get along together very well. 12. One[10] ought not to forget one's[11] benefactors. 13. If Jean wanted to get the place, he ought not to have forgotten the pears. 14. Where is Jean? He must be at the steward's. 15. Where have we gotten to? [12] 16. The steward was a worthy[13] man. 17. The new servant must have forgotten her good intentions. 18. The king wanted them[14] to raise the curtain. 19. I am afraid he will leave.[15] 20. I am afraid he cannot[16] get the place.

[Footnotes 1: faire plaisir a 2: avoir l'air. 3: en etre (la). 4: omit. 5: active infinitive. 6: s'impatienter. 7: quelle. 8: en train de. 9: autrement. 10: on. 11: ses. 12: cf. note. 13: brave. 14: qu'on with imperfect subjunctive. 15: subjunctive with ne. 16: subjunctive with ne... pas.]

13. IMPUISSANCE DU PAPE

Leon X recevait un jour la visite d'un cardinal qui se plaignait de ce que Michel-Ange l'avait represente en enfer dans son tableau du jugement dernier. "Si Michel-Ange, lui dit le pape, vous avait mis en purgatoire, je pourrais vous en tirer; mais il vous a mis en enter: mon pouvoir ne s'etend pas la." Il faut prendre garde de s'attirer la rancune des artistes!

Quelle visite le pape recevait-il?—Contre qui le cardinal voulait-il porter plainte?—Comment son ennemi l'avait-il represente?—Pourquoi le pape etait-il sans puissance contre Michel-Ange?

Faites ce recit de memoire.

Formez touts les mots possibles des mots dans cette histoire; e.g. impuissance: impuissant; Leon: Leonie.

14. L'IRLANDAIS ET LE CABLE

Au moment ou un vapeur allait partir, un Irlandais de l'equipage recut l'ordre de haler un long cable qui trainait a l'arriere. Il se mit gaiment a l'oeuvre, mais l'excessive longueur du cable epuisa bientot sa patience. "Je voudrais savoir, dit-il, qu'est devenu l'autre bout de ce cable: quelque requin l'aura sans doute mange."

Quel ordre l'Irlandais a-t-il recu?—S'est-il mis a l'oeuvre?—Le cable etait-il long ou non?—Qu'est-ce que le marin s'est demande?

15. LA VENGEANCE

Un favori du sultan jeta une pierre a un pauvre derviche qui lui avait demande l'aumone. Le derviche n'osa rien dire; mais il ramassa la pierre et la mit dans sa poche, esperant que cette pierre lui servirait a se venger, si l'occasion se presentait. Quelques jours apres il entendit un grand tumulte dans la rue, et il s'informa de ce qui le causait. Il apprit que le favori etait tombe en disgrace, et que le sultan le faisait conduire dans les rues de la ville attache sur un chameau et livre aux insultes du peuple. A l'instant le derviche tira sa pierre de sa poche, mais ce fut pour la lancer loin de lui. "Je sens, s'ecria-t-il, que la vengeance n'est jamais permise; car si notre ennemi est puissant, elle est imprudente et insensee; si au contraire il est malheureux, elle est lache et cruelle."

Pourquoi le favori a-t-il jete la pierre?—Est-ce que le derviche l'a ramassee?—Ou est-ce qu'il l'a mise?—Dans quel but?—Qu'est-ce qu'il a entendu un peu plus tard?—Qu'a-t-il appris?—Est-ce qu'il s'est souvenu de la pierre?—Pourquoi ne voulait-il pas s'en servir?

Cherchez les mots qui ressemblent le plus a des mots anglais.

16. UN DUPEUR DUPE

On conte que le celebre general romain Marc-Antoine se livrait quelquefois au divertissement de la peche a la ligne avec la reine d'Egypte, Cleopatre. La reine etait fort adroite; le general avait la main lourde: il n'attrappait jamais le plus petit poisson, et Cleopatre se moquait de lui. Voici, pour suppleer a sa maladresse, le stratageme qu'il s'imagina. Il connaissait un excellent plongeur. Il indiqua une peche pour un certain jour, remit a ce plongeur un lot de poissons magnifiques, qu'il avait fait d'avance mettre en reserve, et lui commanda de venir sous l'eau attacher successivement chaque poisson au bout de sa ligne. Le plongeur reussit, et Antoine eut ainsi, sans aucune peine, les honneurs de la journee. Mais Cleopatre etait fine: elle devina la ruse et s'en vengea bientot.

Le jour de la peche revint; Antoine jeta sa ligne. Il l'avait a peine lancee dans l'eau qu'il sentit une violente secousse. Le fidele plongeur se trouve a son poste; Antoine le sait: le succes est done sur. Il tire. Et que trouve-t-il a son hamecon? Un poisson qui sort de la poele, tout pret a etre mange! La reine l'avait fait attacher a la ligne d'Antoine par un autre plongeur encore plus diligent que celui du general.

On se represente aisement la triste mine du pecheur dupe et les moqueries impitoyables qui accueillirent son etrange capture. Notre La Fontaine a dit longtemps apres: "C'est un double plaisir de tromper un trompeur."

A quel divertissement Marc-Antoine se livrait-il souvent?—La reine d'Egypte avait-elle la main lourde?—Pourquoi se moquait-elle du general romain?—Qu'est-ce qu'il s'est imagine de faire?—Qui l'a aide dans son projet?—Qu'a-t-il donne a ce plongeur?—Ce dernier que devait-il faire?—Y a-t-il reussi d'abord?—Marc-Antoine a-t-il attrape beaucoup de poissons?—Cleopatre s'est-elle doutee de quelque chose?—Comment s'est-elle vengee?—Qu'est-ce que le general a trouve a son hamecon?—Le plongeur de la reine etait-il habile?—Quelle mine Marc-Antoine a-t-il faite?

Ecrivez cette histoire en 250 mots.

Quels mots y a-t-il dans cette histoire que vous n'aviez pas encore etudies?

GRAMMAR REVIEW.—LESSON IV

Future and conditional tenses.—The demonstrative adjective.—Meanings of present tense.—Est-ce que.—Use of past tenses.

EXAMPLES

Il sera deja parti. He must have (probably has) left. Le ferez-vous? Will you (are you going to) do it? But: Voulez-vous le faire? Will you (are you willing to, do you want to) do it? Etudiez-vous? Do you study; are you studying? J'etudie. I study; I am studying. Je voudrais partir. I would like to go. Ils ne sauraient trouver le chemin. They couldn't possibly (wouldn't know how to) find the way. Il chanta la Marseillaise (literary). He sang the Marseillaise. Il a chante la Marseillaise (coloquial) / Il chantait. He was singing, used to sing, etc. Votre pere est-il arrive? Has your father arrived? Est-ce que votre pere est arrive? / Ce garcon, cet homme, cette This (or that) boy, man, woman, femme, ces livres-ci, ces these books, those pens. plumes-la.

A. 1. That boat yonder is going to depart. 2. This Irishman is pulling a cable. 3. The length of this cable doubtless must[1] have[1] exhausted his patience. 4. I'd like to leave this evening.[2] 5. The sultan's favorite threw this stone. 6. Is revenge permitted[3] men? 7. If my enemy were[4] powerful, revenge would be imprudent. 8. If I were[4] cowardly, I would throw a stone at that camel. 9. The Irishman was hauling a cable, when he received[5] the order to[6] start. 10. She used to know the queen formerly.[7] 11. If I succeed, I will have the honors of the day. 12. If a man is clever, does he always succeed? 13. If you are happy, your enemy is unhappy. 14. Did[8] he find[9] these stones in his pocket? 15. Are they picking up those stones? 16. If I should succeed,[4] I would be happy. 17. If you are in Hades, I won't be able to get you out.[10] 18. I couldn't[11] possibly[8] tell you (it).

[Footnotes 1: future of avoir. 2: soir (m.). 3: permise aux. 4: imperfect indicative. 5: past indefinite. 6: de. 7: autrefois. 8: omit. 9: What tense? 10: vous en tiler. 11: conditional of savoir.]

B. 1. People[1] made fun of the cardinal. 2. Did he learn that the cardinal had fallen into disgrace? 3. He was very shrewd but clumsy.[2] 4. I shall take-care[3] not[4] to fall. 5. If I were[4] to[4] go to work,[5] I should succeed. 6. What has become of[6] the queen? 7. I'd like to[4] know what[7] has become of her.[8] 8. The boat has[9] probably[4] left already.[10] 9. He did not receive the order to depart. 10. This man was a good diver formerly.[11] 11. If she guessed the trick, she would get even. 12. The queen was eating, when she heard a great noise. 13. If this man were clever, he would know how[4] to[4] avenge himself. 14. Marc Antony was[12] a great general. 15. She did not know that he had caught a fish.

[Footnotes 1: on. 2: idiom: avoir la main lourde. 3: prendre garde. 4: omit. 5: se mettre a l'oeuvre. 6: est devenue. 7: ce que. 8: elle est devenue. 9: future of etre. 10: deja. 11: autrefois. 12: past definite.]

17. L'HOMME ET LA MARMOTTE

La marmotte venait de finir son long somme; sommeil de six mois seulement. "N'as-tu pas honte, lui dit l'homme, de dormir si profondement?—Tu n'en parles que par envie, repondit la marmotte, et tu me fais pitie. J'aime encore mieux dormir la moitie de ma vie, que d'en perdre en plaisirs comme toi la moitie."

Comment la marmotte passe-t-elle l'hiver?—Quel reproche l'homme lui a-t-il fait?—A-t-il trouve a qui parler?—Lequel des deux etait le plus a plaindre?—A quai l'homme consacre-t-il une grande partie de sa vie?

Faites ce recit en tachant de le redire en d'autres termes.

Pouvez-vous raconter une histoire en remplacant la marmotte par un autre animal?

18. MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS

La scene se passe chez un dentiste. La victime lache un juron. "Qu'y a-t-il, monsieur, demande le dentiste, qu'avez-vous?—Maladroit, repond le client, voila la seconde bonne dent que vous m'arrachez.—Je suis desole, monsieur, pardonnez-moi; mais comme vous n'en aviez que trois quand j'ai commence, j'espere qu'il n'y aura pas d'erreur cette fois."

La victime etait-elle contente du dentiste?—Quelle bevue le dentiste avait-il faite?—Pourquoi n'avait-il pas peur d'en faire une autre?

Faites ce recit de memoire.

19. DONNER UN OEUF POUR AVOIR UN BOEUF

Un monsieur etait entre dans une petite horlogerie. Il avait besoin d'une montre, et l'horloger lui en faisait voir une tres belle. "En voici une, dit-il, que je vous vendrai douze francs cinquante.—Douze francs cinquante! mais c'est a peine le prix coutant.—C'est parfaitement vrai.—Mais, alors, ou est votre profit?—Dame! il y a les reparations!"

Quelle est la scene de cet incident?—Qu'est-ce que le monsieur desirait?—Les prix des montres etaient-ils eleves?—Le monsieur s'en est-il etonne?—Comment le proprietaire pouvait-il vendre si bon marche?—L'explication a-t-elle du rassurer la pratique?

Donnez un resume de cette anecdote.

20. CHACUN SE BAT POUR CE QU'IL N'A PAS

Napoleon n'avait encore que vingt ans, lorsqu'un officier russe lui dit avec beaucoup de suffisance, que les Russes se battaient pour la gloire, et que les Francais ne se battaient que pour l'argent. "Vous avez parfaitement raison, repliqua Napoleon, car chacun se bat pour ce qu'il n'a pas."

Quel age Napoleon avait-il lorsqu'il a eu cet entretien avec l'officier russe?—Quelle difference le Russe voyait-il entre ses compatriotes et les Francais?—Bonaparte etait-il du meme avis que le Russe?—Quelle reponse spirituelle lui a-t-il faite?

21. LES EXCUSES

L'un des plus grands acteurs francais de noire temps jouait, un soir, dans une ville du Midi, Don Cesar de Bazan, son triomphe. Mais voila que la memoire lui manque, et malgre les efforts desesperes du souffleur, il s'arrete. Des murmures et des coups de sifflet s'elevent, et l'acteur, peu habitue a ce genre de traitement, se fache et lache tout haut le mot: Imbeciles!

La salle bondit sous l'insulte: "Des excuses, des excuses!" crie-t-on de tous les cotes. L'acteur refuse d'abord, puis, souriant, il s'avance au bord de la rampe: "Messieurs, dit-il, je vous ai appeles imbeciles—c'est vrai: je vous fais mes excuses—j'ai tort." Il n'en fallait pas plus pour faire oublier l'insulte, et la salle applaudit.

Ou l'acteur jouait-il?—Pourquoi s'est-il arrete?—Comment a-t-il subi les sifflets du public?—Quel mot a-t-il lance a la tete des auditeurs? A-t-il continue a jouer ensuite?—Le public s'est-il laisse faire?—Comment l'acteur s'est-il excuse enfin?—Les excuses ont-elles ete agreees?

Ecrivez cette histoire en 150 mots.

Quels incidents de theatre pouvez-vous raconter?

22. LES RUGISSEMENTS DU LION ANGLAIS

Au commencement de la Revolution d'Amerique, une des foudroyantes proclamations du roi d'Angleterre excita de vives discussions dans une societe a Philadelphie. II y avait un membre du congres qui ecoutait les debats sans y prendre part. Il se tourne vers une jeune personne qui paraissait y prendre beaucoup d'interet, et lui dit: "Eh bien! mademoiselle, les rugissements du lion anglais, ont-ils porte la terreur dans votre ame?—Point du tout, monsieur, car j'ai appris dans l'histoire naturelle que c'est quand cet animal a le plus peur qu'il rugit le plus fort."

A quelle epoque cette proclamation fut-elle faite?—Qu'est-ce qu'elle excita?—Que faisait un membre du congres?—Que dit-il a une jeune personne?—Que repondit-elle?

Cherchez des adjectifs, des noms, ou des verbes des mots dans cette histoire; e.g. rugissement: rugir, rugissant; lion: lionne.

23. LA MANIERE DE DONNER OTE OU AJOUTE DU PRIX A L'AUMONE

Un jour, il y a quelques ans, je me trouvais a une fete de village dans un chateau aux environs de Paris. Apres diner, la compagnie alla se promener a la foire et s'amusa a jeter aux paysans des pieces de monnaie, pour le plaisir de les voir se battre en les ramassant. Pour moi, suivant mon humeur solitaire, j'allai me promener tout seul de mon cote.

J'apercus une petite fille qui vendait des pommes sur un eventaire qu'elle portait devant elle. Elle avait beau vanter sa marchandise, elle ne trouvait plus de chalands. "Combien toutes vos pommes? lui dis-je.—Toutes mes pommes?" reprit-elle. Et la voila occupee a compter en elle-meme. "Six sous, monsieur, me dit-elle.—Je les prends pour ce prix, a condition que vous irez les distribuer a ces petits savoyards que vous voyez la-bas." Ce qu'elle fit aussitot. Ces enfants, qui avaient faim, furent au comble de la joie de se voir regales ainsi que la petite fille d'avoir vendu sa marchandise. Tout le monde fut content et personne ne fut humilie.

Racontez cet incident a la troisieme personne.

24. RECETTE CONTRE LE FROID

Dans l'annee du grand hiver qu'il gelait a pierre fendre, le roi Henri IV, passant en carrosse sur le Pont-Neuf a Paris, le nez dans son manteau de fourrure, vit un jeune Gascon se promenant gaiement avec un pourpoint de toile decoupe au cou, et un petit manteau ouvert, comme si l'on eut ete au coeur de l'ete. Le roi lui dit: "N'as-tu point froid?—Non, Sire, repondit-il.—Quoi! dit le roi, je m'etonne que tu ne geles[1] pas habille comme tu l'es, et moi, qui suis extremement bien vetu, je puis a peine souffrir le froid.—Ah! Sire, dit le Gascon, si votre Majeste faisait comme moi elle n'aurait jamais froid.—Comment cela? dit le roi.—Si vous portiez, dit le Gascon, tous vos habits sur vous, comme je porte tolls les miens, je vous assure que vous auriez toujours chaud." Le roi trouva cette reponse si bonne qu'il lui fit faire un habit neuf.

[Footnote 1: Why subjunctive?]

Par ou le roi passait-il?—Quel temps faisait-il?—Qui le roi a-t-il apercu?—Comment cet individu etait-il vetu?—Quelle question le roi lui a-t-il posee?—Quel moyen avait-il trouve de ne jamais avoir froid?—Le roi a-t-il ete emu de cette reponse du Gascon?

Quelle moralite peut-on tirer de cette anecdote?

25. LE LOUP ET LE CHIEN

Un loup, qui cherchait aventure, rencontra une fois, hors du village, un chien dont il se disposait a faire immediatement son dejeuner. Mais le chien lui representa sa maigreur, et le pria d'attendre un pen. "Mon maitre, lui dit-il, vient de faire un heritage et va donner force festins aux parents et aux amis; je ne saurais manquer d'engraisser pendant cette periode, et vous aurez alors plus de plaisir a me manger." Le loup eut la naivete de croire ce maitre hableur et le laissa partir. Quand il revint le chercher au jour convenu, il ne le trouva pas seul. Le ruse compere avait fait signe aux camarades des alentours: une meute entiere tomba sur la bete fauve et la mit en pieces.

Ce loop ne connaissait pas la maxime popularisee par La Fontaine: Un bon "tiens" vaut mieux que deux "tu l'auras."

Savez-vous une autre expression pour: se disposer, force festins, faire un heritage, je ne saurais, faire signe, mettre en pieces?

GRAMMAR REVIEW.—LESSON V

Voici.Voila.Il y a.—Expressions with avoir.—Se trouver.Aimer mieux.Venir de.

EXAMPLES

Ou se trouve votre pere? Le Where is your father? There he voila. is. Il y a beaucoup de monde ici. There are many people here. J'aime mieux les pommes que les I like apples better than pears. poires. Voici mon fils. Il vient d'arriver. Here is my son. He has just arrived. J'ai faim. Elle a soif. I am hungry. She is thirsty. Elles ont peur. They are afraid. Nous avons besoin de souliers. We need shoes. Etc. Etc.

A. 1. There is a member of Congress. 2. When the lion is hungry, he roars loudly.[1] 3. I was sleepy, that is[2] why I slept so soundly. 4. There was a revolution in[3] France. 5. You don't need this money. 6. This little girl is six years old.[4] 7. This is the second watch[5] I have bought[6] this year. 8. What-is-the-matter-with-you,[7] young man? 9. Were they not ashamed to fight for money? 10. Pardon me, you are wrong. 11. It will be useless for you[8] to[4] talk. 12. Here are your apples, sir. 13. What's the matter?[9] Are you afraid of the lion? 14. He was very[103] thirsty,[10] and there was no[12] water[13] in the village. 15. There was[14] a lively discussion. 16. One evening, some years ago, he was[15] in a Southern[16] village. 17. Napoleon would rather[17] fight for glory than for money. 18. He has just been listening to[4] the debates. 19. The king wasn't cold because[18] he had on[19] all his clothes. 20. I am always warm when I wear my cloak. 21. I am afraid my watch will stop.[20] 22. I would be afraid if he were[21] not here. 23. I am ashamed that he is[22] not here.

[Footnotes 1: tres fort. 2: voila. 3: en. 4: omit. 5: supply que. 6: achetee. 7: qu'avez-vous? 8: vous aurez beau. 9: qu'y a-t-il? 10: bien. 11: soif. 12: pas de. 13: eau. (f.). 14: past definite. 15: se trouver. 16: du Midi. 17: aimer mieux. 18: parce que. 19: porter. 20: subjunctive with ne. 21: imperfect indicative. 22: subjunctive.]

B. Word Study.—Based on "Le Loup et le Chien." Suggest at least two expressions for words in italics.

1. There was once a wolf who was looking for adventure. 2. Once he was very[1] hungry. 3. He met a dog; "there's my meal," says he. 4. He gets ready to eat this dog immediately. 5. But the dog calls his attention to his leanness, and begs him to wait a while. 6. His master had just inherited property.[2] 7. He was going to give a lot of dinners. 8. The dog couldn't[3] fail to fatten during this time. 9. Then the wolf could eat the dog. 10. "I would rather[4] eat you now," says he. 11. But the wolf had the simplicity to let the dog get away. 12. He came back to get the dog on[2] the appointed day, but the sly fellow had informed his comrades of the neighborhood. 13. They fell upon the wolf at once.

[Footnotes 1: tres. 2: omit. 3: use savoir. 4: aimer mieux.]

26. LE POULET DU CARDINAL DUBOIS

Le Cardinal Dubois, ministre sous la regence du duc d'Orleans, soupait habituellement d'un poulet roti. Un soir, au moment ou l'on allait le servir, un chien emporta tout a coup le poulet. Quand ses gens s'en apercurent, ils en furent tout desoles, et pour tacher de reparer le malheur ils se haterent d'en remettre au plus tot un autre a la broche. Le cardinal demanda qu'on lui servit[1] tout de suite son poulet. Le maitre d'hotel, prevoyant la terrible fureur du ministre si on lui disait le fait, ou si on lui proposait d'attendre plus tard qu'a l'heure ordinaire, prend immediatement son parti, et lui dit avec sang-froid: "Monseigneur, vous avez soupe.—J'ai soupe?—Sans doute, Monseigneur; il est vrai que j'ai ete surpris du peu de nourriture que vous avez pris; vous paraissiez fort occupe d'affaires; quoi qu'il en soit,[1] si cela vous plait, on vous servira un second poulet; cela d'ailleurs ne tardera pas." Le medecin Chirac, qui le voyait tous les soirs, arrive dans ce moment. Les domestiques le previennent et le prient de les seconder. "Parbleu! dit le cardinal, voici quelque chose d'etrange: mes gens veulent me faire croire bon gre mal gre que j'ai soupe, et meme que j'ai bu deux ou trois verres de vin; je n'en ai pas le moindre souvenir, et qui plus est, j'ai bien faim et bien soif.—Tant mieux! s'ecrie Chirac, les occupations politiques vous ont epuise, et il importe que vous retablissiez[1] au plus tot vos forces. Faites tout de suite servir monseigneur, dit-il ensuite aux gens, je le verrai achever son souper." Le poulet fut apporte; non seulement le cardinal regarda comme une marque evidente de sante de souper deux fois, sur l'ordonnance de Chirac, l'apotre de l'abstinence, mais encore il fut en mangeant de la meilleure humeur du monde.

(D'apres, SAINT-SIMON.)

[Footnote 1: Why subjunctive?]

Qu'est-ce que le cardinal mangeait tous les soirs?—Qu'est-il arrive une fois?—Que pensaient les domestiques?—Qu'est-ce qu'ils ont fait tout de suite?—Le cardinal avait-il hate de manger?—Comment le maitre d'hotel a-t-il tache de reparer le malheur?—Qui est arrive en ce moment?—Comment a-t-il aide les domestiques?—Le cardinal a-t-il ete trompe?—A-t-on apporte enfin le poulet?—Le cardinal l'a-t-il mange?—A-t-il ete content de souper deux fois?

Quels sont dans cette histoire les mots qui ressemblent le plus a des mots anglais?

Etudiez les verbes irreguliers dans cette histoire.

27. LE LIEVRE DU GASCON

Un Marseillais se promenait un jour avec un Gascon a quelque distance d'Amiens. Tout a coup un gros lievre sauta presque dans les jambes du Marseillais.

"Ah, le gros lievre, s'ecria celui-ci.—Gros lievre, c'est vrai, dit le Gascon, mais pas si gros qu'un certain lievre que j'ai tue l'annee derniere.—Ah! de quelle grandeur etait-il?—Aussi gros qu'un cheval, au moins."

Le Marseillais sourit et ne dit rien. Mais apres quelque temps:

"A propos, mon ami, dit-il, nous allons passer le pont de la Somme, et l'on dit que cette riviere noie infailliblement les menteurs."

Le Gascon se gratta la tete, et peu apres il dit:

"J'y ai bien reflechi et je crois qu'il etait comme un veau, mon lievre." Le Marseillais se tut encore, mais comme on arrivait a une riviere, le Gascon crut que c'etait la Somme et dit:

"Peut-etre qu'il n'etait pas plus gros qu'un mouton."

La riviere passee et apres avoir marche quelque temps, l'habitant de Marseille dit:

"Cette fois, voila vraiment la Somme.—Apres tout, dit le Gascon, j'ai bien reflechi et je crois que mon lievre etait a peu pres comme celui que nous avons vu tout a l'heure.—Et moi, je te dis, mon ami, que cette riviere n'est pas plus terrible que la Garonne."

Ou se promenait-on?—Quel incident s'est produit?—Quelle reputation les Gascons ont-ils?—Celui-ci etait-il comme tous les autres de son pays?—Quel moyen le Marseillais a-t-il trouve de lui faire dire la verite?

Soyez pret a donner une definition des mots les plus difficiles.

28. CHARITE BIEN ORDONNEE COMMENCE PAR SOI-MEME

Un celebre prestidigitateur et sa troupe donnant des seances dans une petite ville se trouvaient par suite de mauvaises recettes reduits a la pile necessite. Le prestidigitateur alla trouver les autorites et proposa de donner une seance au benefice des pauvres, si la ville voulait consentir a payer la location de la salle, etc. L'amorce philanthropique fit son effet, la recette remplit la caisse et l'envoye de la Municipalite se presenta le lendemain matin pour toucher. "J'ai deja dispose de l'argent, dit le prestidigitateur; la recette etant destinee aux pauvres, je l'ai distribuee a mes gens, qui sont les plus pauvres de la ville; j'ai tenu mon engagement.—Mais c'est un vilain tour, cela, dit l'envoye.—Que voulez-vous? repliqua l'autre, je vis de mes tours."

Ou la troupe donnait-elle des seances?—Les recettes etaient-elles moins abondantes que d'ordinaire?—A qui le directeur s'est-il presente?—Qu'est-ce qu'il proposa de faire?—A quelles conditions voulait-il donner une seance?—A-t-on accepte la proposition?—La recette a-t-elle ete bonne?—Qui est venu trouver le prestidigitateur le lendemain?—Quelle conversation a eu lieu?

Quel est le sens des mots suivants dans cette histoire: seance, suite, recettes, location, toucher, engagement, tour?

GRAMMAR REVIEW.—LESSON VI

Comparison of adjectives and adverbs.—Than in comparison.

EXAMPLES

Jean est aussi grand que moi. John is as tall as I. Jean est plus grand que moi. John is taller than I. Jean est moins grand que moi. John is less tall than I. Jean n'est pas si (aussi) grand que John is not so (as) tall as I. moi. Il est le plus grand de tous mes He is the tallest of all my freres. brothers. Il est l'eleve le plus diligent He is the most diligent pupil de la classe. in the class. J'ai plus (moins) de crayons I have more (fewer) pencils que vous. than you. Il y a plus (moins) de dix There are more (less) than personnes ici. ten people here. Jean parle bien, Edmond parle John talks well, Edmund talks mieux, mais Marie parle le better, but Mary talks the mieux de tous. best of all.

A. 1. The hare was bigger than a horse. 2. The Garonne is less terrible than the Somme. 3. I have more than 300 sheep. 4. This bridge is not as long as the other. 5. He is[1] the most famous man in the city. 6. Paris is the largest city in[2] France. 7. There is the best servant[3] I have.[4] 8. I shall see the doctor later. 9. This chicken is not so big as the one that[5] we had yesterday.[6] 10. I want the bigger of the two. 11. Jean has the biggest dog of all. 12. He drank more than three glasses of wine. 13. He hasn't more than two dogs. 14. The hare is as big as the one that I killed yesterday. 15. The Garonne is broader than the Somme. 16. Gascons are the biggest liars in the world, they-say.[7] 17. He is the best pupil in the class. 18. The Gascon hadn't the least fear.

[Footnotes 1: c'est. 2: what preposition. 3: supply que. 4: subjunctive. Why?. 5: celui que. 5: hier. 6: dit-on.]

B. 1. He hadn't the least recollection of having[1] lied. 2. He wants to make me[2] eat willy nilly.[3] 3. I saw nothing[134] strange. 4. Have you made up your mind?[5] 5. However that may be,[6] I don't believe that he will come.[7] 6. You are pretty hungry, aren't you?[8] 7. So much the better![9] We will have something[4] good to[10] eat pretty soon.[11] 8. It is important that you eat[7] at the usual time. 9. He asks that we bring[7] the chicken as soon as possible. 10. I killed just now[11] the biggest hare that I have[7] ever seen. 11. The river is more terrible than it seems.[12] 12. The cardinal was more weak[13] than sick. 13. The thing[14] becomes[15] more and more[16] evident. 14. Chirac is the better doctor of the two. 15. He is older by[17] two years than the other. 16. He is a most terrible man![18] 17. What do you expect![19] Work[20] has worn him out so. 18. He was in[17] the best humor in[17] the world.

[Footnotes 1: infinitive. 2: me faire. 3: bon gre, mal gre. 4: supply de. 5: idiom: prendre un parti. 6: quoi qu'il en soit. 7: subjunctive. Why?. 8: n'est-ce pas? 9: tant mieux! 10: a. 11: tout a l'heure. 12: ne le parait. 13: faible. 14: la chose. 15: devient. 16: de plus en plus. 17: de. 18: homme on ne peut plus terrible. 19: que voulez-vous? 20: use definite article.]

29. L 'ESPRIT PRECOCE

Pic de la Mirandole, savant italien, se distingua par une precocite extraordinaire, en meme temps que par la hardiesse de ses theses en philosophie. Parmi les courtisans qui admiraient l'esprit du jeune homme quand il n'avait encore que neuf ans, se trouvait un lourdaud qui dit en sa presence: "Quand les enfants ont tant d'esprit, ils deviennent ordinairement stupides dans un age avance.—Si ce que vous dites est vrai, lui repartit le jeune prince, vous devez avoir eu beaucoup d'esprit quand vous etiez enfant."

Dans quel domaine le savant italien s'est-il distingue?—A-t-il ete un enfant stupide?—S'est-on apercu de bonne heure de ses dons?—Comment un certain maladroit a-t-il voulu rabaisser son prix?—Quelle repartie spirituelle le jeune prince a-t-il trouvee?

Racontez cette histoire en 100 mots.

30. PAS DE CHANCE

Un gamin pechait, mais sans succes, au bord d'un ruisseau. Un bon vieillard qui passait par la s'arrete pour le contempler. "Eh bien! mon petit, as-tu pris beaucoup de poissons? dit-il enfin.—Je ne puis dire que j'aie pris beaucoup de poissons, repondit gaiement le gamin, mais au moins j'ai noye assez de vers!"

Que faisait le petit garcon?—Qui vint a passer par la?—A-t-il accoste le pecheur?—Quelle chance celui-ci avait-il eue?—Comment s'en consolait-il?

Remplacez les noms par d'autres d'un sens a peu pres le meme; e.g. chance, veine, fortune; gamin, garcon.

31. SAGESSE D'UN PERSAN

Un roi de Perse, qui a ete surnomme le Juste, et qui a merite ce glorieux surnom, voulut, un jour qu'il etait a la chasse, manger du gibier qu'il avait tue. Comme il n'avait point de sel, il envoya un esclave pour en chercher au village voisin, et lui recommanda de le payer tres exactement. La plupart des courtisans du prince trouvaient que leur maitre attachait beaucoup d'importance a de bien petites choses: "Pourquoi, Sire, dirent-ils, tenez-vous a payer ce peu de sel, dont le vendeur ne ferait pas de cas, et qu'il s'estimerait heureux de pouvoir vous laisser gratis?—Un roi, leur repondit-il, doit ne donner que de bons exemples. Qu'il prenne[1] un fruit dans un jardin, ses vizirs voudront arracher l'arbre; qu'il se permette[1] de prendre un oeuf sans payer, ses soldats tueront toutes les poules."

[Footnote 1: Why subjunctive?]

Pourquoi donnait-on a ce roi le surnom de Juste?—A quel divertissement se livrait-il un jour?—Avait-il fait bonne chasse?—Que voulait-il faire?—Qu'est-ce qui lui manquait?—Ou pensait-il en trouver?—Quelle recommandation a-t-il faite a celui qu'il a charge d'aller chercher du sel?—Fallait-il payer le sel?—Pourquoi le roi voulait-il qu'on le payat?

Donnez votre idee de la morale de cette histoire.

32. DIALOGUE DANS UNE AUBERGE D'ESPAGNE

Theophile Gautier, poete et critique francais, nous a raconte dans un de ses livres l'anecdote suivante, qui donne une impression frappante de l'independance et de la nonchalance d'un hotelier espagnol. La scene se passe dans une posada.

"Je voudrais bien prendre quelque chose, dit le voyageur en entrant.—Prenez une chaise, repond l'hotelier.—Fort bien, mais j'aimerais mieux prendre n'importe quoi de plus nourrissant.—Qu'avez-vous apporte? poursuit le maitre de la posada.—Rien, repond tristement le voyageur.—Eh bien! alors, comment voulez-vous que je vous fasse[1] a manger? Le boucher est la-bas, le boulanger est plus loin; allez chercher du pain et de la viande et s'il y a du charbon de bois, ma femme, qui s'entend un peu a la cuisine, vous accommodera vos provisions."

Le voyageur, furieux, fait un vacarme effroyable, et l'hotelier impassible lui porte sur sa carte: "6 reaux de tapage."

[Footnote 1: Why subjunctive?]

Qui etait Gautier?—Ou voyageait-il?—Ou est-il entre?—Qu'est-ce qu'il voulait?—Qu'est-ce que l'hotelier lui a dit?—Le voyageur avait-il apporte de quai manger?—Ou fallait-il aller chercher des provisions?—Qui devait les accommoder?—Le voyageur a-t-il ete content de l'accueil qu'on lui a fait?

Ecrivez cette histoire en 100 mots.

33. MOYEN DE SE PLACER AUPRES DU FEU

Benjamin Franklin, arrivant dans une auberge par un temps tres froid, trouva le feu de la cuisine, le seul qu'il y eut[1] dans la maison, tellement entoure de monde, qu'il ne put en approcher. Il ordonne de suite au garcon d'ecurie de donner six douzaines d'huitres a son cheval. Le garcon, lui faisant observer qu'un cheval ne mange pas d'huitres, et qu'il vaudrait mieux lui donner une botte de foin: "Faites ce que je vous dis, et vous verrez," dit le voyageur.

Les huitres sont portees, et toute la compagnie de courir[2] dans l'ecurie pour voir comment un cheval pouvait manger des huitres. Le voyageur, alors, eut soin de prendre la meilleure place aupres du feu. Le garcon d'ecurie revient lui dire que le cheval ne veut pas manger les huitres. "Eh bien! dit-il, apportez-les-moi, je les mangerai."

[Footnote 1: Why subjunctive?] [Footnote 2: Historical infinitive.]

Franklin avait-il froid?—Ou voulait-il se placer?—Quel obstacle y avait-il?—Quel ordre a-t-il donne au garcon?—Celui-ci s'en est-il etonne?—Qu'est-ce que toute la compagnie a voulu voir?—Franklin s'est-il rendu aussi a l'ecurie?—Comment a-t-il profite de l'absence des autres?—Qu'est-ce que le garcon est venu lui dire ensuite?—La ruse de Franklin avait-elle pris?

Faites ce recit de memoire.

Donnez le futur de tous les verbes.

GRAMMAR REVIEW.—LESSON VII

Partitives and expressions of quantity.

EXAMPLES

Donnez-moi du pain, de la viande, Give me (some) bread, meat, des pommes de terre. potatoes. Ne me donnez pas de fromage. Don't give me any cheese. Nous avons de bons livres et de We have (some) good books and mauvais. bad. Il y a peu de gens qui le croient. There are few people who believe it. La plupart des gens (bien des gens) Most people (many people) do not ne le croient pas. believe it. L'eglise etait pleine de fleurs. The church was full of flowers.

A. 1. The king has good trees but no fruit in his garden. 2. He sent a slave to[1] buy some eggs. 3. One must[2] not attach too much[3] importance to small things. 4. I have no hens, but I have eggs to[4] sell. 5. The king's courtiers have not killed any game. 6. There are big trees and small ones[1] in this garden. 7. There must[2] be good fruit here. 8. The traveler has no provisions and would like something[5] nourishing. 9. Have you anything[5] good to[4] eat? 10. We have meat, bread, fruit,[6] and good eggs. 11. There was no fire in the kitchen, but there were lots of people there.[7] 12. There were large chairs near the fire. 13. The boy brought to the innkeeper six dozen eggs. 14. There isn't enough charcoal, do you want me[8] to bring you some?[9] 15. The servants were not boys but women. 16. These[10] are excellent oysters. 17. There are many people[11] at the inn. 18. We have good inns and bad in France. 19. The servant bought five cents'[12] worth[1] of salt. 20. Many[13] people do not eat oysters. 21. A great[1] many of the king's soldiers were hungry. 22. The house was surrounded by trees. 23. Most kings do not set good examples. 24. Most children haven't so much wit. 25. Many[13] children become stupid in later life. 26. Here is the only fire[14] there is[15] in the house.

[Footnotes 1: omit. 2: devoir. 3: trop. 4: a. 5: supply de. 6: plural. 7: la. 8: que je. 9: vous en apporte (why subjunctive?). 10: ce. 11: monde. 12: sous. 13: bien des. 14: supply que. 15: why subjunctive?]

B. Use the following words in the proper spaces in the exercise given below:

(a) ami, aimer, aimable, amiable, aimablement, aimant, amabilite, amical, amicalement, amitie, amour, amoureux, amoureusement, enamourer.

Cette homme est mon ——, il m'—— beaucoup, il est tres ——. Il a temoigne de l'—— moi. Nous nous parlons ——; il me donne des conseils ——. Son —— me plait; il me traite ——. Nous pouvons regler cette affaire a l'—— Ce jeune homme est —— de ma fille, il lui parle ——; il s'est —— d'elle; il lui dit son ——. Elle est d'une nature ——.

(b) laboureur, labeur, laborieux, laborieusement, labourage, labourable, labourer.

Le —— est ——; il travaille ——. Il vit de son ——. Le —— des terres est difficile. Cette terre n'a pas ete ——, elle n'est pas ——.

(c) autre, autrement, autrui, autrefois, alterer, alterner, alternative.

Rien ne peut —— notre amitie. On se voit d'un —— oeil qu'on ne voit ses prochains. Je n'ai pu faire ——, il n'y avait point d'——. Les saisons ——. Cet homme etait —— mon ami. Ne fais pas a —— ce que tu ne voudrais pas qu'on te fit.

34. LE DISTRAIT

Un homme qui etait souvent distrait ecrivit la lettre suivante a un de ses amis: "Mon cher ami, j'ai oublie ma canne chez vous; faites-moi le plaisir de me la rendre par le porteur de ce billet." Au moment de cacheter la lettre, il trouva sa canne et il ajouta en post-scriptum: "Je viens de trouver ma canne, ne prenez pas la peine de la chercher." Puis il ferme sa lettre et l'envoie.

A qui le distrait a-t-il ecrit?—Dans quel but?—Qu'avait-il oublie?—Qu'est-il arrive ensuite?—Comment a-t-il voulu epargner de l'ennui a son ami?

Faites ce recit de memoire. Donnez des synonymes pour puis.

35. L'OPERATION INUTILE

Un officier anglais ayant recu une balle dans la jambe, fut transporte a l'hopital ou deux medecins furent appeles et fouillerent la plaie pendant deux heures. L'officier qui souffrait beaucoup, leur demanda ce qu'ils cherchaient. "Nous cherchons la balle qui vous a blesse.—Ah! c'est trop fort! s'ecria l'homme blesse, pourquoi ne me l'avez-vous pas dit plus tot? Je l'ai dans ma poche."

Qu'est-il arrive a l'officier?—Ou l'a-t-on transporte?—Qui a-t-on appele?—Qu'a-t-on tache de faire?—Qu'est-ce que l'officier a voulu savoir enfin?—Qu'est-ce qu'il aurait pu faire, s'il l'avait su?

Quels synonymes pour hopital, medecin? Donnez les noms des differents rangs d'officiers.

36. SCIPION NASICA ET ENNIUS

Scipion Nasica etait tres intimement lie avec le poete Ennius. Un jour il etait venu le voir, et l'ayant demande a la porte, la servante d'Ennius lui dit que son maitre n'y etait pas. Nasica comprit qu'elle avait ainsi repondu par l'ordre d'Ennius, qui etait chez lui. Peu de jours apres, Ennius etant alle voir Nasica, et l'ayant demande a la porte, Nasica lui-meme lui cria qu'il n'etait pas a la maison. "Quoi donc, reprit Ennius, est-ce que je ne reconnais pas votre voix?" Alors Nasica lui dit: "Vous etes bien impudent: le jour que je vins vous demander, j'ai cru votre servante, qui me dit que vous n'etiez pas chez vous; et vous ne me croyez pas moi-meme!"

Nasica connaissait-il Ennius?—Celui-ci a-t-il recu la visite de Nasica lorsqu'il est alle le voir?—Nasica savait-il que son ami etait effectivement chez lui?—Qu'est-ce qu'il a fait lorsque l'autre est venu lui rendre sa visite?—Pourquoi a-t-il traite Ennius d'impudent?

Nommez les adjectifs des adverbes et les adverbes des adjectifs dans cette histoire.

Donnez le subjonctif du present des verbes irreguliers.

37. LE SAVOIR-VIVRE

Le soir de son premier bal, un jeune homme demandait conseil a un vieux praticien. "Que dois-je dire a ma danseuse? dit-il.—Dites-lui qu'elle est belle.—Mais si elle n'est pas jolie, qu'est-ce qu'il faut lui dire?—Alors parlez de la laideur des autres dames."

A qui le danseur novices est-il adresse?—Dans quel but?—L'autre etait-il experimente?—Quels conseils a-t-il donnes au jeune homme?

Quels sont les cinq adjectifs irreguliers dont belle est un?

38. UNE PREDICTION FACILE

Diderot, philosophe francais, raconte l'incident suivant:

Ma mere, jeune fille encore, allait a l'eglise ou en revenait, sa servante la conduisant par le bras. Deux bohemiennes l'accostent, lui prennent la main, lui predisent toutes sortes de bonheurs et comme vous le pensez bien, de la fortune (il y avait une certaine ligne qui le disait et ne mentait jamais); une vie longue et heureuse, comme l'indiquait une autre ligne, aussi veridique que la premiere. Ma mere ecoutait ces belles choses avec un plaisir infini, et les croyait peut-etre, lorsque la pythonisse lui dit: "Mademoiselle, approchez vos yeux; voyez-vous bien ce petit trait-la, celui qui coupe cet autre?—Je le vois.—Eh bien! ce trait annonce...—Quoi?—Que si vous ne prenez garde, un jour on vous devalisera." Oh! pour cette prediction, elle fut accomplie: ma bonne mere, de retour a la maison, trouva qu'on lui avait coupe ses poches.

Qui est-ce qui raconte cet incident?—Quand a-t-il eu lieu?—Qui accompagnait la petite fille a l'eglise?—Quelles personnes se presentent devant elle?—Qu'est-ce qu'elles lui disent?—La petite fille a-t-elle cru les predictions des bohemiennes?—Quelle prediction s'est accomplie la premiere?

Ecrivez cette histoire en 150 mots.

A quelle classe d'adjectifs appartient jeune?

Quels mots sont a peu pres ecrits comme les mots anglais?

GRAMMAR REVIEW.—LESSON VIII

Conjunctive pronouns.—Relative position of two pronouns (1) before, (2) after, the verb.

EXAMPLES

Il me les donne. Permettez-le-moi. Il le lui demande. Donnez-leur-en. Je vous en parlais. Pretez-m'en. Leur en avez-vous parle? Menez-nous-y. Ne leur en dites rien. Allez-vous-en. Je l'y ai envoye pour le leur dire. Etc. Souviens-toi de cela; souviens-t'en.

A. 1. Do you want my cane? Here it is. I will lend it to you. 2. I need my books; send them back to me when he gives[1] them to you. 3. The bearer of the letter gives it to her. 4. When he found the letter, he sent it to us. 5. Why don't you (familiar form) believe me when I tell you so?[2] 6. I went to the poet's house to look for my servant, and I found him there. 7. Send them there at once. 8. I shall send them there. 9. If she is pretty, talk to her about it,[4] if not,[3] don't talk to her about it.[4] 10. He has already told me something about it.[4] 11. Have you seen the gypsies? There were two of them[4] in front of the church; I spoke to them. 12. They predicted fortune for me, but I told them I didn't need it. 13. But they picked my pockets for[5] me. 14. The servant was leading him by the arm, as you may[5] imagine (it[2]). 15. If you have good oysters, give me two dozen (of them). 16. Give me also a dozen eggs. 17. There is a bullet in the wound; when you find[1] it, give it to me. 18. The gypsies tell her fine things, but she doesn't believe; them.

[Footnotes 1: future. 2: le. 3: si non. 4: en. 5: omit.]

B. Word Study. In the following anecdote, substitute equivalents for expressions in italics.

39. LE DRAPEAU DU TAILLEUR

Un tailleur etant tombe gravement malade eut un songe des plus bizarres. Il lui sembla qu'il etait sur le point de mourir et qu'il voyait se derouler a ses regards un enorme drapeau, forme de toutes les pieces de diverses etoffes qu'il avait volees a ses clients. Au meme moment, il se reveilla en sursaut, baigne d'une sueur glacee. Le tailleur considera ce reve comme un avertissement de sa conscience, et il fit voeu, s'il guerissait, de remplir mieux son devoir. II ne tarda pas a se retablir, en effet, et comme il se defiait de lui-meme, il prescrivit a un de ses ouvriers de le faire ressouvenir du drapeau chaque fois qu'il couperait un habit. Notre homme, pendant assez longtemps, fut fidele a son voeu; mais un jour qu'il taillait un habit dans un drap de grand prix, sa vertu, mise a une trop forte epreuve, echoua. En vain son garcon, essaya a plusieurs reprises de lui rappeler le drapeau: "Tu m'ennuies avec ton drapeau, lui dit-il. Au reste, il n'y avait point d'etoffe de cette nuance dans celui que j'ai apercu en songe."

40. GARRICK ET L'INCONNU

Un homme en guenilles accoste un jour l'acteur Garrick en lui disant: "Salut, mon vieux!—Pardon, monsieur, lui repond l'acteur, vous vous trompez sans doute.—Mais voila un accueil un peu froid! Est-ce que vous ne me reconnaissez pas?—Pas du tout, repond le grand homme.—C'est curieux! reprend l'homme aux haillons; nous avons pourtant joue bien des fois ensemble a Drury-Lane.—Impossible; et dans quelle piece, je vous prie?—Dans Hamlet! Je jouais le role du coq, et j'ai meme chante trois fois dans les coulisses."

Quel homme l'acteur a-t-il rencontre un jour?—L'homme paraissait-il reconnaitre l'acteur?—Quel accueil ce dernier lui a-t-il fait?—A quel titre le gueux se permettait-il de lui adresser la parole—L'acteur s'est-il rappele avoir ete le camarade de l'inconnu?—Quel role l'homme aux haillons avait-il joue autrefois au theatre?

Faires ce recit de memoire.

41. LE COMTE DE GRAMONT

Le comte de Gramont fut un des plus spirituels personnages de la cour de Louis XIV, mais un type accompli de libertin. On conte de lui que, trouvant un jour deux de ses domestiques qui se battaient l'epee a la main, il voulut absolument en savoir la cause. L'un des deux lui avoua qu'ils lui avaient vole cinq louis d'or, et que la querelle venait de ce que son camarade voulait en avoir trois. "Tenez, dit le comte, en tirant un autre louis de sa poche, vous etes de grands marauds de vous egorger ainsi pour un louis."

Quel homme le comte de Gramont etait-il?—De quel demele a-t-il ete un jour le temoin?—Y est-il intervenu?—De quoi s'agissait-il?—Comment a-t-il regle le differend?

Employez les mots suivants dans des phrases: esprit, spirituel, spirituellement.

42. L'OFFRE TROMPEUSE

Les mots suivants etaient graves sur la porte d'un beau jardin: "Je donne ce parterre a quiconque est content." "Voila bien mon affaire! dit tout bas un passant; je vais done posseder un terrain!" La-dessus il court, plein de joie, s'adresser au proprietaire du jardin. "Que desirez-vous? demande celui-ci en le voyant paraitre.—Je desire votre jardin. Mon droit a m'y etablir me parait incontestable, car je suis content de mon sort.—Erreur! mon bon ami: quiconque veut avoir ce qu'il n'a pas ne saurait etre content. Reprenez votre chemin."

Quelle inscription le passant a-t-il vue sur le mur?—Quelle idee lui est venue?—Chez qui a-t-il couru?—Quelle deception a-t-il eue?

Quelle est la morale de cette histoire?

Formez un ou deux autres mots de: jardin, content, posseder, sort, ami, chemin.

43. UNE DISTRACTION D'ARTISTE

Un peintre celebre travaillait, sur un echafaudage eleve, a l'une des fresques qui ornent la coupole de Saint-Paul de Londres. La pensee entierement absorbee par son travail, il oublie sa position, le petit espace ou il est resserre, et il recule de quelques pas pour mieux juger de l'effet de son oeuvre. Deja il a atteint l'extremite de l'echafaudage; encore un pas en arriere et c'en est fait! il va se briser sur les dalles de la nef, a deux cents pieds au-dessous! Un macon etait la qui vit l'imminence du danger; mais que faire? Appeler l'artiste, l'avertir? Le peintre, absorbe par sa contemplation, ne l'eut pas entendu! Se precipiter vers lui pour le retenir? C'eut[1] ete reveiller un somnambule! Par une heureuse inspiration, plus prompt que l'eclair il saisit un pinceau et en barbouille la plus belle figure du chef-d'oeuvre. L'artiste, furieux, s'elance sur lui: "Frappez, vous etes sauve!" dit l'ouvrier si heureusement inspire. Deux mots d'explication changerent la colere du peintre en une profonde reconnaissance.

[Footnote 1: Why subjunctive?]

Ou le peintre travaillait-il?—A quoi pensait-il?—Pourquoi s'est-il recule?—Qu'est-ce qui serait arrive s'il avait fait un pas de plus?—Qui s'est apercu du danger?—Pouvait-il appeler le peintre?—Le peintre l'aurait-il entendu?—Quelle inspiration le macon a-t-il eue?—Qu'est-ce que le peintre a cru?—A-t-il ete facile de lui expliquer la situation?—A-t-il remercie le macon?

Quels sont, dans cette histoire, les mots les plus usuels? Les plus difficiles?

44. LE MELON DE MAYENNE

Le duc de Mayenne, gros, gras et gourmand, etait plutot bon gastronome qu'habile general. A l'epoque ou il conduisait les troupes indisciplinees de la Ligue contre l'infatigable Henri IV, son extreme gloutonnerie l'a fait un jour battre a plate couture.

Il avait recu de fort bons melons, d'apparence succulente, et achevait un copieux repas en faisant largement honneur a ces delicieuses cucurbitacees.

Deja un nombre considerable de tranches s'etaient succede dans l'estomac complaisant de ce nouveau Gargantua, quand on vint lui annoncer que la cavalerie de Henri IV, emportee par sa folle audace, s'etait engagee dans un taillis inextricable. "Il faut, sans delai, lui courir sus, declarerent aussitot tous les lieutenants du duc.—Attendez au moins que j'aie[1] fini mon melon," repondit Mayenne. Et il fallut attendre. En vain insistait-on; en vain, a chaque minute, un officier accourait-il, la mine inquiete, pour supplier le duc de se hater. "J'aurai bientot fini," repetait-il en continuant d'engloutir des bouchees enormes. Quand l'entete mangeur se fut decide enfin a quitter la table et qu'il eut donne le signal de l'attaque, le grog de l'armee ennemie s'etait rapprochee, l'occasion etait perdue. La bataille le fut aussi pour le plus negligent des Guises.

[Footnote 1: Why subjunctive?]

Quel etait le faible du duc?—Etait-il habile comme general?—Quelles troupes conduisait-il?—Qu'est-ce que c'etait que la Ligue?—De quel malheur la gloutonnerie du duc a-t-elle ete la cause un jour?—Quel cadeau avait-il recu?—Y a-t-il fait honneur?—Qu'est-ce qu'on est venu lui dire?—Qu'est-ce qu'il aurait fallu faire tout de suite?—Pourquoi le duc n'est-il pas parti la-dessus?—A-t-il gagne la bataille?—Pourquoi?

Racontez cette anecdote en 200 mots.

Quels mots vous a-t-il fallu chercher dans le vocabulaire?

GRAMMAR REVIEW.—LESSON IX

Compound tenses.—Avoir and etre as auxiliaries.—Agreement of past participles: Avoir verbs (all transitives and many intransitives).

EXAMPLES

Avoir verb: J'ai achete des I have bought some flowers; did fleurs; avez-vous vu les fleurs you see the flowers that I que j'ai achetees? bought?

Etre verbs: reflexives, passives, and some intransitives (mainly verbs of motion); see Lessons X, XI, XII.

A. 1. If I had recognized the actors, I would have accosted them. 2. Those roles are easy, I have played them lots of times. 3. Here are the five louis that[1] I stole from you. 4. I didn't know that you[2] had stolen five. 5. Did you see the words that[1] I carved on the door? 6. If I had possessed a garden, I would have been content. 7. The painter forgot his position. 8. If she had called them, they wouldn't have heard her. 9. They[3] are good troops, but they have been beaten more than once. 10. There are the melons which[1] I received. 11. I have run more than[4] a league.[5] 12. Have you eaten many melons? 13. The melons that[1] I have eaten were good. 14. When he had[6] left the table, the chance was lost. 15. He lost the battle, too, but he wouldn't have lost it if he had finished earlier. 16. When you finish[7] I shall have given the signal to attack. 17. I shall wait until she has[8] finished.

[Footnotes 1: que. 2: supply en after vous. agreement with en? 3: Ce. 4: what proposition? 5: lieue (f.). 6: eut. 7: tense? 8: subjunctive. Why?]

B. Use compound tenses, and substitute conjunctive pronouns for words in italics in the following exercise:

1. A ragged man met the actors. 2. Didn't he recognize the ladies? 3. The count has found his servants sword in hand. 4. They had stolen the five louis d'or. 5. He pulled the money from his pocket. 6. He showed[1] me his gardens. 7. I saw the men appear. 8. He has forgotten his position. 9. He reached the end of the scaffolding. 10. A mason has worked at it. 11. The artist didn't hear the masons. 12. The mason seized the brush. 13. The mason's explanation changed his wrath into gratitude. 14. He would have led the troops against Henry IV. 15. Henry IV's cavalry beat his troops. 16. He had received some good melons.[2] 17. He left the table. 18. He had lost the opportunity.

[Footnotes 1: montrer. 2: en, partitive pronoun.]

45. IMPARTIALITE D'UN SOUVERAIN

Gustave III, roi de Suede, etait un despote eclaire et aimait a faire justice de tout le monde, sans partialite. Un de ses courtisans lui dit un jour: "Je suis averti que tel forme des projets contre les jours de votre Majeste." Mais le roi ne se laissait pas tromper si facilement. "Je suis averti, repond ce grand homme, que tel est votre ennemi. Allez vous reconcilier ensemble, et j'ecouterai ensuite tout ce que vous viendrez me dire de lui." Il est a regretter que les souverains de la trempe de Gustave soient[1] si peu nombreux.

[Footnote 1: Why subjunctive?]

De quelle facon Gustave III a-t-il regne?—Qu'est-ce qu'un de ses courtisans lui a dit un jour?—Le roi l'a-t-il ecoute?—Quel conseil a-t-il donne au courtisan?—Dans quel but?—A-t-il bien fait, a votre avis?

Faites ce recit de memoire. Quelle expression y a-t-il de venir une preposition?

46. LE GEOGRAPHE EGARE

L'auteur d'un grand atlas se perdit un jour dans un bois. Apres avoir erre pendant quelques heures, il fut tire d'embarras par un fermier des environs. Ce dernier l'ayant mene sain et sauf a la maison, lui fit observer cependant qu'il etait bien extraordinaire qu'un homme qui avait fait la carte du monde entier ne put pas retrouver son chemin dans un petit bois.

Ou l'auteur s'etait-il egare?—A-t-il retrouve sans difficulte son chemin?—Qui lui est venu en aide?—Quelle observation le fermier a-t-il faite au cartographe?—Comment ce dernier aurait-il pu y repondre?

Quelle reflexion tirez-vous de cet incident? Quels synonymes pour bois, erre, mene, maison, chemin?

47. LE POETE QUI SE JETTE DANS L'ENFER

Crebillon, poete tragique francais, a ete l'auteur de pieces, estimables, mais ou le tragique touche souvent a l'horreur. On lui demandait un jour, apres une representation d'Atree, pourquoi il avait adopte le genre terrible: "Je n'avais point a choisir, repondit-ll, Corneille s'etait empare du ciel, Racine, de la terre; et comme il ne restait plus que l'enfer, je m'y suis jete a corps perdu."

Dans quel genre Crebillon donnait-il?—Ses tragedies ont-elles ete goutees?—Pourquoi dit-il avoir prefere les sujets horribles?—Crebillon valait-il Corneille et Racine?

48. LE JARDINIER A L'OMBRE

Un fermier, se promenant dans son jardin, surprit son jardinier endormi sous un arbre. "N'etes-vous pas honteux lui dit-il, de vous abandonner ainsi au sommeil, tandis que vous devriez etre a l'ouvrage? Un paresseux comme vous est indigne de jouir de la lumiere du soleil.—C'est precisement pour cette raison, repartit le jardinier, que je me suis mis a l'ombre."

Ou le fermier se promenait-il?—Qui a-t-il trouve dans le jardin?—Que faisait cet homme?—Quel reproche le fermier lui a-t-il adresse?—Comment l'ouvrier s'est-il justifie de s'etre mis a l'ombre?

Nommez les verbes irreguliers dans cette histoire.

49. L'HOMME QUI N'A PAS PU SE NOYER

Un domestique tenta de se noyer; son maitre, qui s'en apercut, arriva a temps pour le sauver. Le maitre, qui allait en ville pour affaires, ordonna a un de ses gens d'avoir l'oeil sur le domestique pendant son absence, et de l'empecher, dans le cas ou il voudrait recidiver. Le malheureux ne pouvant se noyer, prit le parti de se pendre. Le maitre, de retour, surpris de ce que l'autre ne l'en avait pas empeche, lui en fit de violents reproches. Celui-ci lui repondit: "Ma foi, monsieur, j'ai cru qu'il s'etait mis la pour se secher."

Qui voulait se suicider?—Qui est-ce qui l'en empechait?—Quelle precaution le maitre a-t-il prise contre une nouvelle tentative?—Et avec quel succes?

50. LE DOMESTIQUE DE L'INVALIDE

Un vieux soldat de l'empire avait laisse sur le champ de bataille ses quatre membres principaux, et avait du les remplacer, tant bien que mal, artificiellement. Le tourneur de son village s'etait charge de la chose; car l'art d'articuler un membre artificiel n'etait pas arrive a la hauteur qu'il a atteinte de nos jours. Chaque soir, le vieil invalide se debarrassait de ses membres inutiles pour se mettre au lit.

Un jour, il changea de domestique. Le nouveau garcon qui le soignait ne connaissait pas routes les infirmites dont son maitre etait afflige.

1  2  3  4  5     Next Part
Home - Random Browse